Abbaye Notre-Dame de Jouarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Abbaye de Jouarre)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Notre-Dame et Notre-Dame.
Abbaye Notre-Dame de Jouarre
Image illustrative de l'article Abbaye Notre-Dame de Jouarre
L'église abbatiale de l'abbaye Notre-Dame de Jouarre
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Début de la construction VIIe siècle
Style dominant Architecture préromane
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Site web www.abbayejouarre.org
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Commune Jouarre
Coordonnées 48° 55′ 36″ N 3° 07′ 55″ E / 48.92667, 3.1319448° 55′ 36″ Nord 3° 07′ 55″ Est / 48.92667, 3.13194  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Jouarre

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Abbaye Notre-Dame de Jouarre

L’abbaye Notre-Dame de Jouarre, fondée au VIIe siècle, est une abbaye bénédictine située sur la commune de Jouarre dans le département de Seine-et-Marne, en Île-de-France.
Elle est encore habitée par une communauté de moniales bénédictines.
Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Crypte et sarcophages
Crypte
Chapiteau de la crypte
Intérieur de la nef

Fondation[modifier | modifier le code]

Au VIIe siècle vivaient à Ussy-sur-Marne les familles du noble Authaire et de son épouse Aiga c'est-à-dire leur trois fils Dadon, Radon et Adon[2]. Adon ayant obtenu le domaine de Jouarre, il y fonde vers 630/635, dans la mouvance de saint Colomban de Luxeuil, l’abbaye Notre-Dame de Jouarre qui est à l’époque un monastère double, qui rassemble un couvent d’hommes et un couvent de femmes sous une seule autorité. Peu après la fondation, Adon reçoit des femmes qui souhaitent s'associer à la vie monastique; Telchide, nièce de la seconde épouse de son père Mode, prend la tête du monastère. Mode et sa sœur Balde s'y retirent ensuite auprès leurs nièces Telchide et Aguilberte. C'est Agilbert futur évêque de Paris, frère de Telchide qui assume la succession d'Adon

La crypte[modifier | modifier le code]

La crypte mérovingienne contient les cénotaphes des fondateurs du monastère encore conservés de nos jours: Adon, Balde 3e abbesse, Telchide 1re abbesse, Mode tante de la précédente et sœur de Balde, Aguilberte 3e abbesse, Agilbert évêque de Paris, frère de Telchide et Ébrégisile évêque de Meaux frère d'Alguilberte ainsi que celui d'une certaine Osanne, princesse irlandaise qui vivait au VIIe siècle.

Au IXe ‑ Xe siècles, l'abbaye est un important centre de pèlerinage dans le rayonnement d'Aix-la-Chapelle, centre de l'Empire. Au XIe-XIIe siècle, un bourg fortifié se constitue autour du monastère et donne naissance à l'actuelle ville de Jouarre.

Au moment du massacre de la Saint-Barthélemy (1572), l’abbesse Charlotte de Bourbon-Vendôme (1547-1582) convertie au protestantisme, s’en échappe dans une charrette de foin, et fuit vers l’Allemagne[3]. Elle épouse Guillaume Ier d'Orange-Nassau.

Au XVIIe siècle, l'abbesse Jeanne de Bourbon construit une imposante église de style classique vendue pierre à pierre à la Révolution. L'Abbesse Jeanne de Lorraine amie personnelle de la reine Anne d'Autriche accueille fréquemment la souveraine à Jouarre. Au XVIIIe siècle l'abbesse Henriette de Montmorin fait construire la grande aile toujours habitée de nos jours par la Communauté des religieuses bénédictines. Les moniales dispersées en 1792 rachètent peu à peu une grande partie des bâtiments vendus en biens nationaux, mais les terres ne reviendront jamais à l'Abbaye. Au XIXe siècle le relèvement de l'Abbaye est assuré par un essaim provenant de l'Abbaye de Pradines dans la Loire.

Les abbesses[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

La communauté des sœurs bénédictines vit selon la règle de saint Benoît, ora et labora. Les sœurs partagent leurs journées entre les temps de prière et la fabrication de crèches et de statuettes en céramique, émaux plein feu terre cuite peinte et émaillée. On peut voir certaines de leurs créations sur leur site abbayejouarre.org.

Fondations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00087037 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « VIIe siècle : la fondation », Abbaye Notre Dame de Jouarre.
  3. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8), p 286

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :