Aaron Alexandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Aaron Alexandre en 1844, par son neveu Alexandre Laemlein.

Rabbi Aaron Alexandre, dit le père Alexandre, est un joueur d'échecs et un bibliophile bavarois puis français né à Hohenfeld en Franconie vers 1766-1768 et mort le à Londres. Il est l'auteur d'un des plus importants recueil de problèmes d'échecs anciens[1].

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Aaron Alexandre était rabin. Il émigra à Paris en 1793 et devint citoyen français pendant la Révolution française. Il vécut en enseignant l'allemand. Il opéra le turc mécanique. À 70 ans, endetté, il s'empressa de finir son Encyclopédie des échecs qui parut en 1837. En 1838, il disputa un match contre Howard Staunton[2]. Vers la fin de sa vie, il s'installa en Angleterre[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de livres sur les échecs parus au milieu du XIXe siècle[4] :

  • L'Encyclopédie des échecs, Paris, 1837 ;
Aaron Alexandre qui utilisait la notation algébrique, introduisit dans cet ouvrages les notations O-O et O-O-O
  • Collection des plus beaux problèmes d'échecs, Paris, 1846 ;
    • (en)Beauties of chess, Londres, 1846 ;
    • (de)Praktische Sammlung BesterSchchspiel Problems, Leipzig, 1846

Ces ouvrages contiennent plus de 2 000 problèmes et forment le plus riche recueil de problèmes anciens dont on dispose[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Larousse des échecs : Découvrir, approfondir, maîtriser (préf. Joël Lautier), Paris, Éditions Larousse,‎ , 480 p. (ISBN 978-2-03-518207-4), p. 302
  2. Match Staunton-Alexandre sur Edochess.
  3. (en) David Hooper et Kenneth Whyld, The Oxford Companion to Chess, Oxford University Press,‎ , 2e éd. (ISBN 0-19-866164-9)
  4. Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Nouveau Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ , 1710 p. (ISBN 978-2-221-11013-3), p. 1503
  5. François Le Lionnais et Ernst Maget, Dictionnaire des échecs, éd. PUF, 1967, p. 10.

Lien externe[modifier | modifier le code]