Abdessalam Yassine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Ahmed Yassine.

Abdessalam Yassine

Alias
Cheikh Yassine
Naissance 1928
Marrakech (Drapeau du Maroc Maroc)
Décès 13 décembre 2012 (à 84 ans)
Rabat (Drapeau du Maroc Maroc)
Nationalité Marocaine
Profession
Instituteur
Activité principale
Fondateur et chef spirituel d'Al Adl Wal Ihsane
Famille
Nadia Yassine (fille), Khalid Yassine,Wafaa Yassine , Mohamed Yassine, Assia Yassine, Meryam Yassine, Kamil Yassine

Abdessalam Yassine (Cheikh Yassine selon ses proches et sympathisants d'Al Adl Wal Ihsane), né en 1928 à Marrakech et mort le 13 décembre 2012 à Rabat[1], est un pédagogue et religieux marocain, il est le fondateur et chef spirituel du mouvement islamiste marocain Al Adl Wal Ihsane (Justice et Spiritualité).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en 1928 à Marrakech, d'une famille originaire du village Haha dans le Souss. Il commence sa carrière en tant qu'inspecteur de l'enseignement secondaire, il devient ensuite directeur du centre de formation des instituteurs à Casablanca.

En 1965, il se tourne vers le soufisme où il suivra les enseignements du cheikh Abbès. Deux ans plus tard, il obtient un poste de haut fonctionnaire à l'Administration centrale du Ministère de l'éducation nationale à Rabat. Très vite, il abandonne cette fonction et retourne auprès de cheikh Abbès. À la mort de ce dernier, il observe des changements d'orientation au sein de la confrérie soufie, ce qui le pousse à quitter définitivement la zaouïa avec Ahmed Mellakh et Souleimani Alaoui.

Fin 1973, il lance son mouvement et se fait connaitre en adressant une lettre au roi Hassan II « al-Islam aw Attoufane » (L'islam ou le déluge), où il conviera le roi à l'islam, retour fidèle à ses origines de descendance : Mahomet, en ces termes :

« Balaie les partis politiques et viens qu'on s'assoie ensemble : toi, moi et l'armée ! ».

Cette lettre jugée déplacée par l'entourage du roi lui vaut une arrestation et 42 mois en asile psychiatrique, jusqu'à sa relaxe en 1979. Malgré l'absence de soutien des politiques et associations humanitaires, il continue son engagement avec détermination, dans une approche centrée sur l'éducation et l'appel à Dieu. Ces années difficiles lui apportent une influence grandissante. En effet, le ralliement de Mohamed Bachiri, imam et enseignant connu dans les milieux populaires de Casablanca, lui apporte le soutien des jeunes, chômeurs, ouvriers et étudiants, et l'aide à construire et à développer Al Adl Wal Ihsane.

Lors de la Révolution iranienne, il en souligne certains traits, qu'il juge méritoires quant à l'éducation profonde de la population et à la bravoure des troupes de la révolution, voyant dans cet évènement un espoir de réforme dans le monde arabo-musulman. Il reviendra néanmoins sur cet enthousiasme quelques années plus tard dans son livre Islamiser la modernité, constatant le résultat de cette révolution.

Abdessalam Yassine édite en 1983 un journal bientôt interdit, cela lui vaudra une nouvelle arrestation, et une condamnation à deux ans de prison pour atteinte à la sureté de l'État. Il relance son mouvement en 1987, Hassan II décide alors de l'assigner à sa maison de Salé.

Jusqu'en 2000, il restera assigné à sa résidence, parallèlement, des émissaires du pouvoir proposeront un pacte et une reconnaissance mutuelle à condition que la royauté ne soit pas remise en question, cette proposition est finalement refusée par Abdessalam Yassine.

À l'arrivée du nouveau roi Mohammed VI, il renouvèle sa lettre de 1973, en adressant au nouveau souverain, par un envoi intitulé Mémorandum à qui de droit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mort d’Abdessalam Yassine, leader du mouvement Al Adl Wal Ihssane sur Bladi.net, consulté le 13 décembre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]