Abbaye du Mont-César (Louvain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye du Mont-César
Image illustrative de l'article Abbaye du Mont-César (Louvain)
Vue du Mont César
Présentation
Nom local Abdij van Keizersberg
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction 1899
Site web www.keizersberg.be/
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Commune Louvain
Coordonnées 50° 53′ 19″ N 4° 41′ 48″ E / 50.8885, 4.696650° 53′ 19″ Nord 4° 41′ 48″ Est / 50.8885, 4.6966  

Géolocalisation sur la carte : Brabant flamand

(Voir situation sur carte : Brabant flamand)
Abbaye du Mont-César

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Abbaye du Mont-César

L'Abbaye du Mont-César (en néerlandais: Abdij van Keizersberg) est une abbaye bénédictine située à Louvain (Belgique). Elle fut fondée en 1899 au nord de la ville de Louvain par neuf moines venus de l'abbaye de Maredsous. Elle est affiliée à la congrégation de Subiaco et abrite une communauté de cinq moines (en 2009).

Mary with Child Keizersberg Abbey Leuven.jpg
La statue de la Vierge à l'Enfant


Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le site connu sous le nom de Mont César (Keizersberg), d'après Jules César, a abrité un château-fort démoli sous l'empereur Joseph II en 1782. Une commanderie de Templiers, construite en 1187, surplombait le côté est de la colline. Lorsque l'Ordre des Templiers fut aboli, la commanderie et son église passèrent en 1312 aux Chevaliers hospitaliers de Malte. Les bâtiments furent démolis par les Français en 1798, lorsque l'Ordre de Malte fut dispersé.

Fondation et développement[modifier | modifier le code]

Neuf moines venus de l'abbaye de Maredsous s'y installèrent en 1888. L'année suivante l'on construisit de nouveaux bâtiments en incorporant les ruines de la commanderie. Elle fut érigée en abbaye, le 13 avril 1899, avec comme premier père abbé, Dom Robert de Kerchove.

L'abbaye connut un grand renom, surtout à partir de 1909-1910, lorsque Dom Lambert Beauduin commença la publication de son périodique Les Questions liturgiques et paroissiales qui contribua au mouvement de renouveau liturgique. Dom Beauduin quitta l'abbaye en 1925 pour fonder le prieuré d'Amay, rattaché au Mont-César, qui déménagea plus tard à Chevetogne. Ce dernier, consacré à l'Œcuménisme, célèbre la liturgie conjointement en rite occidental et en rite oriental.

L'abbaye fut ravagée par un incendie en 1914 et les moines trouvèrent refuge jusqu'à la fin de la guerre à l'abbaye de Maria Laach.

Création de la congrégation de l'Annonciation[modifier | modifier le code]

À leur retour les moines allemands furent mal accueillis par la population locale, et il y eut des difficultés entre les moines belges et les moines allemands. Aussi l'abbaye quitta-t-elle la congrégation de Beuron pour créer la congrégation de l'Annonciation qui regroupa dès lors la majorité des maisons bénédictines de Belgique francophone (celles d'expression flamande étant au sein de la congrégation de Subiaco). L'abbé de Kerchove, osb, commença en 1929 la publication du périodique Recherches de théologie ancienne et médiévale

De nouveau gravement endommagée par l'occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale et incendiée lors de raids aériens anglais l'abbaye est ruinée, et les derniers vestiges de la commanderie ont presque disparu. Dom Bruno Reynders (1903-1981) (moine à l'abbaye de 1922 à 1968) y fut célèbre après la guerre pour avoir caché des centaines de Juifs.

En 1950, l'abbaye rétablit la tradition monastique de l'abbaye de Stavelot en créant le prieuré Saint-Remacle.

Sous la congrégation de Subiaco[modifier | modifier le code]

En 1968, les dissensions linguistiques entre Flamands et Wallons s'accentuèrent. L'université de Louvain déménagea ses facultés francophones vers un nouveau site hors de Louvain, et il fut décidé que l'abbaye du Mont-César serait néerlandophone. Elle quitta la congrégation de l'Annonciation pour celle de Subiaco au sein de la province flamande. Pendant un temps un administrateur territorial géra l'abbaye, après les démissions de l'abbé et du prieur. Une partie des bâtiments abrite désormais un foyer pour étudiants.

L'abbaye fait face aujourd'hui à la crise des vocations qui rend son avenir problématique.

Abbés[modifier | modifier le code]

  • 1899-1928: Dom Robert de Kerchove
  • 1928-1952: Dom Bernard Capelle
  • 1952-1968: Dom Rombout Van Doren
  • 1968-1970: Filips De Cloedt (administrateur)
  • 1970-1991: Dom Ambroos Verheul
  • 1991-1993: Lieven Bauwens (administrateur)
  • 1993-  : Dom Kris Op de Beeck

Moines célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Delmelle,Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel Édition, Bruxelles, 1973, p. 45.

Pour compléter[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]