Abbaye de Zaraka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Zaraka
Image illustrative de l'article Abbaye de Zaraka
Les ruines du monastère de Zaraka

Nom local Saracas, Saracez
Diocèse Diocèse de Patras
Diocèse de Corinthe
Numéro d'ordre (selon Janauschek) DLXXXVIII (588)[1]
Fondation 1225
Début construction 1225
Cistercien depuis 1225
Dissolution 1280
Abbaye-mère Hautecombe
ou Morimond
Lignée de Abbaye de Clairvaux
ou Morimond
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style

Coordonnées 37° 52′ 01″ N 22° 27′ 29″ E / 37.867024162173, 22.458187420065 ()37° 52′ 01″ Nord 22° 27′ 29″ Est / 37.867024162173, 22.458187420065 ()  [2]
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Région historique Achaïe
Périphérie Péloponnèse
District régional Corinthie
Dèmes Dème des Sicyoniens

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Abbaye de Zaraka

L’abbaye de Zaraka est une ancienne abbaye cistercienne située en Grèce, dans la municipalité de Stymphale. Fondée au début du XIIIe siècle par des religieux de l’abbaye d'Hautecombe, elle est abandonnée au bout d'une cinquantaine d'années, principalement en raison du contexte politique.

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Zaraka est fondée par des moines venus de l’abbaye d'Hautecombe[3],[4],[5],[6], ou peut-être ceux de Morimond[7], entre 1210[8] et 1225[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 320.
  2. a et b « Zaraka », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 10 mai 2013).
  3. « Un demi-millénaire… Entre médiocrité et décadence », sur www.abbaye-tamie.com, Abbaye Notre-Dame de Tamié (consulté le 10 mai 2013).
  4. Beihammer, Parani & Schabel 2008, « Antelm the nasty, first latin archbishop of Patras », p. 108.
  5. (en) Nickiphoros I. Tsougarakis, The western religious orders in medieval Greece : Thèse de doctorat, Leeds, Université de Leeds,‎ janvier 2008, 473 p. (lire en ligne), p. 96.
  6. Romain Clair 1964, p. 202.
  7. Kathryn E. Salzer 1999.
  8. Claudius Blanchard, Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie : avec pièces justificatives inédites, Chambéry, Puthod,‎ 1875, 741 p. (lire en ligne), p. 142.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Romain Clair 1964] Romain Clair, « Les filles d'Hautecombe dans l'empire latin de Constantinople », Revue Mabillon : archives de la France monastique, Abbaye Saint-Martin de Ligugé, no 61,‎ 1964, p. 202 (ISSN 00353620, résumé).
  • [Kathryn E. Salzer 1999] (en) Kathryn E. Salzer, « Gatehouses and mother houses : a study of the cistercian abbey of Zaraka », Medieval studies, no 61,‎ 1999 (ISSN 0076-5872, résumé).
  • [Beihammer, Parani & Schabel 2008] (en) Alexander Daniel Beihammer, Maria G. Parani et Christopher David Schabel, Diplomatics in the Eastern Mediterranean 1000-1500 : Aspects of Cross-cultural Communication, BRILL,‎ 2008, 467 p. (ISBN 9789004165472, &pg=PA135 lire en ligne), p. 135