Abdoulaye Soumaré (militaire malien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abdoulaye Soumaré et Soumaré.

Abdoulaye Soumaré, né le [1] à Saint-Louis (Sénégal) de parents originaires de la région de Kayes dans l’actuel Mali[2] et mort le à Bamako (Mali), est un militaire malien.

Alors que le Sénégal et le Soudan français sont des colonies françaises, Abdoulaye Soumaré s’engage dans l’armée française dans le deuxième régiment des tirailleurs sénégalais[2]. Il devient en 1959 colonel de l’armée du Soudan français[3]. À la création de la Fédération du Mali, il est nommé chef d’État major général de la défense nationale. Le , alors que la Fédération du Mali explose en deux États distincts, le Mali et le Sénégal, il est arrêté et emprisonné par les Sénégalais pour trahison qui l’extradent en France[3].

Modibo Keïta, premier président de la république du Mali demande à la France qu’Abdoulaye Soumaré puisse servir l’armée du Mali. Affecté comme coopérant militaire de la France auprès du gouvernement du Mali le , il est nommé le 28 décembre chef d’État-major général des armées du Mali, au grade de général de brigade. Il s’emploie alors à constituer une armée constituée uniquement de Maliens, faisant appel notamment aux soldats encore en poste en Algérie[3].

Abdoulaye Soumaré meurt le à Bamako.

Le , le président de la république Amadou Toumani Touré a inauguré un monument à Bamako dédié au général Abdoulaye Soumaré[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ou le selon Hawa Séméga
  2. a, b et c Soumaïla Guindo, « Le premier chef d'État-major, le Général Abdoulaye Soumaré, immortalisé », L'Indépendant,‎ 24 janvier 2011 (lire en ligne)
  3. a, b et c Hawa Séméga, « 50 ans de l'Armée: Le Général Soumaré 1er chef d'État Major des Armées », journaldumali.com,‎ 20 janvier 2011 (lire en ligne)