Abbaye de Flaran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Flaran
Image illustrative de l'article Abbaye de Flaran
Présentation
Type Ancienne abbaye
Rattachement anciennement: Ordre de Cîteaux
Début de la construction 1151
Fin des travaux XIVe siècle
(aménagements aux XVIIe et XVIIIe siècles)
Style dominant Roman cistercien
Gothique cistercien
Protection Logo monument historique Classé MH (1914)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Commune Valence-sur-Baïse
Coordonnées 43° 53′ 24″ N 0° 22′ 24″ E / 43.89, 0.37333 ()43° 53′ 24″ Nord 0° 22′ 24″ Est / 43.89, 0.37333 ()  [1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Flaran

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Abbaye de Flaran

Géolocalisation sur la carte : Gers

(Voir situation sur carte : Gers)
Abbaye de Flaran

L’abbaye de Flaran est une ancienne abbaye cistercienne, fille de l'abbaye de l'Escaladieu (Hautes-Pyrénées), située à Valence-sur-Baïse, dans le département du Gers. Elle fut fondée en 1151, au confluent de l'Auloue et de la Baïse, entre Condom et Auch, par les moines de l'abbaye de l'Escaladieu. Joyau de l'Art cistercien, classée Monument Historique, c'est l'une des abbayes les mieux préservées du sud-ouest de la France qui présente encore la totalité de ses bâtiments monastiques et de son jardin (Inscrit au titre des Monuments Historiques).

Depuis l'année 2000, elle abrite la Conservation départementale du Patrimoine et des Musées, service du conseil général du Gers, propriétaire, qui y développe, tout au long de l'année, de nombreuses activités culturelles (expositions, animations pédagogiques, concerts, colloques…) ; celles-ci intéressent tous les domaines du patrimoine, de l'archéologie à l'art contemporain

Ce service assure parallèlement la gestion scientifique du réseau des Musées de France gersois et propose, par le biais de sa cellule de médiation culturelle, des actions pédagogiques référentielles de sensibilisation au patrimoine, aux collections des musées et à l'Art en général pour les groupes, les enfants en famille ou les scolaires et leurs enseignants.

Avec près de 50 000 visiteurs par an, l'abbaye de Flaran est devenue le site le plus visité du Gers. L'entrée y est gratuite le premier dimanche de chaque mois de novembre à mars inclus ainsi que pour les moins de 18 ans en visite libre toute l'année.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye cistercienne Notre-Dame de Flaran a été fondée en 1151 par des moines venant de l'abbaye de l'Escaladieu, elle-même fille de l'abbaye de Morimond. On ne sait qui est à l'origine de l'implantation de cette abbaye près des bords de la Baïse et du confluent avec la rivière de l'Auloue, mais les documents montrent qu'elle a rapidement bénéficié de dons venant de seigneurs des alentours.

Bien que fondée au XIIe siècle, l'abbaye Notre-Dame de Flaran fut remaniée jusqu'au XVIIIe siècle.

Elle connut une prospérité rapide avec un vaste territoire sur les deux rives de la Baïse. Ses possessions sont confirmées en 1162 par le pape Alexandre II et en 1187 par le pape Grégoire VII. Cette prospérité a été source de conflits avec ses voisins et avec le chapitre d'Auch sur les dîmes reçues par l'abbaye. Pour se protéger, les moines construisirent un mur avec une porte crénelée du côté sud qui était le plus vulnérable.

C'est au milieu du XIIIe siècle que son abbé fonda, avec le comte d’Armagnac, la bastide de Valence-sur-Baïse, au sommet d'un coteau, sur l'autre rive de la Baïse.

En dépit d'une vie partagée entre prière et travail manuel, selon la règle de saint Benoît, l'abbaye souffrit des vicissitudes de l'histoire, à commencer par les troubles de la guerre de Cent Ans, qui ne prirent fin qu'en 1481, lorsque le comté de Gascogne se rattacha à la France.

Incendiée en 1569 par les troupes de Montgommery, lors des guerres de Religion, l'abbaye fut restaurée à partir de 1573 par ses abbés commendataires, mais vendue à la Révolution. Il ne s'y trouve alors plus que trois moines : ils sont expulsés en 1791 et l'abbaye est vendue comme bien national.

En 1913, la société archéologique du Gers parvint à éviter que son cloître ne finisse au musée des Cloisters, à New York.

Dans la nuit du 15 au 16 octobre 1970, un incendie criminel a ravagé une grande partie de l'abbaye.

