Abdesslam El Alami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alami.
Abdesslam El Alami
Nom(s) de ring El Alami
Kamikaz
Naissance 1945
Fès, Drapeau du Maroc Maroc
Débuts Fin des années 1960

Abdesslam El Alami est né en 1945 à Fès au Maroc[1], il fut champion d'Afrique du Nord de catch en 1974[réf. nécessaire].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il grandit dans la médina de Fès où il se passionne tout particulièrement pour la lutte greco-romaine dès l’âge de 15 ans[1]. Cette passion lui vient entre autres des films qu’il affectionne tout particulièrement comme Spartacus, Les gladiators. Il aime la bagarre de rue et prend un malin plaisir à y participer. Cette passion pour la lutte le conduit très rapidement à devenir un grand champion de lutte au Maroc et très vite il investit dans une salle de sport où il forme de nombreux jeunes à ce sport. À cette époque, le catch est à son apogée en Europe et il est très vite repéré en 1967 lors d’un tournoi entre la Maroc et la France à Fès par des managers français qui voient en lui un potentiel important pour devenir un catcheur d’envergure internationale.

Il décide donc, son contrat en poche, de quitter le Maroc pour démarrer une carrière internationale de Catcheur professionnel. Les choses vont aller très vite, il enchaîne les combats, puis les tournées et devient en quelques mois la coqueluche des foules du fait de ses ciseaux aériens qui deviendront sa spécialité.

Les contrats pleuvent en Europe où on lui demande de devenir un vengeur masqué sous le nom de : « KAMIKAZ » en France, Italie, Belgique, Allemagne, Hollande[1]. En France il est la vedette d'une émission de télé[Laquelle ?] animée à l’époque par Roger Couderc. Originaire du Maroc, il apparaît souvent vêtu de sa tenue traditionnelle et le public aime cela pour organiser des Maroc/Italie. Il fait des représentations au Moulin Rouge, à l'Olympia, dans des salles parisiennes de renom, et est également sur toutes les affiches de l’époque, tantôt dans un match à quatre tantôt en solo.

Vient le tour des États-Unis où il représente le Maroc dans les années 1970 lors d’un gala exceptionnel organisé à New York. Il se marie avec son amour d’enfance qui le rejoint à Paris où il élut domicile très rapidement.

Après 2 ans de voyages son épouse donne naissance à son premier enfant : un garçon. Celui-ci l’accompagne durant toute sa carrière qui s’est arrêté durant les années 1990, le catch devenant progressivement abandonné au profit d’autres spectacles. Il est aujourd’hui grand-père et compte 4 petits-enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Les catcheurs étrangers en France: El Alami », sur Nostalgie Catch: le meilleur du catch français,‎ 24 juin 2009 (consulté le 14 octobre 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]