Abbaye Sainte-Marie d'York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres abbayes Sainte-Marie, voir Abbaye Sainte-Marie.
Abbaye Sainte-Marie d’York
Image illustrative de l'article Abbaye Sainte-Marie d'York
Ruines de l’abbaye Sainte-Marie.
Présentation
Nom local Saint Mary's Abbey
Culte catholique romain
Type abbaye
Rattachement ordre de Saint-Benoît
diocèse d'York (époque non-anglicane)
Début de la construction 1055
Fin des travaux 1086
Style dominant Ruines
Géographie
Pays Royaume-Uni (Angleterre)
Région Yorkshire-et-Humber
Comté Yorkshire du Nord
Commune York
Coordonnées 53° 57′ 41″ N 1° 05′ 17″ O / 53.96139, -1.0880653° 57′ 41″ Nord 1° 05′ 17″ Ouest / 53.96139, -1.08806  

Géolocalisation sur la carte : Yorkshire du Nord

(Voir situation sur carte : Yorkshire du Nord)
Abbaye Sainte-Marie d’York

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Abbaye Sainte-Marie d’York

L’abbaye Sainte-Marie d’York est une ancienne abbaye de l’Ordre bénédictin, datée du XIe siècle, située dans la ville britannique d’York, dans le comté anglais du Yorkshire du Nord. Ses ruines se trouvent dans les jardins du Museum d’York (en).

Historique[modifier | modifier le code]

L’abbaye a été fondée une première fois en 1055, et dédiée au roi norvégien saint Olaf. Elle est refondée par Alain le Roux en 1088, qui pose la première pierre d’une église de style normand, dont il ne reste rien[1],[2]. En 1132, suite à une dispute et à des émeutes, un groupe de moines réformistes établissent l’abbaye cistercienne de Fountains. L’abbaye est reconstruite[pourquoi ?] entre 1271 et 1294, et les ruines actuelles datent de cette période. Elle devient le plus riche établissement de l’ordre de Saint-Benoît dans le Nord de l’Angleterre ; son abbé est présenté comme l’ennemi de Robin des Bois dans différentes ballades.

En 1539, lors de la dissolution des monastères par Henri VIII, les bâtiments sont en grande partie détruits. Il reste aujourd’hui, en plus des ruines de l’abbatiale, les murs d’enceinte nord et ouest, l’hospice des pèlerins au sud-est, et le « manoir du Roi (en) » (King's Manor) à l’est, bâtiment qu’habitait l’abbé, aujourd’hui classé grade I. La partie de l’enceinte conservée comprend entre autres la porte de l’Ouest et la tour Sainte-Marie au coin nord-ouest.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Ruines de l’abbatiale[modifier | modifier le code]

Wikimedia Commons possède d’autres illustrations sur l’abbatiale de Sainte-Marie d’York.

Hospice des pèlerins[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. K. S. B. Keats-Rohan, « Alan Rufus (d. 1093) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  2. George Sheeran, Medieval Yorkshire towns: people, buildings and spaces, Edinburgh University Press, 1988, p. 56. (ISBN 978-1-85331-242-7).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]