Abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint-Pierre.
Abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers
Image illustrative de l'article Abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers
Vue de l'église abbatiale, du cloître de l'ancienne abbaye et des vestiges d'une aile de la-dite abbaye.
Présentation
Culte Catholique
Type Abbaye
Protection Logo monument historique Classée MH (1983, église en totalité, façades et toitures de l'aile du cloître subsistante, sol de l'ancienne abbaye, fontaine Saint-Nivard)[1]
 Inscrit MH (1983, portail d'entrée, façades et toitures du bâtiment de l'ancienne cuisine, ainsi que les deux travées voutées d'ogives qu'il renferme)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Commune Hautvillers
Coordonnées 49° 04′ 55″ N 3° 56′ 28″ E / 49.0819, 3.9412249° 04′ 55″ Nord 3° 56′ 28″ Est / 49.0819, 3.94122  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers

Géolocalisation sur la carte : Marne

(Voir situation sur carte : Marne)
Abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers

L'abbaye Saint-Pierre d'Hautvillers est une ancienne abbaye bénédictine, située dans la commune d'Hautvillers, dans la Marne.

Historique[modifier | modifier le code]

L'abbaye est fondée en 650 par saint Nivard, archevêque de Reims. D'après la légende, c'est une colombe qui lui aurait indiqué le lieu où édifier l'abbaye[2] suivant la règle de saint Benoît et saint Colomban. Sous les Carolingiens, l'abbaye acquiert un rayonnement important[3], notamment grâce à ses manuscrits[4] comme l'Évangéliaire d'Ebbon et peut-être le Psautier d'Utrecht.

Saint Rieul y embrassa la vie monastique en 662 avant de succéder à saint Nivard en 669. Le monastère possédait la relique du corps de sainte Hélène volée à Rome en 841 par un prêtre de Reims, ce qui développa un important pèlerinage et des revenus qui lui permirent d'acquérir des terres et des vignobles de champagne (40 hectares)[5]. Cette abbaye accueillit Dom Pérignon dont la vie est étroitement associée à la création du vin de Champagne. Dom (Tierri) Thierry Ruinart (1657-1709), savant moine bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur, disciple de Dom Jean Mabillon a collaboré avec Dom Pérignon à la champagnisation.

L'abbaye est la propriété de la maison de Champagne Moët & Chandon, du groupe LVMH. En 2012, le cloître de l'abbaye est restauré et la porte Saint-Hélène, disparue, est reconstruite à l'identique par Moët & Chandon en association avec les architectes des bâtiments de France. Le site de l'abbaye d'Hautvillers est aujourd'hui utilisé par la maison de champagne pour accueillir ses invités les plus importants[2].

L'église Saint-Sindulphe[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sindulphe de cette abbaye abrite les tombes de Dom Pérignon et de Dom Royer. Elle est la propriété de la commune et abrite un riche patrimoine mobilier :

  • Un orgue de tribune[6] est l’œuvre de Louis Gorlidot, Matthieu Wyskirclum, Nicolas Augustin Hubert et Augustin Brisset ; il date du deuxième quart du XVIIe siècle et du troisième quart du XVIIIe siècle[7]. Un premier orgue a été construit en 1630 par deux facteurs d'origine germanique puis reconstruit à partir de jeux anciens par Louis Gordilot et Mathieu Wyskirclum vers 1769. L'instrument est modifié par Nicolas Augustin Hubert en 1847 puis, à la fin du siècle, par Augustin Brisset. Pendant la Seconde Guerre mondiale, une partie des tuyaux a été dispersée (438 tuyaux). L’orgue actuel comporte trois claviers de 56 notes et un pédalier de 32 notes.
  • Un reliquaire de Sainte Hélène ;
  • Un reliquaire de Nivard de Reims,
  • Un ensemble de stalles surmontée de peintures.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ancienne abbaye d'Hauvillers », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b Sophie Claeys-Pergament, « L'abbaye de Dom Pérignon entièrement restaurée », L'Union,‎ 10 juillet 2012 (lire en ligne)
  3. Bruno Decrock et Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Champagne-Ardenne, Hachette, coll. « Le guide du patrimoine »,‎ septembre 1995 (ISBN 2010209877, ISSN 242035401), p. 192
  4. Georges Clause (dir.), Jean-François Boulanger, Sylvette Guilbert, Annie Moraine-Osaer-Jacquelin et Jean-Pierre Ravaux, Diocèse de Châlons, Beauchesne,‎ 1989 (ISBN 2-7010-1185-X, lire en ligne), p. 15
  5. Franck Ferrand, Au cœur de l'histoire, Europe 1, 28 avril 2011
  6. « Notice no PM51000470 », base Palissy, ministère français de la Culture
  7. « Notice no PM51000478 », base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]