Abbaye de Tinternparva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Abbaye de Tintern.
Abbaye de Tinternparva
Image illustrative de l'article Abbaye de Tinternparva
Vue de l'abbaye

Nom local Tintern Minor
Tintern de Voto
Cinn Eich
Patronage Sainte Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) DXXVII (527)[1]
Fondation 26 septembre 1200
Dissolution 1537
Abbaye-mère Abbaye de Tintern
Lignée de Abbaye de Cîteaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style

Coordonnées 52° 14′ 13″ N 6° 50′ 16″ O / 52.236919437601, -6.8377677975422 ()52° 14′ 13″ Nord 6° 50′ 16″ Ouest / 52.236919437601, -6.8377677975422 ()  [2]
Pays Drapeau de l’Irlande Irlande
Comté Wexford

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
Abbaye de Tinternparva

L’abbaye de Tinternparva (ou de Tintern) est une ancienne abbaye cistercienne située sur la péninsule de Hook (en), dans le comté de Wexford, en Irlande. Comme la plupart des abbayes britanniques, elle a été fermée par Henry VIII durant la campagne de dissolution des monastères.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1200, Guillaume le Maréchal, comte de Pembroke, naviguant vers l'Irlande, est pris dans une violente tempête. Il fait le serment de construire une abbaye s'il est sain et sauf. Son bateau parvient à atteindre la baie de Bannock (sur le flanc est de la péninsule de Hook) et accomplit donc son vœu[note 1] en implantant en ce lieu, sur la rivière Tintern, la future abbaye de Tinternparva. Ce n'est pas le premier établissement cistercien en Irlande (l'abbaye de Mellifont date de 1142), mais c'est le seul qui soit de la lignée de Cîteaux : Guillaume le Maréchal étant de Pembroke, il connaissait très bien les moines de l'abbaye galloise de Tintern, située sur sa juridiction[3]. La charte édictée par Guillaume est datée du 3 décembre [1200][4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le pont construit sur la Tintern par les moines.

L'abbaye, richement dotée, acquiert de nombreux terrains, de sorte qu'elle était à la dissolution le troisième monastère cistercien le plus riche d'Irlande, après Sainte-Marie de Dublin (de) et Mellifont[3].

Dissolution du monastère[modifier | modifier le code]

En 1537, comme l'immense majorité des monastères britanniques, à la suite de la rupture entre Henry VIII et l'Église catholique, l'abbaye de Tinternparva est fermée et détruite lors de la campagne de dissolution des monastères. Après la dissolution, l'abbaye passe de mains en mains avant d'échoir au XVIIIe siècle à la famille Colclough.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce qui explique le surnom de voto parfois donné à cette abbaye.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 297.
  2. « Tintern Minor », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 30 octobre 2013).
  3. a et b « Tintern abbey », sur http://www.wexfordweb.com/, Comté de Wexford (consulté le 30 octobre 2013).
  4. John Henry Bernard 1917, p. 528.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [John Henry Bernard 1917] (en) John Henry Bernard, « The foundation of Tintern Abbey, Co. Wexford », Proceedings of the Royal Irish Academy, vol. XXXIII (33), no 17 & 18,‎ 30 mars 1917, p. 527-529 (lire en ligne).
  • [Ann Lynch 2010] (en) Ann Lynch, Tintern Abbey, Co. Wexford : Cistercians and Colcloughs. Excavations 1982–2007, Dublin, Department of Arts, Heritage and the Gaeltacht, coll. « Heritage and Local Government »,‎ octobre 2010, 245 p. (ISBN 97781406425321).