Abbaye de Rievaulx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Rievaulx
Image illustrative de l'article Abbaye de Rievaulx
Les ruines de l'abbatiale de Rievaulx

Diocèse Diocèse d'York
Patronage Sainte Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) LII (52)[1]
Fondation 5 mars 1132
Dissolution 1538
Abbaye-mère Abbaye de Clairvaux
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles 107 - Warden (1136-1537)
094 - Melrose (1136-1560)
172 - Dundrennan (1142-1587)
186 - Revesby (1143-1538)
285 - Rufford (1147-1536)
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style
Protection Monument classé grade I (le 4 janvier 1955 sous le numéro 328337[2]

Coordonnées 54° 15′ 28″ N 1° 07′ 00″ O / 54.257701540129, -1.1166990510549 ()54° 15′ 28″ Nord 1° 07′ 00″ Ouest / 54.257701540129, -1.1166990510549 ()  [3]
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Yorkshire du Nord
District Ryedale
Paroisse civile Helmsley

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Abbaye de Rievaulx

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Abbaye de Rievaulx

Géolocalisation sur la carte : Yorkshire du Nord

(Voir situation sur carte : Yorkshire du Nord)
Abbaye de Rievaulx

L 'abbaye de Rievaulx est une ancienne abbaye cistercienne située dans le village de Rievaulx (prononcé en anglais ree-vo), près de Helmsley dans le Yorkshire du Nord en Angleterre.

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye fondée en 1132 par douze moines de l'abbaye de Clairvaux fut la première abbaye cistercienne du nord de l'Angleterre.

L'endroit isolé convenait parfaitement aux moines cisterciens, qui voulaient mener une vie simple de prière, en limitant les contacts avec le monde extérieur. L'abbaye est située dans un vallon boisé entouré de collines, près de la Rye. Pour augmenter la surface constructible les moines détournèrent une partie de la rivière de quelques mètres. Ils modifièrent ainsi le cours de cette rivière plusieurs fois au cours du XIIe siècle.

Avec le temps elle devint l'une des principales abbayes du Yorkshire, sa renommée ne le cédant qu'à celle de l'Abbaye de Fountains. Saint Aelred de Rievaulx (1110-1167), l'auteur de célèbres traités spirituels, en fut l'abbé de 1147 à sa mort.

Développement et apogée[modifier | modifier le code]

Au fil des années les moines se lancèrent dans des activités lucratives : mines de plomb et de fer, élevage du mouton et exportation de laine vers toute l'Europe. L'abbaye de Rievaulx finit par devenir l'une des plus riches en Angleterre. 140 moines y vivaient, ainsi que des frères convers en grand nombre. L'abbaye reçut des dons de terres s'élevant à 2 400 hectares et fonda des filiales en Angleterre (Wardon en 1136, Revesby en 1143 et Rufford en 1148) et en Écosse (Melrose en 1136 et Dundrenan en 1142)[4].

Parallèlement l'abbaye promouvait l'éducation, les lettres et les activités caritatives dans la région. Son école abbatiale formait de nombreux jeunes. Son scriptorium produisait des bibles et livres liturgiques. D'une manière générale la prospérité économique de l'abbaye profitait aux habitants de la région.

Déclin[modifier | modifier le code]

Vers la fin du XIIIe siècle l'abbaye connut des difficultés en raison des lourdes dettes dues à ses projets de construction et d'une épidémie de gale du mouton. Ce revers de fortune fut aggravé par des raids écossais au début du XIVe siècle. De plus la baisse de la population due à la peste noire au milieu du XIVe siècle rendit difficile le recrutement de frères convers pour les travaux manuels. En conséquence l'abbaye en fut réduite à louer une partie de ses terres.

Au XVe siècle l'observance de la règle de saint Benoît selon la manière cistercienne était abandonnée au profit d'un mode de vie plus « confortable » ; il était permis de manger de la viande, et des logements privés furent créés pour les moines ; l'abbé jouissait désormais d'une domesticité importante.

L'abbaye fut dissoute par le roi Henri VIII en 1538. On estime qu'à cette époque il existait 72 bâtiments occupés par un abbé et 21 moines, servis par 102 domestiques. Il existait aussi un prototype de haut-fourneau à Laskill qui produisait de la fonte avec une efficacité égale à celle des hauts-fourneaux modernes ; selon Gerry McDonnell, archéométallurgiste de l'université de Bradford, la fermeture de Rievaulx retarda la Révolution industrielle de 250 ans.

Les ruines de l'abbaye restent impressionnantes. L'ensemble complexe des bâtiments du monastère, infirmerie, chapelle, cuisines, chaufferie, donne une idée des activités et du travail de la communauté.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 115-116.
  2. (en) « Rievaulx Abbey, Rievaulx », sur http://www.britishlistedbuildings.co.uk/, British Listed Buildings (consulté le 16 décembre 2013).
  3. « Rievaulx », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté en 16 décembre).
  4. L'art cistercien hors de France, du Père M.-Anselme Dimier, traduction anglaise de Paul Veyriras et Marie-Thérèse Blanchon, traduction allemande de Hilaire de Vos, photographies de Zodiaque, La Pierre-qui-Vire, 1971, p. 29