AMAG

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

AMAG

Description de l'image  AMAG_Logo_180x87px.png.
Création 1945
Personnages clés Walter Haefner (fondateur)
Forme juridique société anonyme
Siège social Buchs (Suisse)
Activité distribution et réparation de voitures du groupe Volkswagen
Produits voitures
Société mère Careal Holding
Effectif 3946 (2005)
Site web http://www.amag.ch
Chiffre d’affaires 3,2 milliards CHF (2005)

AMAG Automobil- und Motoren AG est une société à 100 % suisse, qui importe et commercialise les produits de plus de 23 entreprises (en comptant les sous-filiales) au sein d’un large réseau de partenaires, formé d’une part de concessionnaires et d’autre part de prestataires de services, agréés aux marques VW, Skoda, Audi, Seat, VW Véhicules Utilitaires et Porsche. Outre ces entreprises de la branche automobile, AMAG a détenu la société de location de voitures Europcar (vendu à Eurazeo en 2006). De plus, la société AMAG Services AG exploite divers parkings publics. Actuellement, le groupe AMAG emploie environ 3 900 collaboratrices et collaborateurs (situation courant 2005).

Histoire[modifier | modifier le code]

Toute l’histoire d’AMAG s’est construite autour de la motorisation de la Suisse. Ce processus, dont l’origine technique remonte au début du vingtième siècle, a en fait commencé à exercer une forte influence économique et sociale à partir des années cinquante, notamment en apportant aux individus une liberté sans précédent. L’automobile, devenue un bien abordable, assouplit le lien entre le domicile et le lieu de travail et ouvre des horizons nouveaux à des millions de personnes. Ce qui constituait, hier encore, un symbole d’opulence est désormais à la portée de tous.

Alors que cette tendance s’amorçait à peine, Walter Haefner fonda AMAG Automobiles et Moteurs SA, le 3 janvier 1945. Par la signature du contrat d’importation entre AMAG et Volkswagen, le 29 avril 1948, AMAG devint le fer de lance de la marque, et la Volkswagen, comme nulle autre voiture, ouvrit la voie de la mobilité à toutes les classes sociales.

En 1951, AMAG fut le troisième agent général étranger à conclure un contrat d’importation avec Porsche et devint, dès lors, le «motorisateur» du peuple disposant également d’expérience dans le domaine des voitures de course, rendues célèbres par les triomphes des Porsche 356 et 911, sur route comme sur piste.

En 1957, AMAG inaugurait, à Buchs, près de Zurich, un magasin central de pièces détachées qui n’a cessé, depuis lors, d’être agrandi et modernisé. Il contient aujourd’hui quelque 150 000 articles et en livre environ 11 000 par jour.

Mis en service en 1965, le site de stockage et de livraison installé à Birrfeld, à la croisée des axes autoroutiers nord-sud et est-ouest, est l’un des plus grands de Suisse.

En 1967, AMAG devenait aussi agent général d’Audi pour la Suisse. Le retour de cette marque de longue tradition ouvrait un nouveau chapitre de l’histoire d’AMAG.

En 1970, lors de sa fusion avec Audi, la marque NSU entrait, elle aussi, dans le groupe AMAG.

En 1984, AMAG signait un contrat d’importation avec SEAT.

Fin août 1989, la millionième Volkswagen, une Golf, était importée en Suisse.

En 1992, AMAG devenait agent général de Skoda pour la Suisse. Ainsi, l’un des principaux groupes industriels de l’ancien empire austro-hongrois et comptant parmi les plus grands constructeurs automobiles des années vingt et trente refaisait, après une longue période d’isolement à l’Est, son entrée sur les marchés occidentaux où il est entre-temps devenu un concurrent sérieux, au succès fulgurant.

En 1994, sur le site de Birrfeld, était érigée une nouvelle halle ultramoderne, afin de préparer les voitures neuves à la livraison.

En 2008, AMAG doit abandonner l'importation de voitures Porsche car le producteur allemand Porsche a créé une filiale suisse qui a repris cette activité.

Source[modifier | modifier le code]

  • AMAG Service de presse (presse@amag.ch)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]