Abbaye Saint-Étienne de Marmoutier (Alsace)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye de Marmoutier.
Abbaye de Marmoutier
Image illustrative de l'article Abbaye Saint-Étienne de Marmoutier (Alsace)
La façade romane
Présentation
Culte catholique romain
Type abbaye
Protection Logo monument historique Classé MH (1840, église))
 Inscrit MH (1991, aile abritant les granges dimières (façades, toitures avec charpentes, caves voûtées, sols dallés))
Géographie
Pays France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Commune Marmoutier
Coordonnées 48° 41′ 26″ N 7° 22′ 56″ E / 48.690556, 7.382222 ()48° 41′ 26″ Nord 7° 22′ 56″ Est / 48.690556, 7.382222 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Marmoutier

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Abbaye de Marmoutier

L'abbaye Saint-Étienne de Marmoutier (Bas-Rhin) est une abbaye bénédictine du VIe siècle.

L'abbaye fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette abbaye, située sur la Route romane d'Alsace, entre Saverne et Wasselonne, fut fondée vers 589 par des moines Irlandais conduits par saint Léobard, un disciple de saint Colomban. Cette fondation ne fut possible sans le concours financier du roi d'Austrasie, Childebert II qui dota l'abbaye d'un grand domaine. En 724, suite à un incendie, le monastère fut restauré par Saint Maur, son cinquième abbé, de qui découle son appellation actuelle : Mauri Monasterium, monastère de Maur ou Marmoutier.

Abbaye royale, elle est richement dotée par les rois mérovingiens, elle doit sa prospérité à de vastes domaines[2]. En 728 saint Pirmin réforma cette abbaye colombanienne et introduisit la règle de saint Benoît de Nursie.

Sous l'impulsion du roi Louis le Pieux, en 816, Benoît d'Aniane et quelques moines vinrent s'y établir. Un second incendie l'ayant détruite de nouveau en 824, elle fut reconstruite et confiée à Drogon, frère du roi Louis le Pieux et évêque de Metz. L'église abbatiale fut consacrée en 971 par Erchenbald, évêque de Strasbourg. C'est de cette dernière époque et du XIe siècle que date la magnifique façade de l'église.

Très prospère jusqu'au XIIe siècle, elle décline au cours des siècles suivants marqués par la guerre des paysans de 1525 et la guerre de Trente Ans de 1618. L'abbaye retrouve la prospérité jusqu'à la Révolution, mais ses bâtiments dédiés à la vie monastique sont détruits pendant cette période ; seule subsiste l'abbatiale dont on peut encore admirer aujourd'hui la magnifique façade.

L'abbatiale[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église, sur la place du Marché, a une façade, du style romano-byzantin, avec porche ouvert à trois arcades et flanqué de deux tours carrées; celles-ci contiennent les escaliers qui, au 1er étage, conduisent à une salle située au-dessus du porche et à la grande tribune, reste de l'église du XIe siècle, et qui sert de base au clocher (XIIe siècle). Sur la face extérieure du transept Nord, restes d'une belle porte du XIIe siècle. L'intérieur appartient au style ogival du XIVe siècle. Le chœur a été reconstruit au XVIIIe siècle, dans le style ogival. Les fenêtres des bas-côtés ont été élargies. Dans le chœur, très belles boiseries en chêne sculpté du XVIIIe siècle. Contre le mur Ouest du transept, quatre tombeaux de la famille des Géroldseck, dans le style des derniers temps de la Renaissance[3].

L'orgue[modifier | modifier le code]

Les orgues datent de 1710 et leur renommée est universelle. Avec celles de l'abbatiale Saint-Maurice d'Ebersmunster, elles sont les seules que l'ont ait conservées du célèbre facteur d'orgues André Silbermann[2]. La disposition est la suivante[4] :

I Positif de dos C–
Bourdon 8′
Nasard 22/3
Doublette 2′
Tierce 13/5
Fourniture III
Prestant 4′
Cromorne 8′
II Grand Orgue C–
Bourdon 16′
Montre 8′
Bourdon 8′
Prestant 4′
Nasard 22/3
Doublette 2′
Tierce 13/5
Fourniture III
Cymbale III
Cornet V
Trompette 8′
Voix humaine 8′
Clairon 4′
III Echo C–
Bourdon 8′
Prestant 4′
Cornet III
Pédale C–
Flûte 16′
Flûte 8′
Flûte 4′
Bombarde 16′
Trompette 8′
Marmoutier Abbaye 32.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00084783 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b Marie-Josèphe Lussien-Maisonneuve, Abbayes de France, Minerva,‎ août 1999 (ISBN 2-8307-0545-9)
  3. Extrait du Guide Joanne, 1905
  4. Cf. Liste des jeux d'orgue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]