Abbaye Saint-André de Sestri Ponente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Saint-André de Sestri Ponente
Image illustrative de l'article Abbaye Saint-André de Sestri Ponente
Vue générale de l'édifice

Nom local Sant’Andrea di Sestri
Sanctus Andreas de Sexto
Diocèse Archidiocèse de Gênes
Patronage Saint André
Numéro d'ordre (selon Janauschek) L (50)[1]
Fondation VIIe siècle
Origine religieuse Ordre de Saint-Benoît
Cistercien depuis 5 novembre 1131
Dissolution 1797
Abbaye-mère Abbaye de Cîteaux
Lignée de Abbaye de Cîteaux
Abbayes-filles Saint-Albert de Sestri Ponente (1216-1310)
Rivalta di Torino (1254-1770)
Sainte-Marie de Coronata (1341-1486)
Congrégation Bénédictins (VIIe siècle-1131)
Cisterciens (1131-1569)
Dominicains (1569-1797)
Bénédictins (1938-1962)
Période ou style

Coordonnées 44° 25′ 03″ N 8° 51′ 43″ E / 44.417488505127, 8.861949092118744° 25′ 03″ Nord 8° 51′ 43″ Est / 44.417488505127, 8.8619490921187  [2]
Pays Drapeau de l'Italie Italie
État République de Gênes
Région Ligurie
Province Gênes
Commune Gênes

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Abbaye Saint-André de Sestri Ponente

Géolocalisation sur la carte : Ligurie

(Voir situation sur carte : Ligurie)
Abbaye Saint-André de Sestri Ponente

Géolocalisation sur la carte : Gênes

(Voir situation sur carte : Gênes)
Abbaye Saint-André de Sestri Ponente

L'Abbaye Saint-André de Sestri Ponente est une ancienne abbaye, tour à tour bénédictine, cistercienne et dominicaine, située dans le quartier de Sestri Ponente, à Gênes (Ligurie, en Italie). Un de ses moines, est particulièrement connu, canonisé sous le nom de saint Albert de Gênes (it).

Histoire[modifier | modifier le code]

Période bénédictine[modifier | modifier le code]

L'abbaye est fondée au VIIe siècle par des moines bénédictins.

Fondation cistercienne[modifier | modifier le code]

Lors du schisme d'Anaclet II, Bernard de Clairvaux est proposé comme arbitre. Passant par Gênes pour juger entre Innocent II et Anaclet, il y fait forte impression. La population gênoise lui demande de devenir l'archevêque de Gênes, mais il refuse. En matière de compensation, il promet une abbaye cistercienne à la population. Étienne Harding achète l'abbaye délaissée par les Bénédictins et, le 5 novembre 1131, l'abbaye est officiellement déclarée cistercienne[2]. Peu après sa création, l'abbaye accueille Albert de Gênes (it), un moine qui décide ensuite de vivre une vie érémitique sur les terres de l'abbaye. Après sa mort, le 8 juillet 1180, il est canonisé le 7 juillet 1244 par Innocent IV[3].

La commende puis les Dominicains[modifier | modifier le code]

En 1478, Sixte IV place l'abbaye de Sestri Ponente sous le régime de la commende. La vie monastique s'en ressent rapidement. Le monastère est abandonné par les cisterciens moins d'un siècle plus tard. Pie V fait alors appel à des Dominicains pour les remplacer. Ils arrivent en 1569, et demeurent dans le monastère jusqu'à l'arrivée des troupes napoléoniennes, en 1797.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le monastère reste inoccupé pendant un siècle et demi. En 1938, il est à nouveau occupé par des moines bénédictins, mais ceux-ci ne restent que vingt-quatre ans, chassés par les nuisances sonores de l'autoroute A10 et de l'aéroport de Gênes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 115.
  2. a et b « Andrea di Sestri, Sant’ », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 5 novembre 2013).
  3. (it) Fabio Arduino, « Sant' Alberto da Genova », sur http://www.santiebeati.it, Santi, beati e testimoni,‎ 25 juillet 2006 (consulté le 5 novembre 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]