Abbaye de Pothières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de Pothières
Le bâtiment subsistant de l'ancienne abbaye
Le bâtiment subsistant de l'ancienne abbaye

Ordre Bénédictin (863-1655)
Saint-Vanne (1655-1793)
Fondation 863
Fermeture 1790
Fondateur Girart de Roussillon
Localisation
Emplacement Pothières dans le département de la Côte-d'Or
Pays
Coordonnées 47° 55′ 22″ N 4° 31′ 17″ E / 47.922778, 4.521389 ()47° 55′ 22″ Nord 4° 31′ 17″ Est / 47.922778, 4.521389 ()  

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de Pothières

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de Pothières

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de Pothières

L'ancienne abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de Pothières était une abbaye située à Pothières, au nord de la Bourgogne, et dans l'actuel département de la Côte-d'Or.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette abbaye bénédictine fut fondée en 863[1] par Girart de Roussillon, qui fonda en même temps l'ancienne abbaye de Vézelay.

Origines et fondation (IXe siècle)[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Pothières est l'œuvre de Girart de Roussillon, fils de Leuthard Ier, comte de Paris et de Fézensac[2], compagnon de Louis le Pieux. Sans doute né entre 800 et 810, il devient entre autres titres comte de Paris, de Roussillon et de Vienne. Girart était un homme très puissant, et aussi très proche des têtes couronnées de l'époque : il a épousé Berthe, fille du comte de Tours Hugues III en 819, devenant ainsi le beau-frère de Lothaire Ier, empereur d'Occident. Il est aussi l'oncle d'Ermentrude d'Orléans la femme du roi de Charles II le Chauve, roi de Francie occidentale. Entre l'empereur et le roi des Francs, Girart choisit le camp de l'empereur, et combat même Charles II le Chauve à la Bataille de Fontenoy-en-Puisaye (841). Après s'être vu accordé le pardon royal, il trahit à nouveau le roi des Francs et est définitivement défait. Le roi lui accorde à nouveau son pardon. Pour expier ses fautes, la légende veut que Girart ait décidé de fonder douze abbayes en compagnie de sa femme, dont Vézelay et Pothières. Il est enterré en compagnie de sa femme à Pothières[3], entre 874 et 879 (les dates sont incertaines).

XVe siècle au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Elle suivait à l'origine la règle de saint Benoît, puis se retrouva affiliée à la Congrégation de Saint-Vanne en 1655.

La Révolution[modifier | modifier le code]

Elle cessa officiellement d'exister en 1790, et ses biens furent vendus. Il ne reste aujourd'hui que le château (en fait le pavillon de l'abbé, datant de la fin du XVIIIe siècle) et ses dépendances.


Architecture[modifier | modifier le code]

Église abbatiale[modifier | modifier le code]

Cloître[modifier | modifier le code]

Sépultures[modifier | modifier le code]

Bâtiments conventuels[modifier | modifier le code]

Logis de l'abbé[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Teriers, propriétés, revenus[modifier | modifier le code]

Abbés[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Moines et hôtes illustres[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le présent article est issu du travail effectué par un étudiant en Master d'histoire moderne (avec son aimable autorisation) :

  • GUYARD Anthony, Le temporel de deux abbayes du Châtillonnais durant l’Ancien Régime : Notre-Dame de Châtillon-sur-Seine et Saint-Pierre et Saint-Paul de Pothières, Mémoire de Master, Université de Bourgogne, Dijon, 2008.

Ce mémoire est lui-même basé sur différentes sources, dont les principales concernant Pothières sont :

  • Archives départementales de la Côte-d'Or, série 9 H (Abbaye de Pothières) et 1 Q 845 (vente des biens).
  • SAPIN C., l'ancienne abbaye de Pothières, Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d'Or, Tome XXX, Dijon, 1976-1977, p.257-278.
  • SUQUET L., Pothières à travers les âges : petite histoire de l'abbaye et du village de Pothières, Les Cahiers du Châtillonnais, N°82, Association des Amis du Châtillonnais, Châtillon-sur-Seine, 1995.
  • WERMELINGER E., Pothières, son pays et son monastère, Bulletin annuel de la Société d'archéologie et d'histoire du Tonnerrois, N°39 (p.11-15), N°40 (p.4-11), 1986-1987.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La date demeure imprécise. Hugues de Poitiers cite, dans son Histoire de l'abbaye de Vézelay depuis le règne de Charles-le-Chauve jusqu'en 1147, la 23e année du règne de Charles II, donc l'an 863. L'historien Dom Urbain Plancher évoque une date située entre 859 et 867.
  2. WERMELINGER E., Pothières, son pays et son monastère, Bulletin annuel de la Société d'archéologie et d'histoire du Tonnerrois, N°39, p.13
  3. La Chronique de Vézelay (Chronico Vezeliacensi) dit à ce propos qu'il fut enterré apud Pulterias (près de Pothières)
  4. Abbé L. Chomton, Histoire de l'église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon, 1900, liste des abbés