Abbaye de Saint-Sixte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Saint-Sixte
Image illustrative de l'article Abbaye de Saint-Sixte
Présentation
Nom local Sint-Sixtusabdij van Westvleteren
Culte catholique
Type Prieuré en 1831
Abbaye en 1871
Rattachement Ordre cistercien de la stricte observance
Début de la construction 1831
Autres campagnes de travaux Reconstruction à partir de 1927
Site web www.sintsixtus.be/fr/home.htm
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Province Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Occidentale
Commune Westvleteren
Coordonnées 50° 53′ 45″ N 2° 43′ 17″ E / 50.895942, 2.721262 ()50° 53′ 45″ Nord 2° 43′ 17″ Est / 50.895942, 2.721262 ()  

Géolocalisation sur la carte : Flandre-Occidentale

(Voir situation sur carte : Flandre-Occidentale)
Abbaye de Saint-Sixte

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Abbaye de Saint-Sixte

L'abbaye de Saint-Sixte est un monastère de moines cisterciens-trappistes, fondé en 1831 à Westvleteren, en Flandre occidentale (Belgique). Il est le premier monastère de tradition cistercienne à ouvrir ses portes dans la Belgique nouvellement indépendante. Le prieuré de 1831 est érigé en abbaye en 1871. Le monastère est une abbaye 'vivante' dont la communauté compte une petite trentaine de moines.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1814, le marchand de houblon Jan-Baptist Victoor s'installa comme ermite dans les bois de Saint-Sixte là où prend sa source un petit ruisseau, le Vleterbeek, qui arrose Westvleteren. En dévot laïc, il a vécu ainsi les dernières années de sa vie dans une solitude volontaire, ayant légué sa demeure et ses terres aux Trappistes[1]. En 1831, il accueillit le prieur et quelques moines cisterciens-trappistes du monastère récemment fondé (1826) du Mont-des-Cats à Westvleteren[2]. Ainsi naquit l'idée d'un nouveau monastère trappiste : le prieuré des Trappistes de Saint-Sixte, dont la construction débuta aussitôt, et qui fut érigé en abbaye en 1871.

À deux reprises, la communauté envoya « ses fils à l'extérieur » : en 1850, 16 moines de Saint-Sixte fondèrent l'abbaye Notre-Dame de Scourmont, près de Chimay (Belgique), et, en 1858-1860, 20 moines furent envoyés au Canada pour insuffler une nouvelle vie dans la communauté de Tracadie (aujourd'hui Spencer).

D’autres événements importants au cours de cette première période sont la construction de l’église abbatiale en 1840, la création de l’école primaire vers 1840, la mise en service de la première brasserie en 1839, l’accession du prieuré au statut d’abbaye en 1871 et le développement de la ferme en exploitation modèle pour la région dans les années 1875-1878.

Durant la Première Guerre mondiale, 400 000 alliés logèrent dans et autour de l'abbaye de Saint-Sixte. Au début de la Seconde Guerre mondiale, le général Bernard Montgomery et son état-major installèrent temporairement leur quartier-général dans l'abbaye.

Après la Seconde Guerre mondiale, quelques options importantes furent faites qui se révéleront déterminantes jusqu'à aujourd'hui. En 1945, l'abbé du moment décida de restreindre les activités de la brasserie pour en faire une entreprise de petite dimension. En 1964, une nouvelle hôtellerie (40 chambres) fut construite, afin de concrétiser la dimension « hospitalité », comme signe de l'ouverture « vers l'extérieur ». Le mouvement « vers l'intérieur » se concrétisa dans la construction de la nouvelle église abbatiale en 1968, uniquement accessible via l'hôtellerie.

La communauté actuelle (2008) compte 26 frères, dont la moyenne d'âge est de 54 ans.

La bière Saint-Sixte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Westvleteren (bière).

La bière Trappiste Westvleteren a été classée meilleure bière du monde en 2005. Elle est exclusivement vendue dans le magasin de l'abbaye de Saint-Sixte et ne peut être achetée qu'après réservation[3]. L'appellation bière trappiste est réservée aux bières brassées par les moines trappistes dans leur abbaye.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Joseph Delmelle, Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel Édition, Bruxelles, p. 29.
  2. abbayes.fr abbayes.fr
  3. lalibre.be