Abdel-Kader Zaaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abdel-Kader Zaaf
Importez l’image de cette personne
Informations
Nom Zaaf
Prénom Abdel-Kader
Date de naissance 27 janvier 1917
Date de décès 22 septembre 1986 (à 69 ans)
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie/Drapeau de la France France
Équipe professionnelle
1948
1949
1950-1955
Volta
Duralca
Terrot-Wolber

Abdel-Kader Zaaf est un coureur cycliste algérien (de nationalité française), né le 27 janvier 1917 à Chebli, dans la Wilaya de Blida en Algérie, et mort le 22 septembre 1986 en Algérie. Il participa quatre fois au Tour de France (1948, 1950, 1951 et 1952), mais n'alla jusqu'à Paris qu'une seule fois, en 1951 où il termina 66e et lanterne rouge du classement général. Il n'en fait pas moins partie de ceux qui ont écrit leur nom dans la légende du Tour.

Coureur amateur puis professionnel[modifier | modifier le code]

À partir de 1935 Abdel-Kader Zaaf figura régulièrement parmi les vainqueurs de courses d'amateurs en Afrique du Nord et en France. En 1942 il devint, avec le Vélo Club Musulman, champion de France sur route pour la première fois et put renouveler ce succès en 1947[réf. nécessaire]. En 1946 il devenait champion d'Algérie. Ce succès lui valut en 1948 un contrat professionnel dans l'équipe Volta, puis l'année suivante chez Duralca ; en 1950 et 1951 il faisait partie de l'équipe Terrot-Wolber puis de 1952 à 1955 de l'équipe Terrot-Hutchinson qui lui avait succédé. Comme le Tour de France à l'époque ne se courait pas par équipes de marque mais par équipes nationales et régionales, Zaaf faisait toujours partie d'une des équipes françaises (en 1950, 1951, 1952, par exemple de l'équipe d'Afrique du Nord) puisque l'Algérie était encore française.

Sa fameuse cuite[modifier | modifier le code]

La 13e étape du Tour de France 1950 a été rendue terrible par une chaleur caniculaire, ce qui rendait le parcours très difficile. Marcel Molinès et Abdel-Kader Zaaf, tous les deux membres de l'équipe Afrique du Nord, avaient attaqué et pris suffisamment d'avance (jusqu'à 16 minutes) pour aller jusqu'à la victoire, qui devait se disputer au sprint.

On raconte qu'étant parvenu à lâcher Molinès, Abdel-Kader Zaaf, assoiffé, prit un bidon que lui présenta un spectateur sur le bord de la route. Malheureusement pour lui, ce bidon contenait du vin. Le résultat ne se fit pas attendre, ce fut l'assommoir pour le coureur qui, après s'être désaltéré, et légèrement titubant, reprit son vélo et repartit dans le sens inverse de la course. Marcel Molinès désormais seul poursuivit sa route et atteignit la ligne d'arrivée quatre minutes trente avant le peloton de poursuivants comprenant Stan Ockers et Ferdi Kübler.

Cette version fit le bonheur des salles de rédaction avec pour conséquence qu'il fut invité de nombreuses fois aux critériums qui suivaient le Tour. Encore, au début du XXIe siècle, il n'y a aucun commentateur du Tour qui renonce à raconter cette anecdote. Il s'agit en réalité d'une version qui a été longtemps colportée mais qui est totalement fausse.

La vérité est que Zaaf, qui était musulman pratiquant, ne buvait pas de vin. À cause de la fatigue, de la chaleur et surtout des amphétamines il a été victime d'un malaise et s'est écroulé au bord de la route. Des vignerons qui se trouvaient là l'ont adossé contre un platane et, comme ils n'avaient pas d'eau sous la main, l'ont aspergé avec du vin[1]. Zaaf, ayant retrouvé ses esprits, enfourcha sa bécane et repartit en sens inverse jusqu'à ce qu'il rencontrât la voiture balai. Il sentait épouvantablement la vinasse, d'où la légende[2]. Cette version prise et reprise suivant leurs auteurs souffre quant même de toute absence de réalité, Zaaf a certainement pris un bidon tendu par un spectateur (version locale après le petit village héraultais de Restinclières) celui-ci contenait (toujours version locale) vraisemblablement de la carthagène, boisson à base de vin titrant de l'ordre de 18 à 20 dégrés alcooliques mais cachés par l'extrème fraîcheur du produit.[réf. nécessaire]

Ce personnage pittoresque devint extrêmement populaire. L'année suivante il termina lanterne rouge du Tour et sut très habilement exploiter cette dernière place qui lui permit d'être invité dans de nombreux critériums d'après-Tour. Ce fut tout de même lui qui lança l'échappée entre Carcassonne et Montpellier dans la 16e étape, qui sera fatale à Fausto Coppi.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Chaque année, de 1948 à 1955, Abdel-Kader Zaaf gagna plusieurs étapes dans des circuits et plusieurs courses. 1950 fut sa meilleure année avec au total neuf premières places. Il emporta des victoires entre autres au Tour d'Algérie, au Tour du Maroc, au Tour d'Afrique du Nord, au Circuit de la Côte d'Or et à la Ronde des Champions. Au tour du Luxembourg de1951, il termina l'étape préliminaire à la deuxième place. On le vit aussi au départ du tour de Suisse en 1950, de Paris-Bruxelles en 1951, et en 1952 aux six jours de Dortmund. Il remporta au total 27 victoires.

Équipes successives[modifier | modifier le code]

Abdel-Kader Zaaf fut engagé par différentes équipes :

  • 1948 : Volta
  • 1949 : Duralca
  • 1950 à 1951 : Terrot-Wolber
  • 1952 à 1955 : Terrot-Hutchinson

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1948
    • 2e étape du Circuit des 6 Provinces
  • 1950
    • Circuit des 4 Grands-Prix d'Alger
    • Grand Prix de Pontanevaux
    • 8e et 16e étape du Tour d'Afrique du Nord
    • 4e, 7e, 9e, 11e et 14e étapes du Tour du Maroc
  • 1951
    • 4e étape du Circuit de la Côte d'Or
  • 1952
    • L'américaine de Crozon
    • 4e étape du Circuit des Vins de Gironde
    • 11e étape du Tour du Maroc
  • 1954
    • Grand Prix Bastos à Alger
    • Prix de Chiagat
    • Prix de Guinefort
  • 1955
    • Prix du 14 juillet à Mauron
    • Circuit de Casablanca
    • Prix de Saint-Thégonnec
    • Prix de Guinefort
    • 10e étape du Tour du Maroc
    • 2e de la 7e étape du Tour de l'Ouest.
    • 3e de Manche-Océan
    • 3e du Tour de l'Est algérien

Résultats sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La photo de Zaaf étendu contre l'arbre
  2. Le Tour de France 100 ans de passion Timée Editions

Liens externes[modifier | modifier le code]