Abbaye Notre-Dame-de-Nazareth (Brecht)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Abbaye Notre-Dame-de-Nazareth est un monastère de moniales cisterciennes-trappistines sis à Brecht en Belgique. Fondée à Lierre en 1230, et devenue cistercienne en 1236, avec Béatrice de Nazareth comme première prieure, l’abbaye fut supprimée par le pouvoir révolutionnaire français en 1797. En 1950 une nouvelle communauté cistercienne s’établissant à Brecht, en Campine (Belgique), reprend le nom et relève la tradition monastique de l’ancienne abbaye. Notre-Dame-de-Nazareth, toujours ‘vivante’, compte une petite trentaine de moniales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine à suppression[modifier | modifier le code]

Fondée en 1230, en bord de Nèthe à Lierre dans le duché de Brabant, la communauté de moniales demande bientôt, en 1236, son affiliation à l’ordre de Cîteaux. La bienheureuse Béatrice de Nazareth (1200-1268) en est la première prieure.

Durant cinq siècles l'abbaye prospère, connaissant des périodes de grande ferveur et rayonnement et d’autres de relâchement et déclin. En janvier 1797, elle est arbitrairement supprimée - et les moniales sont expulsées - par le pouvoir révolutionnaire français qui s’est imposé dans les Pays-Bas autrichiens.

Restauration à Brecht[modifier | modifier le code]

Au contraire des monastères d’hommes les abbayes de moniales ont de la peine à redémarrer au XIXe siècle. Au début du XXe siècle, un projet de rétablissement de l’abbaye de Nazareth se discute, mais la Première Guerre mondiale y met fin. En 1943, la possibilité d’une implantation à Brecht est envisagée, la restauration de l’abbaye à Lierre même s’avérant irréalisable. Le bourgmestre de Brecht, Henri van Ostayen, y est très favorable. Le projet est piloté par l’abbé de Westmalle, Don Robert Eyckmans qui s’adresse aux moniales de Soleilmont dont il fut durant quatre ans l’aumônier.

Le chapitre des moniales de Soleilmont répond favorablement à la demande et l‘abbesse promet d’envoyer 12 moniales. L’association ‘Abbaye cistercienne Notre-Dame de Nazareth’ est créée le 12 octobre 1945. Seize hectares sont acquis à Brecht dans une zone de bruyères de la Campine belge.

Tout avance alors rapidement. Les moines de l’abbaye voisine de Westmalle sont mis à contribution. Ils défrichent 6 hectares de terrain. La drève principale est ouverte en décembre 1946. La ferme est mise en exploitation en 1947. Et le 26 janvier 1948 pour la première fois une messe est célébrées sur les lieux: dans une chapelle provisoire aménagée dans la ferme. Le 1948 et 1949 les bâtiments du monastère sont édifiés. En octobre 1949 la chapelle est transférée dans les nouveaux bâtiments.

Le 25 juin 1950 les douze moniales fondatrices de Soleilmont, accompagnées de leur abbesse Agnès Swevers, sont reçues solennellement par la ville de Brecht et rejoignent processionnellement leur nouveau monastère. A 18.00h la vie monastique interrompue en 1797 reprend, avec le chant de l’office du soir. Sept mois plus tard, en la fête de la présentation de Jésus au Temple (Chandeleur), le 2 février 1951, les moniales prononcent leurs vœux de stabilité. La voie est ouverte et Nazareth accède au rang d’abbaye autonome, Soleilmont en étant l’abbaye-mère’. Les travaux continuent et se terminent avec la consécration de l’église abbatiale le 22 octobre 1954.

Fondations[modifier | modifier le code]

En 1962, l’abbaye Notre-Dame de Nazareth fonde l’abbaye de Redwoods à Whitehorn, en Californie (États-Unis) et, en 1970, un groupe de moniales de Nazareth fonde le prieuré Notre-Dame de Klaarland, près de Hasselt, en Belgique.

Aujourd’hui[modifier | modifier le code]

La communauté des moniales de l’abbaye compte une petite trentaine de membres. Suivant la règle de Saint-Benoît et la Carta Caritatis des cisterciens elles travaillent pour vivre ('Ora et labora'). Une petite hôtellerie reçoit jusqu'à une vingtaine de personnes souhaitant se joindre à la prière des moniales ou vivre quelques jours de silence et recueillement personnel. Les ateliers monastiques de l’abbaye fabriquent des vêtements liturgiques, des bannières et drapeaux originaux, des cierges ornementaux et divers produits cosmétiques.

Source[modifier | modifier le code]

  • Julien Van Remoortere: Le guide Ippa des Abbayes de Belgique, Lannoo, Tielt, 1990, pp. 72-76.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]