Abdoulaye Ascofaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abdoulaye Ascofare est un cinéaste et poète malien, né le 20 avril 1949 à Gao (Mali).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il suit des études de théâtre puis de cinéma.

Il est animateur radio jusqu’en 1978 avant d’être enseignant à l’Institut national des arts de Bamako[1]. En 1984, il est diplômé de l’Institut national de la cinématographie en URSS[1], il devient réalisateur au Centre national de production cinématographique de Bamako en 1985. À partir de 1991, il produit plusieurs courts métrages[1]. En 1997, il sort son premier long métrage intitulé Faraw, une mère des sables[1]. Ce film, qui retrace vingt-quatre heures de la vie d’une femme du pays songhaï, reçoit le « Bayard d’or Création artistique » au Festival de Namur en 1997.

Poète, il publie en 1976 Domestiquer le rêve[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Welcome (1981)
  • M’sieur Fane (1983)
  • L’Hôte (1984)
  • Sonatam, un quart de siècle (1990)
  • Faraw, une mère des sables (1997)


Poésie[modifier | modifier le code]

  • Domestiquer le rêve (édition populaire, 1976)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Roy Armes, Dictionnaire des cinéastes africains de long métrage, KARTHALA Editions, 2008, p.49
  2. Abdoulaye Ascofaré, Domestiquer le rêve, édition populaire 1976 [1]