Abbesses (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbesse (homonymie).
Abbesses
Butte Montmartre
Les quais rénovés en style d'origine « Nord-Sud ».
Les quais rénovés en style d'origine « Nord-Sud ».
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 18e
Coordonnées
géographiques
48° 53′ 04″ N 2° 20′ 19″ E / 48.884417645184, 2.338712811658848° 53′ 04″ Nord 2° 20′ 19″ Est / 48.884417645184, 2.3387128116588  

Géolocalisation sur la carte : 18e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 18e arrondissement de Paris)
AbbessesButte Montmartre

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
AbbessesButte Montmartre
Caractéristiques
Zone 1
Transit annuel 2 588 279 (2013)
Historique
Mise en service 31 octobre 1912
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 3105
Ligne(s) (12)
Correspondances
Funiculaire Funiculaire de Montmartre
(à distance)
Bus (BUS) RATP Montmartrobus
Précédent Lamarck - Caulaincourt Pigalle Suivant

Abbesses est une station du métro de Paris sur la ligne 12, dans le 18e arrondissement de Paris.

La station[modifier | modifier le code]

Escalier menant aux quais en 2006. Les décors étaient recouverts de tags multicolores.
Sur les quais, travaux de remise à nu des faïences d'origine, en février 2006.

La station est ouverte le 31 octobre 1912. Le nom de la station vient de la place des Abbesses, qui fait référence à l'abbaye des Dames de Montmartre.

L'édicule Guimard qui orne son accès était à l'origine à la station Hôtel de Ville. Il fut déplacé à la station Abbesses en 1974. Sa présence sur une station de l'ancienne société Nord-Sud constitue un contre-sens historique car celle-ci n'avait pas fait appel à ce type d'édicule pour ses stations. Il a été inscrit Monument historique par l'arrêté du 29 mai 1978[1].

C'est la station de métro la plus profonde de Paris : 36 mètres sous le niveau du sol[2]. Deux escaliers en colimaçon et deux ascenseurs relient la salle des billets (niveau supérieur) aux quais (niveau inférieur).

En 2011, 2 545 127 voyageurs sont entrés à cette station[3]. Elle a vu entrer 2 588 279 voyageurs en 2013 ce qui la place à la 213e position des stations de métro pour sa fréquentation[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

La station, originaire de la société Nord-Sud, possède initialement un habillage des quais très élaboré : le nom de la station est écrit en carrelage, des fresques typiques Nord-Sud tapissent les murs, les tympans indiquent la direction des trains.

Dans les années 1950, dans un désir de renouveau architectural et afin de rénover les stations à moindre coût, la station reçoit un carrossage métallique : des plaques métalliques décoratives seront fixées sur les parois verticales.

En 2006-2007, la station est de nouveau entièrement rénovée, dans son style d'origine pour les quais.

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose d'un unique accès :

Musique[modifier | modifier le code]

  • Le groupe Birdy Nam Nam a composé en 2005 un morceau nommé Abbesses.
  • Le groupe de rap Sexion d'Assaut a tourné certaines scènes d'un de ses clips (Les chroniques du 75) dans la station Abbesses.

Correspondances[modifier | modifier le code]

La station est desservie par la ligne Montmartrobus du réseau de bus RATP.

À proximité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00086748 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Métropolitain, station Abbesses
  2. Jean Robert, Notre métro, p. 88
  3. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr. Consulté le 5 novembre 2012.
  4. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr, consulté le 31 août 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de Bernard Toulier, Mille monuments du XXe siècle en France, p. 206, éditions du patrimoine (collection Indicateurs du patrimoine), Paris, 1997 (ISBN 978-2-85822-190-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]