Abbaye de Lieu-Croissant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Lieu-Croissant
Ordre Cistercien
Abbaye mère Abbaye de Lucelle
Fondation 1134
Fermeture 1791
Fondateur Simon Ier de la Roche
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Région Franche-Comté
Département Doubs
Commune Mancenans
Coordonnées 47° 17′ 53″ N 6° 20′ 05″ E / 47.29816, 6.33470247° 17′ 53″ Nord 6° 20′ 05″ Est / 47.29816, 6.334702  

Géolocalisation sur la carte : Doubs

(Voir situation sur carte : Doubs)
Abbaye de Lieu-Croissant

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Lieu-Croissant

L'abbaye de Lieu-Croissant (Locus Crescens) est une ancienne abbaye cistercienne[1], située à Mancenans[2], dans le département du Doubs.

Histoire de l'abbaye[modifier | modifier le code]

Fondée en 1134[3] par des moines de Vaucluse qui dépendait de Cluny[4], elle a compté comme une des filiales de l'abbaye de abbaye de Lucelle au même titre que l'abbaye de Neubourg près de Haguenau, Frienisberg près de Berne, Pairis et Salem (ou Salmanschweiler) en Alsace ainsi que Saint-Urbain dans le canton de Lucerne[5]. C'est pourquoi le 29 novembre 1134, Simon Ier de la Roche ainsi que le comte de Montbéliard lui adjoignent deux moines de Lucelle pour y établir l'ordre de Citeaux[4]. À partir de 1144 les seigneurs des environs (Granges, Grammont, Neuchâtel) mais surtout le comte Renaud III lui firent des dons très important[6]. Elle fut détruite à la Révolution française en 1791.

Lors de leur transfert de la Terre sainte, à Milan, puis à Cologne, par l'empereur Frédéric Barberousse, les reliques des trois rois mages ont été confiées aux religieux ; le surnom de l'abbaye est devenu « abbaye des Trois Rois », pour les remercier d'avoir gardé la relique la légende dit que les religieux se virent remettre une partie du pouce de l'un des rois mages[7].

Les grandes dates[modifier | modifier le code]

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

  • Thiébaud en 1135.
  • Narduin en 1177.
  • Humbert en 1187.
  • Joseph en 1189.
  • Gui en 1244.
  • Renaud en 1258[12]
  • Adolphe en 1263.
  • Rol en 1300.
  • Jean I de Granges en 1303.
  • Rahouls en 1338.
  • Henri en 1353.
  • Aimon en 1356.
  • Jean II de Mancenans en 1361.
  • Girard en 1380.
  • Jean III en 1381.
  • Hugues en 1392.
  • Jean IV en 1407.
  • Pierre I Jacobtat en 1430.
  • Pierre II de Clerval en 1437.
  • Jean V en 1446.
  • Jean VI Porterne en 1460.
  • Jean VII de Clerval en 1462.
  • Jean VIII de Fallon en 1464.
  • Pierre III Papay en 1465.
  • Jean IX Bernard en 1491.
  • Jean X Daugerans en 1512.
  • Jean XI du Tartre en 1524.
  • Rémi d'Occortz en 1559.
  • Jean XII de Grammont en 1570.
  • Claude de Grammont en 1571.
  • Louis de Boutechoux en 1610.
  • Philippe-Emmanuel de Montfort, prieur de Moutier, nommé en 1631, mourut en 1657.
  • Henri de Lenet, abbé commendataire.
  • César de Saint-André de Marnay, nommé en 1682, à condition qu'il se démette du prieuré de Vaucluse.
  • Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes.
  • Charles-Joseph Mareschal en 1719.
  • Luc Courchetet d'Esnans
  • Jacques-Antoine Boisot en 1742.
  • François-Gaspard de Jouffroy de Gonsans, abbé depuis 1767, Chanoine honoraire du noble chapitre de Saint-Claude, vicaire-général du diocèse d’Évreux, évêque de Gap depuis 1774.

Source : Le clergé de France, ou tableau historique et chronologique…

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire universel des sciences ecclésiastiques[réf. incomplète]
  2. Dictionnaire des communes du Doubs (sous la direction de Jean Courtieu)
  3. Histoire des ordres religieux et des congrégations régulières et séculières de l'église
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Monuments de l'histoire de l'ancien évêché de Bâle
  5. L'Alsace ancienne et moderne[réf. incomplète]
  6. a, b et c Histoire des diocèses de Besançon[réf. incomplète]
  7. Troisième et dernière encyclopédie théologique
  8. Essai sur l'histoire de la Franche-Comté
  9. Revue d'Alsace
  10. Neuchâtel-Urtière
  11. a et b Séance publique de l'académie des sciences
  12. D'après un acte de vente passé en mars 1258 (a.s.) de la grange de Courcelle cédé par l'abbé Renaud à Thiébaut Ier de Neufchâtel (B.M. de Besançon, DROZ 24, fol. 236v°-238v°).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Glaire, Dictionnaire universel des sciences ecclésiastiques, 1868, p. 1277.
  • Jean Hermant, Histoire des ordres religieux et des congrégations régulières et séculières de l'église, 1710, p. 388.
  • Jacques Baquol, Paul Ristelhuber, L'Alsace ancienne et moderne, ou dictionnaire géographique, historique et statistique du haut et du Bas-Rhin, 1865, p. 246.
  • Hugues du Tems, Le clergé de France, ou tableau historique et chronologique…, édition Brunet, 1774, p. 123, 124 [lire en ligne]
  • Joseph Trouillat, Louis Vautrey, Monuments de l'histoire de l'ancien évêché de Bâle, vol. 1, 1852, p. 406, 674, 675, 682, 683, 684.
  • Revue d'Alsace, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, 1862, p. 148.
  • Séance publique de l'académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, publication de l'académie, 1857, p. 33.