Abbaye de Saint-Méen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Saint-Méen
Présentation
Type Abbaye
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Commune Saint-Méen-le-Grand
Coordonnées 48° 11′ 17″ N 2° 11′ 35″ O / 48.18805556, -2.19305556 ()48° 11′ 17″ Nord 2° 11′ 35″ Ouest / 48.18805556, -2.19305556 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Saint-Méen

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Abbaye de Saint-Méen

L'Abbaye de Saint-Méen est située sur la commune de Saint-Méen-le-Grand, département de l' Ille-et-Vilaine, en région Bretagne, en France.


Historique[modifier | modifier le code]

Selon la tradition une abbaye celtique sous le nom de Saint-Jean-de-Gaël ou Wadel fut bâtie vers 600 par Mevennus ou Mewen neveu de l'évêque Samson de Dol avec la permission de Juthaël ou Judaël roi de Domnomée. L'établissement acquis une grande notoriété grâce à Judicaël qui vint d'abord s'y réfugier lors d'un conflit avec son frère Haëloc puis qui si retira pour y mourir en 648/652 en odeur de sainteté après avoir abdiqué

L'abbaye fut totalement détruite en 799 ou en 811 par les troupes franques de Charlemagne et rebâtie en 816 par l'abbé Helocar évêque de Saint-Malo. L'invasion vikings de 919 provoqua le transfert des reliques de Saint Méen à l'Abbaye Saint-Florent de Saumur et celle de Judicaël à l'Abbaye Saint-Jouin de Marnes. L'abbaye incendiée resta déserte jusqu'au début du XIe siècle

Le monastère fut relevé à environ 2 Km de son site initial sous le règne d'Alain III de Bretagne par Hinguethen abbé de Saint-Jacut et placée alors sous l'invocation de Saint-Méen.

Malgré le patronage royal et ducal qui s'attache à sa fondation et à sa restauration les domaines de l'abbaye restent modestes Guillaume Ier le 7e abbé souscrivit la fondation du prieuré de Lohéac en 1101. Les reliques de Saint Méen furent restituées en 1074 et celle de Judicaël en 1130. En 1135 un Concile de Redon l'abbé Joston réclama l'excommunication du seigneur de Montfort spoliateur de l'Abbaye.

Le premier abbé commendataire fut dès 1445 Robert de Coëtlogon personnage important chargé des affaires du Duché de Bretagne auprès de Pape à Rome en 1451 il était le fils de Olivier de Coëtlogon, seigneur de la Gaudinaye et du Guéauduc et de Jeanne Le Bart, dame de Méjusseaume. Il meurt le 30 avril 1492 et est inhumé dans la Chapelle Saint-Michel de l'abbatiale où son tombeau se trouve encore.Il fut suivi par des ecclésiastiques prestigieux nommé par les ducs de Bretagne puis les rois de France.

Au XVIIe siècle un long conflit opposa les moines et leur Prieur à l'abbé à Achille de Harlay de Sancy évêque de Saint-Malo qui doit employer la force publique pour les chasser. Il se termina sous son successeur par un arrêt du Conseil privé du Roi et une bulle du Pape Alexandre VII qui sécularisa l'abbaye au profit des Lazaristes ou prêtres de la Mission. Saint-Méen demeura le Petit Séminaire du diocèse de Saint-Malo jusqu'à la Révolution française

En 1790 l'abbaye fut séquestrée confisquée par l'État et déclarée propriété nationale. En 1809 Napoléon Ier en fait donation à la commune qui après la chute de l'Empire confie à l'évêché de Rennes le soins de transformer les bâtiments en séminaire diocésain qui perdura jusqu'en 1905.

Abbatiale[modifier | modifier le code]

Après la destruction de l'église paroissiale de Saint-Méen-le-Grand en 1807, l'ancienne abbatiale fut affectée à cet office.

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Les Abbayes Bretonnes. Biennale des Abbayes Bretonnes. Le Sarment Fayrad Rennes 1983 (ISBN 2213013136) Marie Lidou & Nicole Andrejewski Saint-Méen p. 115-122.
  • Marquis de Bellevue Paimpont. Paris 1912, réédition par Lafitte Reprints Marseille 1980 p. 80-84.