Le site est racheté par le département du Gers en 1972 qui engage alors une intense campagne de restauration. Siège désormais de la Conservation départementale du patrimoine, service du conseil général du Gers, ce site développe de nombreuses activités culturelles selon une programmation riche et diversifiée qui va de l'archéologie à l'art contemporain en passant par la bande dessinée… L'abbaye, centre patrimonial départemental, est aussi devenu le pivot de l'action culturelle départementale, notamment sur le réseau des Musées de France du Gers.

L’abbaye cistercienne abrite deux expositions permanentes, l'une dédiée aux chemins de Compostelle dans le Gers le Gers jacquaire, seule présentation permanente sur ce thème en Midi-Pyrénées et l'autre, depuis 2005, à sa propre histoire.

Depuis l'année 2004, l'abbaye de Flaran présente une exceptionnelle collection de chefs-d'œuvre du XVIe au XXIe (catalogue en vente), issus du dépôt de la collection dite Simonow, du nom de son généreux dépositaire auprès du Conseil général du Gers.

En 2008, le site a fait l'objet de travaux importants sur le dortoir des moines, travaux destinés à aménager un nouvel espace de présentation consacré à la collection Simonow et qui réponde aux contraintes muséographiques ; dans le même temps, des rampes d’accès et un ascenseur rendent les bâtiments accessibles en totalité aux personnes à mobilité réduite.

Le président de la République française, François Hollande, y est venu en visite le 3 août 2013.

L’ensemble architectural[modifier | modifier le code]

Porche d'entrée
Église romane
  • L'église de style roman fut construite de 1180 à 1210. Elle s'ouvre par une porte en plein cintre sans tympan, sous deux hautes fenêtres étroites et un oculus fait d'une dalle ajourée. La nef est assez obscure. Elle comprend trois travées. Elle est couverte par une voûte en berceau brisé. Cette voûte est soutenue par six piliers flanqués de colonnes. Le transept est plus étalé que la nef. Sa voûte croisée d'ogives à section carrée signale une influence lombarde. Deux paires d'absidioles encadrent l'abside semi-circulaire qui prolonge un chœur carré et largement éclairé de hautes baies. Un long escalier conduit du transept Nord à l'étage du dortoir des moines. Au chevet de l’église, une superbe coquille s’arrondit sur un modillon.
  • le cloître, gothique du XIVe siècle comprend quatre galeries de facture différente. Sa galerie ouest du XIVe siècle se compose de colonnes géminées avec chapiteaux à feuillage et à masques. Les trois autres galeries, détruites pendant la guerre de Cent Ans, datent de 1485. L'étage des galeries ouest et nord renferme des peintures murales du XVIIIe siècle.
  • la sacristie est voutée d'ogives : quatre croisées sur une colonne centrale.
  • l'armarium : c'est la bibliothèque. Elle est accessible depuis le cloître ou depuis la salle capitulaire.
  • le chauffoir : il est situé sous la galerie nord du cloître. C'était le refuge des moines, l'hiver.
  • le réfectoire : c'est une belle salle éclairée par des fenêtres étroites et décorées au XVIIIe siècle de gypseries allégoriques : des phœnix et des pélicans.
  • le logis abbatial ou le quartier d'hôtes : il donne sur la cour d'honneur par une façade classique du XVIIIe siècle. C'est un petit hôtel à deux étages. Il abrite un bel escalier, un salon de compagnie et des salles spacieuses.
  • les dépendances : elles sont indispensables à la conception semi-autarcique des abbayes cisterciennes. Elles comprenaient les écuries, les celliers, le poulailler et un jardin.

Le Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Hors chemin de la Via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Depuis Condom, une « variante » du Chemin amène les Pèlerins vers la toute nouvelle Halte Jacquaire de Valence-sur-Baïse. Ce détour leur permettra de visiter la magnifique abbaye de Flaran et sa très belle collection jacquaire. Une pause culturelle incontournable pour un pèlerin.

On vient de Beaumont-sur-l'Osse, la prochaine commune est Montréal-du-Gers.

Après Condom certains pèlerins choisissaient de rejoindre la Via Tolosane à L'Isle-de-Noé ou à Montesquiou, parcourant la vallée de la Baïse, ils découvraient, à 8 km au sud, l'abbaye de Flaran.

Galerie[modifier | modifier le code]

Exposition Jacquaire : quelques éléments

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Source : Colombus[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]