A Garota de Ipanema

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Girl From Ipanema

Chanson de Stan Getz, João Gilberto, Astrud Gilberto
extrait de l'album Getz/Gilberto
Sortie 1962
Durée 5:17
Genre Bossa Nova
Compositeur Antônio Carlos Jobim, Vinícius de Moraes (texte), Norman Gimbel (paroles en anglais)
Édition Tonga Editora Musical LTDA / Jobim Music

A Garota de Ipanema (« La fille d'Ipanema » plus connue sous son titre anglais « The Girl from Ipanema ») est probablement la chanson la plus connue de la bossa nova. Elle fit un hit mondial dans les années 1960 (Grammy Award de meilleur disque de l'année en 1965). Elle a été écrite en 1962 par Antônio Carlos Jobim pour la musique et par Vinícius de Moraes pour les paroles brésiliennes originales.

Les paroles anglaises de Norman Gimbel sous lesquelles la chanson est connue à l'extérieur du Brésil ont été ajoutées en 1963, notamment pour l'une des versions les plus connues dans laquelle João Gilberto commence à chanter en portugais et Astrud Gilberto reprend ensuite en anglais, avec Stan Getz au saxophone, sur l'album Getz/Gilberto de 1963.

« Jusqu'à aujourd'hui, le titre a été repris par plus de 300 interprètes et constitue l'un des plus grands succès discographiques du XXe siècle » souligne l'historien Ludovic Tournès[1]. Le premier enregistrement commercial, par Pery Ribeiro, date de 1962. La chanson a souvent été utilisée dans des films, mais comme cliché de musique d'ascenseur souvent. En 2003, João Gilberto a essayé d'en interdire l'utilisation pour la publicité d'une marque de frites, sans succès.

On dit même que c'est le deuxième titre de chanson le plus enregistré au monde après celui des Beatles Yesterday.[réf. nécessaire]

Le titre de la chanson a même été masculinisé dans certaines versions : The Boy from Ipanema.

Une version française a été faite par Eddy Marnay et chantée par Jacqueline François puis Nana Mouskouri, Lio, Nicole Martin (album Cocktail Lounge)…

Histoire de la composition[modifier | modifier le code]

À la base, Vinícius de Moraes fit une version différente de cette chanson, ayant pour nom Menina que Passa, dont les paroles étaient :

Vinha cansado de tudo
De tantos caminhos
Tão sem poesia
Tão sem passarinhos
Com medo da vida
Com medo de amar

Quando na tarde vazia
Tão linda no espaço
Eu vi a menina
Que vinha num passo
Cheio de balanço
Caminho do mar

Elle avait été composée pour une comédie musicale, Dirigível (Blimp), sur laquelle Tom et Vinícius travaillaient. Mais aucun des deux auteurs n'était satisfait de cette version.

Le texte définitif de la chanson a été inspiré par une jeune fille de 19 ans, Heloísa Eneida Menezes Pais Pinto — plus connue sous le nom de Helô Pinheiro (en) — qui vivait à Ipanema, quartier chic de Rio de Janeiro. Elle passait chaque jour, pour aller à la plage, devant le bar Veloso (aujourd'hui nommé « Garota de Ipanema ») dont Tom et Vinícius étaient des habitués.

Dans le livre Revelação: a verdadeira Garota de Ipanema Vinícius de Moraes la décrit comme :

« o paradigma do bruto carioca; a moça dourada, misto de flor e sereia, cheia de luz e de graça mas cuja a visão é também triste, pois carrega consigo, a caminho do mar, o sentimento da que passa, da beleza que não é só nossa - é um dom da vida em seu lindo e melancólico fluir e refluir constante. »

c'est-à-dire :

« le paradigme de la Carioca à l'état brut : une fille bronzée, entre la fleur et la sirène, pleine de lumière et de grâce mais avec un fond de tristesse, aussi portait-elle en elle, sur le chemin de la mer, le sentiment de ce qui passe, d'une beauté qui n'est pas seulement nôtre — c'est un don de la vie que son bel et mélancolique sac et ressac permanent. »

Depuis, le nom de « Vinícius de Moraes » a été donné à la rue Montenegro où vivait Heloísa Pinheiro, et le café Veloso s'appelle A Garota de Ipanema. Le nom de la chanson a aussi été donné à un jardin public des environs.

Autres interprètes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

traduction en français de 'A Garota de Ipanema'

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludovic Tournès, Du phonographe au MP3. Une histoire de la musique enregistrée au XIXe-XXIe siècle, Autrement, coll. « Mémoires/Culture » no  138, 2008, p.  106.