Abbaye de Säben

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Säben
Image illustrative de l'article Abbaye de Säben
Vue de l'abbaye
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction 1687
Site web www.kloster-saeben-freunde.de/
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Trentin-Haut-Adige
Commune Klausen
Coordonnées 46° 38′ 47″ N 11° 34′ 06″ E / 46.646389, 11.568333 ()46° 38′ 47″ Nord 11° 34′ 06″ Est / 46.646389, 11.568333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Abbaye de Säben

L'abbaye de la Sainte-Croix de Säben (en latin Sabiona) est une abbaye de religieuses bénédictines qui se trouve près de Klausen dans le Tyrol du Sud (aujourd'hui nord de l'Italie). Elle a été fondée par le prince-évêque de Brixen, Johann Franz Khuen von Belasi (1649-1702), et les bénédictines de Salzbourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de l'abbaye

Le piton rocheux de Säben est depuis plus d'un millénaire un lieu de pèlerinage qui domine la localité de Klausen, habitée depuis l'âge de la pierre. Il y eut ensuite une fortification romaine. L'évêché a été fondé au VIe siècle. Louis IV de Germanie, dit l'Enfant, fait don d'un domaine agricole, Prischna devenu Brixen, à l'évêque Zacharie en 960 qui deviendra le siège de l'évêché.

Säben devient à cette époque une forteresse épiscopale et l'on reconstruit un château fort (Burg Säben) entre les XIVe et XVe siècles. Les jugements y sont rendus et c'est du château que les évêques font administrer la partie méridionale de leur diocèse. Celui-ci est presqu'entièrement détruit par un incendie à la fin du XVIe siècle.

Le prince-évêque de Brixen, Mgr Khuen von Belasi, consent à la demande du clergé local[1] de faire venir une communauté de religieuses bénédictines en 1686, venant de l'abbaye de Nonnberg (Salzbourg). La première abbesse est Agnès von Ziller et bientôt la communauté comprend trente bénédictines.

Le monastère est assailli pendant les guerres napoléoniennes et sécularisé en 1803, après le recès d'Empire, mais les religieuses réussissent à revenir et à s'y maintenir, certes dans un état précaire, pendant le XIXe siècle. La communauté est revitalisée par l'arrivée dans les environs des moines de l'abbaye de Beuron qui avaient dû prendre l'exil à cause des mesures législatives anti-catholiques du Kulturkampf prises entre 1871 et 1876 et qui eurent pour effet de chasser les congrégations (sauf les hospitalières) de l'Empire allemand pendant une douzaine d'années et de confisquer leurs biens. Les religieuse profitent de leur enseignement et font reconstruire les ruines du château pour y installer de nouveaux bâtiments.

L'abbaye, bien qu'ayant adopté depuis près d'un siècle le mode de vie beuronnais, n'entre formellement dans la congrégation de Beuron qu'en 1974.

Les religieuses, qui sont une douzaine, vivent une clôture monastique stricte et reçoivent des retraitantes pendant l'été. Elles vivent d'artisanat.

Architecture[modifier | modifier le code]

On trouve quatre églises à Säben : l'église de la Sainte-Croix, la chapelle Notre-Dame-de-Grâces, l'église abbatiale et l'église Notre-Dame[2], où sont conservés huit tableaux de Stephan Kessler, peintre baroque tyrolien, représentant les épisodes de la vie de la Vierge Marie.

Les archéologues ont trouvé un baptistère du IVe siècle dans la chapelle ND de Grâces. L'abside et un arc sont pré-romans et romans et le reste du XIVe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En particulier du curé Matthias Jenner, également habile homme d'affaires.
  2. Dont le plan est octogonal.

Sources[modifier | modifier le code]