Abdoulaye Sadji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abdoulaye Sadji est un écrivain sénégalais né à Rufisque en 1910 et mort à Rufisque le 25 décembre 1961.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Demb Sadji, marabout, est originaire de Latminguè, un village sérère situé dans la région de Kaolack, et sa mère Oumy Diouf est issue d'une famille musulmane léboue ancrée dans la tradition animiste.

Après des études coraniques, il rejoint les bancs de l'école française à l'âge de onze ans, puis fréquente le Lycée Faidherbe avant d'intégrer l'École normale William Ponty. Il devient en 1929 l'un des premiers instituteurs africains et exerce en Casamance, à Thiès, Louga, Dakar et Rufisque, où il occupe ensuite le poste de directeur d'école et d'inspecteur Primaire de 1959 à sa mort, en 1961. En 1932 il défie les autorités coloniales en devenant le deuxième bachelier sénégalais.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Abdoulaye Sadji se lance dans le combat pour l'indépendance de son pays et devient un des pionniers de la Négritude. Loin de la « Négritude du Quartier latin », il pratique la « Négritude intérieure », et c'est à ce titre que Léopold Sédar Senghor dit de lui :

« (...) Abdoulaye Sadji appartient, comme Birago Diop, au groupe des jeunes gens, qui, dans les années 1930, lança le mouvement de la Négritude. Abdoulaye Sadji n'a pas beaucoup théorisé sur la Négritude : il a fait mieux, il a agi par l'écriture. Il fut l'un des premiers jeunes Sénégalais, entre les deux guerres mondiales, à combattre la thèse de l'assimilation et la fausse élite des « évolués ». Il a, pour cela, multiplié, au-delà des discussions, articles et conférences[1]. »

Son œuvre compte entre autres des articles dans Présence africaine, Paris-Dakar et dans de nombreuses revues africaines. Il est également l'auteur d'essais et de contes tels que Tounka (1952), Modou Fatim (1960) ou encore Leuk-Le-Lièvre (1953), en collaboration avec Léopold Sédar Senghor (qui en assure la partie grammaticale). Ces ouvrages témoignent de son attachement et de son intérêt pour la culture africaine.

Ses ouvrages les plus connus et les plus étudiés demeurent Maïmouna (1953) et Nini, mulâtresse du Sénégal (1954[2]), deux romans qui relatent le parcours de jeunes femmes africaines qui, à l'image d'un continent en transition, connaissent espoir, doutes et désillusions. Dans ces deux ouvrages, Sadji se livre à une analyse sans complaisance de la société africaine. Il n'en est pas moins un ardent défenseur de son pays et de sa culture (notamment par la création de la première station radio en langue nationale). Cette culture, il la veut perméable et ouverte sur les autres civilisations. En témoignent sa germanophilie (inédite pour l'époque) et le syncrétisme religieux qu'il a défendu et vécu, au grand dam de l'élite religieuse sénégalaise.

Tout ceci fait de Sadji un adepte de l'intellection vécue plutôt que feinte et un homme de lettres atypique, souvent en contradiction avec l'idéologie de l'époque.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1953: Maimouna , Présence Africaine, Paris
  • 1954: Nini, Mulâtresse du Sénégal, Présence Africaine, Paris2

Nouvelles et contes[modifier | modifier le code]

  • 1948: Tragique Hyménée", paru dans Afrique-Matin, Dakar (janvier 1948)
  • 1953: Leuk-Le-Lièvre (en collaboration), Paris, Hachette, EDICEF
  • 1957: Un rappel de soldes, paru dans Binngo (n°57), Dakar (octobre 1957)
  • 1952: Tounka, une légende de la mer, paru dans Paris-Dakar, puis chez Présence Africaine, Paris
  • 1960: Modou Fatim, Imprimerie Diop, Dakar

Essais[modifier | modifier le code]

  • 1964: Education africaine et Civilisation, Imprimerie Diop, Dakar
  • 1985: Ce que dit la musique africaine (posthume), Présence Africaine, Paris

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • 1946 : « Rufisque, ancienne capitale de l'arachide », paru dans Paris-Dakar (23 novembre)
  • 1949 : « Le Roman dans la société coloniale », extrait de Littérature et Colonisation, Présence Africaine, Paris (n°6)
  • 1950 : « Les Regrets de la Population Goréenne », paru dans Paris-Dakar (8 mai)
  • 1950 : « Le Pacte matrimonial", paru dans Paris-Dakar (juin)
  • 1950 : « En découvrant le ... Grand-Dakar », parus dans Paris-Dakar (juillet)
  • 1950 : Série d'articles : « Voyage à travers les villes » et « Escales au Sénégal », parus dans Paris-Dakar
  • 1953 : « Il nous faut des maisons d'éducation », paru dans Paris-Dakar (septembre)
  • 1955 : « De l'origine de quelques prénoms sénégalais », paru dans Paris-Dakar (juin)
  • 1955 : « L'Africain et la recherche scientifique », paru dans Paris-Dakar (août)
  • 1955 : « Pour une éducation rationnelle des masses », paru dans Paris-Dakar (août)
  • 1958 : « La logique du romancier à propos de Modou Fatim », paru dans Paris-Dakar (janvier)
  • 1958 : « L'Horizon du Noir », paru dans Paris-Dakar (février)
  • 1958 : « Conseils aux parents d'élèves », paru dans Paris-Dakar (février)
  • 1958 : « Nit ou l'homme selon l'humanisme wolof », paru dans Paris-Dakar (mai-juin)
  • 1958 : « Culture négro-africaine », paru dans Démocratie nouvelle, l'Afrique Noire vous parle (numéro spécial) (juin)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de Le Soleil, 19 février 2002 et cité par A. B. T. Washington Sadji, in 'Abdoulaye Sadji, Biographie, Présence Africaine, Paris, 1997
  2. L'édition la plus répandue est celle de 1954, mais Sadji en a déjà publié des extraits dès le premier numéro de la revue Présence africaine en 1947. Frantz Fanon se réfère à ces extraits qu'il commente dans Peau noire, masques blancs en 1952 (voir Buata B. Malela, Les écrivains afro-antillais à Paris : 1920-1960 : stratégies et postures identitaires, Karthala, 2008, p. 262 (ISBN 978-2-84586-979-0)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Amadou Booker W. Sadji, Abdoulaye Sadji – Biographie, Ed. Présence Africaine, Paris, 1997.
  • Amadou Booker W. Sadji, Le rôle de la génération charnière ouest-africaine: indépendance et développement, L'Harmattan, 2006.
  • Marie Gresillon, Maïmouna d'Abdoulaye Sadji, Ed. Classiques Africains, 1985.
  • Alain Freynet, Maimouna d'Abdoulaye Sadji : Étude critique, Ed. Nathan, 1985.