AMD K6

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir K6.
Original K6 (model 6)
K6 "Little Foot" (model 7)

Le K6 est un microprocesseur x86, construit par AMD, qui remplaça le K5. Le K6 est basé sur le design du microprocesseur Nx686 que NexGen concevait quand cette société fut rachetée par AMD.

Il dispose d'une FPU intégrée, de 64 Kio de mémoire cache de niveau 1 et des instructions MMX d'Intel et se connecte sur un connecteur de type Socket 7 (bus 66 MHz) ou SuperSocket 7 (bus 100 MHz).

Les différentes évolutions du K6[modifier | modifier le code]

Le K6 a été décliné en différentes versions tout au long de sa carrière :

  • La première, K6, utilise une finesse de gravure de 0,35 µm, une fréquence de bus de 66 MHz, fonctionne à des fréquences de 166, 200, ou 233 MHz.
  • La seconde, 'Littlefoot', reprend les caractéristiques de la première, mais avec une finesse de gravure réduite à 0,25 µm, lui permettant de fonctionner plus vite. Ses fréquences de fonctionnement vont de 266 à 300 MHz.
  • La troisième génération, 'Chomper', commercialement nommée K6-2 utilise toujours une gravure de 0,25 µm, mais fonctionne sur un bus de 95 ou 100 MHz. Elle a été déclinée dans les versions 300, 333, 350, 380, 400, 450, 475, 500, 533 et 550 MHz. Une des évolutions majeures du K6-2 a été l'introduction d'un jeu d'instructions SIMD nommé 3DNow!, reprenant le principe du MMX mais pour les calculs sur les nombres réels.
  • La quatrième génération, nom de code 'Sharptooth', appelée K6-III, reprend toutes les caractéristiques du K6-2, mais y ajoute un cache de second niveau de 256 Kio. Le cache de la carte mère devient alors un cache de niveau 3. Ce fut le processeur le plus puissant disponible pour le SuperSocket 7. Fréquences de 400 ou 450 MHz.
  • AMD a sorti pour les ordinateurs portables deux versions gravées en 0,18 µm, nommée K6-2+ et K6-III+, équipée respectivement de 128 Kio et 256 Kio de cache de niveau 2.

Références[modifier | modifier le code]

Cet article est fondé sur une traduction de la Free On-line Dictionary of Computing et est utilisé avec permission selon la GFDL.

Liens externes[modifier | modifier le code]