Abbaye d'Inchcolm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye d'Inchcolm
Image illustrative de l'article Abbaye d'Inchcolm
L’abbaye d'Inchcolm
Présentation
Nom local Inchcolm Abbey
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Augustin
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux Abandonnée en 1560
Géographie
Pays Écosse Écosse
Région Firth of Forth
Commune Île d'Inchcolm
Coordonnées 56° 01′ 48″ N 3° 18′ 07″ O / 56.03, -3.301944 ()56° 01′ 48″ Nord 3° 18′ 07″ Ouest / 56.03, -3.301944 ()  

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Abbaye d'Inchcolm

L’abbaye d'Inchcolm est une abbaye du Moyen Âge se trouvant au centre de l'île d'Inchcolm, dans le Firth of Forth en Écosse. Elle fut construite au XIIe siècle pendant l'épiscopat de Gregoir (en), évêque de Dunkeld.

Histoire[modifier | modifier le code]

Certaines interprétations font remonter la fondation au règne d'Alexandre Ier d'Écosse (1107-1124), qui était probablement impliqué dans les affaires de l'île. Après un naufrage en 1123, il aurait échoué sur la rive et se serait abrité dans la masure occupée par un ermite. L'abbaye était tout d'abord un prieuré des chanoines de l'Ordre de Saint Augustin, et devint une abbaye en 1235. L'île fut attaquée à partir de 1296 par les anglais, et l'abbaye abandonnée lors de la réforme protestante en 1560. Elle a depuis été utilisée dans des buts défensifs, bénéficiant d'une position stratégique importante au milieu du Firth of Forth. Il est inscrit au-dessus de l'entrée de l'abbaye: Stet domus haec donec fluctus formica marinos ebibat, et totum testudo permabulet orbem ("Puisse cette demeure se dresser jusqu'à ce qu'une fourmi mette à sec la mer fluide, et une tortue fasse le tour du monde").

L'antiphonaire d'Incholm[modifier | modifier le code]

L'abbaye a donné son nom au manuscript du XIVe siècle auquel on se réfère comme l’antiphonaire d'Inchcolm (livre liturgique catholique utilisé pour les heures canoniales, i.e. les prières). Il contient l'un des rares exemples restants de plain-chant celtique[1], et de nombreux chants dédiés à Saint Colomba d'Iona. Tandis que ces chants peuvent venir de nombreux autres monastères en association avec le culte de Colomba, tels que le prieuré d'Oronsay, on considère Incholm comme la source la plus probable de la compilation du manuscrit voire de sa composition.

De nos jours[modifier | modifier le code]

L'abbaye d'Incholm est la demeure monastique à nous être parvenue dans le meilleur état : les cloîtres, la salle capitulaire et le réfectoire sont tous intacts, et il en va de même pour la plupart des autres bâtiments claustraux; la partie la moins bien préservée de l'ensemble est l'église. L'ensemble est géré par Historic Scotland, qui s'occupe également du centre d'accueil pour les visiteurs à proximité de l'embarcadère; il y a des frais d'entrée, et on peut se rendre à l'abbaye par le ferry depuis South Queensferry.

Liste des abbés, prieurs et prêtres d'Inchcolm[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Accessible en ligne par l'Université d'Édimbourg
  • D.E. Easson et Angus MacDonald (eds.), Charters of the Abbey of Inchcolm Édimbourg, 1938.