Abbaye de Weissenau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Weissenau
Image illustrative de l'article Abbaye de Weissenau
Édifices conventuels
Présentation
Nom local Kloster Weißenau
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Début de la construction 1145
Fin des travaux XVIIIe siècle
Architecte Franz Beer von Blaichten
Style dominant Architecture baroque
Géographie
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Région Bade-Wurtemberg
Commune Ravensbourg
Coordonnées 47° 45′ 47″ N 9° 35′ 46″ E / 47.763, 9.596 ()47° 45′ 47″ Nord 9° 35′ 46″ Est / 47.763, 9.596 ()  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Abbaye de Weissenau

L’Abbaye de Weissenau (historiquement Minderau, trad. du latin Augia Minor), voisine de l’ancienne ville libre de Ravensbourg en Haute-Souabe, abritait un chapitre canonial impérial de l’Ordre des Prémontrés. Elle fut active de 1145 jusqu’à sa sécularisation en 1802-1803.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’abbaye fut fondée en 1145 par Gébizon de Ravensburg, ministériel des Guelfes. La congrégation, formée de chanoines de l’abbaye Rot-an-der-Rot, s'y établit sous la protection du bailli Hermann Ier. La première pierre de la collégiale fut posée en 1152 et la consécration de l'édifice intervint en 1163. Cet édifice roman primitif respectait un plan basilical à trois nefs. Avec l'élévation du bailliage en abbaye en 1257, Rodolphe de Habsbourg put en 1283 confier aux pères un reliquaire du Saint Sang, qui fit de l'abbaye un sanctuaire très fréquenté, évoqué d'ailleurs dans le conte de Lohengrin. Elle demeure encore aujourd'hui un lieu de pèlerinage traditionnel consacré à Marie de Magdala.

Les chanoines décidèrent au début du XVIIIe siècle de reconstruire l'abbaye. Le prélat impérial Mauch confia la réalisation des travaux à un architecte de Constance, Franz Beer von Blaichten, qui édifia la nouvelle collégiale, achevée en 1724, dans le style baroque.

Comme l'Abbaye de Schussenried, Weissenau échut avec la sécularisation à la maison des comtes de Sternberg-Manderscheid, dont les descendants vendirent en 1835 les fiefs de Schussenried et Weissenau à la maison royale de Wurtemberg pour un million de florins ; mais depuis la médiatisation de 1806, les terres étaient déjà rattachées au royaume de Wurtemberg.

Les bâtiments encore intacts de l'abbaye se trouvent aujourd'hui sur les terrains du centre de séjour de Weissenaudans le faubourg d’Eschach à Ravensbourg. Les terrains de l'ancienne abbaye s'étendaient sur les villages et hameaux d’Eschach : Oberhofen et Unter-Eschach. La paroisse Sainte-Christine, dont l'église se trouvait au château de Ravensburg (auj. château fort de Veitsburg), et Bodnegg appartenaient à l'abbaye de Weissenau.

Reconversion[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Pierre-et-Paul
Grandes orgues de la chapelle de Weissenau-bei-Ravensburg
console des grandes orgues de Weißenau.

La collégiale baroque Saint-Pierre-et-Paul sert d'église paroissiale pour les fidèles du culte catholique. Les grandes orgues baroque, œuvre de Jean-Népomucène Holzhay, sert autant pour la liturgie que pour des concerts.

Les bâtiments conventuels, quant à eux, furent dès 1892 convertis en clinique. Puis sous le Troisième Reich, cet établissement public du Wurtemberg servit de maison de repos (Zwischenanstalt) pour les patients et les habitants de Göppingen, Rottenmünster et Winnental. Mais en 1940, dans le cadre du programme Aktion T4, on y transféra par les sinistres « bus gris » du Gemeinnützige Krankentransport GmbH (« Gekrat » en abrégé) 691 handicapés en vue de leur extermination au Centre d'euthanasie de Grafeneck[1]. On y interna aussi quelques opposants au régime, comme le militant catholique Theodor Roller.

Avec d'autres bâtiments anciens et quelques nouveaux immeubles, l'endroit est désormais affecté au Centre Psychiatrique Régional « Die Weissenau » (Anstalt öffentlichen Rechts unter Gewährsträgerschaft des Lands Baden-Württemberg). Près de Rahlenhof, l'ancienne résidence d'été des abbés de Weissenau, une clinique spécialisée pour les hommes infirmes s'est établie.

La salle de cérémonie des bâtiments conventuels, aux plafonds de stuc richement ouvragés, sert à présent de salle de concert (300 places).

Une blanchisserie-amidonerie déjà implantée au milieu de l'abbaye au XIXe siècle, poursuivait son activité à proximité immédiate des bâtiments jusqu'en 2006. L'usine a déménagé depuis, mais le siège administratif se trouve toujours à Weissenau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Kloster Weissenau » (voir la liste des auteurs)
  • al. (dir.), 850 Jahre Prämonstratenserabtei Weissenau. 1145-1995, Thorbecke, Sigmaringen,‎ 1995 (ISBN 3-7995-0414-1, lire en ligne)
  • al. (dir.), Weissenau in Geschichte und Gegenwart. Festschrift zur 700-Jahrfeier der Übergabe der Heiligblutreliquie durch Rudolf von Habsburg an die Prämonstratenserabtei Weissenau, Thorbecke, Sigmaringen,‎ 1983 (ISBN 3-7995-4020-2)
  • Tilman Steinert, Die Geschichte des Psychiatrischen Landeskrankenhauses Weißenau. Darstellung der Anstaltsgeschichte von 1888 bis 1945 im ideengeschichtelichen und sozioökonomischen Kontext, Weinsberg, Weissenhof-Verlag,‎ 1985 (ISBN 3-923067-45-3)
  • St. Peter und Paul, Weißenau. Schnell Kunstführer Nr. 151, Ratisbonne, Verlag Schnell & Steiner GmbH,‎ 2004 (ISBN 3-7954-4158-7)

Cf. la bibliographie de Route Baroque de Haute-Souabe

Voir également[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :