Abbaye Notre-Dame de Saint-Benoît d'Achel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Notre-Dame de Saint-Benoit d'Achel
Image illustrative de l'article Abbaye Notre-Dame de Saint-Benoît d'Achel
Portail d'entrée de l'abbaye

Nom local Sint-Benedictusabdij
Diocèse Hasselt
Fondation Bénédictine en 1731
Origine religieuse Ermitage depuis 1656
Cistercien depuis 1845 en tant que prieuré
1871 en tant qu'abbaye
Abbaye-mère Abbaye de Westmalle
Abbayes-filles Abbaye Saint-Remy de Rochefort, Monastère de Kasanza
Congrégation Trappiste
Période ou style XIXe siècle

Coordonnées 51° 17′ 56″ N 5° 29′ 19″ E / 51.298778, 5.48857251° 17′ 56″ Nord 5° 29′ 19″ Est / 51.298778, 5.488572  
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Province Drapeau de la Province de Limbourg Province de Limbourg
Commune Hamont-Achel

Géolocalisation sur la carte : Province de Limbourg (Belgique)

(Voir situation sur carte : Province de Limbourg (Belgique))
Abbaye Notre-Dame de Saint-Benoit d'Achel

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Abbaye Notre-Dame de Saint-Benoit d'Achel

L’abbaye Notre-Dame de Saint-Benoît d'Achel est située à Achel dans la commune de Hamont-Achel (Limbourg, Belgique). Ses bâtiments conventuels sont situés en Belgique tandis que le jardin se trouve presque entièrement aux Pays-Bas. Elle est actuellement habitée par une communauté de moines cisterciens-trappistes.

Origines[modifier | modifier le code]

En 1656, Petrus van Eynatten d'Eindoven installe un ermitage - de Kluis - dédié à saint Joseph sur la frontière séparant les Pays-Bas septentrionaux des Pays-Bas méridionaux, à proximité du village de Valkenswaard.

À partir de 1731-1732, sous l'impulsion des réformes de l'abbé de Rancé, les ermites d'Achel sont soumis à la règle bénédictine. Ces ermites sont considérés comme les prédécesseurs des trappistes qui s'installeront ultérieurement à cet endroit. Cet ermitage est démantelé en 1796 (loi du 15 fructidor de l'an IV) et vendu en 1798 à Jan Diederik van Tuyll van Serooskerken, seigneur de Heeze, Leende et Zesgehuchten.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1845, ce couvent n’offrant pas le calme nécessaire à la vie religieuse, l'ancien ermitage Saint-Joseph d'Achel retrouve une communauté bénédictine en 1846. Dès 1839, Dom Joseph-Marie de Moock gouverne la communauté, il sera premier supérieur d'Achel entre 1846 et 1868.
  • En 1871, Dom Bonaventure Hoes, deuxième prieur, est élu premier abbé d'Achel, le prieuré étant érigé en abbaye.
  • Dès le début de la première guerre mondiale, Achel est occupée par les Allemands et les moines doivent s’exiler pendant une bonne partie de la guerre.
  • En 1943, après une visite de la Gestapo, les Allemands décident de démanteler l’abbaye, et les religieux doivent à nouveau quitter le monastère. En septembre 1944, l’abbaye est libérée mais les dégâts sont considérables.
  • En 1946, le centenaire de la fondation coïncide avec le début de la construction d’un nouveau monastère. L’ancien ne convient plus pour une communauté dépassant 100 moines (seulement 5 belges). Une émission philatélique à surtaxe contribue au financement des travaux. La nouvelle abbaye est une des plus belles de l’ordre.

Fondations[modifier | modifier le code]

L'abbaye d'Achel essaime dès 1883 et fonde les abbayes d’Echt et de Sion aux Pays-Bas ainsi que l'abbaye St-Rémy de Rochefort, en Belgique, en 1887. En 1958, les moines d'Achel fondent la première abbaye trappiste du Congo : le Monastère Notre-Dame de l'Emmanuel à Kasanza, dans le diocèse de Kikwit.

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Entre 1839 et 1868, les vieux bâtiments de la nouvelle abbaye sont restaurés. Les ateliers et une brasserie sont ajoutés en 1850, l’hôtellerie l'est en 1852. L'abbatiale néogothique, consacrée en 1889, est l'œuvre de l'architecte néerlandais Pierre J.H. Cuypers.

En définitive, par une architecture sobre et puissante, on se rend compte que le souci de l'architecte est d'actualiser le gothique. Aussi, l'abbaye cistercienne d'Achel propose-t-elle à la vue un ensemble rationnellement conçu, dont certains éléments sont à mettre en évidence : église, cloître, salle capitulaire et réfectoire. Son étendue s'étend sur plus de 220 hectares situés en Belgique ainsi qu'au Pays-Bas.

Poésie[modifier | modifier le code]

Dans un de ses recueils de poèmes, Pierre Nothomb afait allusion au « pays roux et noir » où l'abbaye hausse « de grands toits miroitants » et accueille le voyageur passant « sous un grand cintre blanc ».

Brasserie[modifier | modifier le code]

La construction de la brasserie est initiée en 1850. Elle est opérationnelle en 1852. La production est alors probablement à l’usage quasi exclusif de la communauté. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la brasserie est démantelée par les Allemands pour fondre l’étain et le cuivre de ses installations. Et ce n’est qu’en 1998 qu’une nouvelle brasserie voit le jour. Entretemps, la production de la bière est confiée à différentes brasseries.

Les nouvelles bières d’Achel sont développées par les renommés Frère Thomas (célèbre brasseur de Westmalle) et Frère Antoine (ancien brasseur de Rochefort).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]