ALARA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alara (homonymie).

Dans le domaine de la cyndinique (science du risque), ALARA est l'acronyme de l'expression anglophone « As Low As Reasonably Achievable » ("As Low As Reasonably Achievable" ; qui se traduirait en français par « Aussi bas que raisonnablement possible »).

C'est une des formes que peut prendre le principe de précaution dans le domaine de la toxicologie ou de la radioprotection, quand il y a conjointement « effet stochastique » et hypothèse LNT (hypothèse linéaire sans seuil) ou quand il y a incertitude sur la relation dose-effet (incertitude par manque de connaissance, mais en avec faisceaux de présomption ou indices forts de LNT, soit en raisons de susceptibilités génétiques…)

Les gestionnaires de risques remplacent parfois le terme ALARA par l'expression « principe d'optimisation ».

Définition[modifier | modifier le code]

Dans les domaines où le risque existe lors d'exposition à de faibles doses, ou quelle que soit la dose (exposition interne à des radionucléides par exemple), le principe ALARA est appliqué par un industriel ou une organisation responsable d'un risque, quand et si toutes les dispositions raisonnablement possibles ont été mises en place pour réduire l'exposition d'individus (malades dans le cas d'application médicale radiologiques[1]) à un toxique ou à de la radioactivité… à un niveau aussi bas que raisonnablement possible. Le qualitif raisonnablement signifie que cela est entendu aux conditions économiques et sociales existant au moment où l'on parle dans le contexte du sujet[2].
Ce principe peut concerner un industriel, une structure médicale (médecine nucléaire ou responsable).

La notion peut éventuellement être étendue à des nuisances (bruit, poussière) et à l'exposition de l'environnement et non plus des seuls êtres humains.

Elle n'est parfois mise en exergue que pour l'enfant, l'embryon ou le prématuré en raison d'une sensibilité plus élevée à certains risques.

Elle peut concerner des cas particuliers, ou un pas de temps bref (lié à la décroissance radioactive rapide de certains isotopes radioactifs utilisés par la médecine).. par exemple pour l'éloignement de personnes à risque (femme enceinte, enfant) du corps d'un malade mort après traitement par la médecine nucléaire[3],[4].

Domaines d'application[modifier | modifier le code]

À titre d'exemple, il peut s'agir de :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recommandations de précaution basées sur le principe ALARA pour des applications médicales en Belgique ; L’optimisation de la radioprotection dans les domaines électronucléaire, industrielet médical PISA; SFRP 4ièmes journées, La Rochelle, 26-27/09/2006
  2. La réglementation : élaboration et application Site officiel du IRSN, consulté le 3 avril 2010.
  3. Les conséquences sanitaires des contaminations internes chroniques par des radionucléides. Avis sur le rapport CERI "études des effets sanitaires de l'exposition aux faibles doses de radiations ionisantes à des fins de radioprotection" et recommandations de l'IRSN (PDF, 32 pages) IRS ? Direction de la radioprotection de l'homme, Rapport DRPH/no 2005620
  4. Avis CS sur dispersion RA pour patients décédés après médecine nucléaire ; WWW.HEALTH.FGOV\Français\Avis crémation5110/3

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]