Abbaye de Kinloss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Kinloss
Image illustrative de l'article Abbaye de Kinloss
Les ruines de l'abbaye de Kinloss

Diocèse Diocèse de Moray, de Ross et de Caithness
Patronage Sainte Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCXXV (325)[1]
Fondation 21 mai 1151
Dissolution 1601
Abbaye-mère Abbaye de Melrose
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles 573 - Culross (en) (1217-1589)
577 - Deer (de) (1219-1587)
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style Architecture gothique
Protection  Classé en catégorie A

Coordonnées 57° 38′ 00″ N 3° 34′ 06″ O / 57.633228719773, -3.5684300802826 ()57° 38′ 00″ Nord 3° 34′ 06″ Ouest / 57.633228719773, -3.5684300802826 ()  [2]
Pays Écosse Écosse
council area Moray
Village Forres
Site http://www.kinlossabbey.org/

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Abbaye de Kinloss

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Abbaye de Kinloss

L'abbaye de Kinloss est une abbaye cistercienne située près de Forres dans le comté de Moray, en Écosse.

L'abbaye est fondée en 1150 par le roi David Ier et est d'abord occupé par des moines venus de l'abbaye de Melrose. Elle reçoit sa bulle papale du pape Alexandre III en 1174, et entre ensuite sous la protection de l'évêque de Moray en 1187. L'abbaye devient l'un des établissements religieux les plus riches d'Écosse grâce au droit de pêche du saumon sur la Findhorn que lui accorde Robert le Bruce en 1312, puis reconduit par Jacques Ier et Jacques IV.

Au cours de son histoire, l'abbaye a reçu plusieurs visiteurs royaux, dont Édouard Ier en 1303, Édouard III en 1336 et Marie d'Écosse en 1562. Le plus célèbre des vingt-quatre abbés qui ont occupé le monastère est Robert Reid. Il y a introduit une éducation bien organisée, fonder une nouvelle bibliothèque et d'autres bâtiments. Il devient évêque des Orcades en 1541 et, après sa mort, permet la fondation de l'université d'Édimbourg grâce aux revenus de sa propriété.

Peu des bâtiments originels persistent à l'heure actuelle. Les restes de l'abbaye sont aujourd'hui situés dans le cimetière géré par les autorités locales, et accessible tout le temps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 221.
  2. (it) « Kinloss », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 19 décembre 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]