AIDC F-CK-1 Ching-Kuo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif AIDC F-CK-1 Ching-Kuo Su-27 silhouette.svg
IDF Pre-production.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : Taïwan AIDC
Rôle Chasseur multirôle
Statut Production arrêtée en 1999
Premier vol 28 mai 1989
Mise en service 1994
Date de retrait Toujours en service
Investissement USD 6 milliards
Coût unitaire USD 23 millions
Nombre construits 130
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Garrett TFE 1042-70
Nombre 2
Type turboréacteur avec postcombustion
Poussée unitaire 26,8 kNsans PC
41,1 kN avec PC)
Dimensions
Envergure 8,53 m
Longueur 13,26 m
Hauteur 4,65 m
Surface alaire 24,26 m2
Masses
À vide 6 486 kg
Carburant 2 115 kg
Avec armement 9 072 kg
Maximale 12 247 kg
Performances
Vitesse maximale 1 296 km/h
Vitesse de décrochage 186 km/h
Plafond 16 460 m
Vitesse ascensionnelle 254 m/min
Rayon d'action 1 100 km
Charge alaire 504,9 kg/m2
Rapport poussée/poids 1.05
Facteur de charge +9/-3
Armement
Interne 1× canon M61A Vulcan de 20 mm
Externe air-air : missiles AA courte portée Tien-Chien I, missiles AA moyenne portée Tien-Chien II
air-sol : missile anti-navire Hsiung Feng II ou AGM-65 Maverick
Avionique
Commande de vol électrique, radar Kam-Lung GD 53 tiré de l'AN/APG67.

L'AIDC F-CK-1 Ching-Kuo (經國號戰機) est un avion de chasse taïwanais construit par AIDC (Aerospace Industrial Development Corp). Il est basé sur le F-16. Le F-CK-1 est baptisé Ching-Kuo du prénom du fils défunt du président Tchang Kaï-chek.

Développement[modifier | modifier le code]

Vue de face

Afin de ne plus se trouver sous le coup d'un embargo américain comme en 1980, le gouvernement de Taïwan autorisa le lancement en mai 1982 par AIDC de la conception du premier avion de combat développé sur l'île. AIDC entama alors la conception de l'Indigenous Defence Fighter (IDF), avec l'aide technique de la division avions militaires de General Dynamics pour la cellule, de Garrett pour les moteurs et de Westinghouse pour le radar.

Le 1er vol eut lieu le 28 mai 1989. Ce prototype monoplace (77-8001) fut suivi de deux autres (78-8002 et 78-8003) respectivement le 27 septembre 1989 et le 10 janvier 1990 et d'un prototype biplace (79-8004) le 10 juillet 1990, ils précédaient une présérie de dix appareils servant à valider le concept général de l'avion. L'appareil 78-8002 fut perdu le 12 juillet 1991 à la suite de vibrations durant une accélération transsonique. Les capacités d'attaque air-sol de l'appareil furent validées en juin 1997. Le programme d'essais prit fin le 1er octobre 1997 après 2 950 heures de vol. Les appareils de présérie furent mis en production en octobre 1990 et le 19 novembre 1993 le dernier fut livré à la RoCAF.

Le premier tir d'un missile air-air Tien-Chien I eut lieu à la fin de l'année 1992, suivi à la mi-1994 d'un tir de missile Tien-Chien II. Au total, la commande porta sur 120 appareils, le premier appareil de série effectua son premier vol le 10 janvier 1994. Ils furent livrés au rythme de 2 appareils par mois à partir de 1994, mais une interruption eut lieu en octobre 1995 après la sortie du 51e exemplaire afin d'effectuer des modifications sur le système de gestion du carburant. La production reprit en mai 1996. Les deux derniers appareils furent livrés le 14 janvier 2000 et la seconde escadre aérienne (1st TFW) fut déclarée opérationnelle en juillet de la même année.

Actuellement une centaine de Ching-Kuo sont opérationnels. La commande initiale de 256 avions a été réduite à 130 dont 28 biplaces, suite à une augmentation des coûts du programme et à l'achat à des conditions avantageuses de 60 Dassault Mirage 2000-5 et de 150 F-16 A/B block 20.

La production des F-CK-1 s'est arrêtée en 1999.

Description[modifier | modifier le code]

Le F-CK-1 emprunte une grande partie sa cellule au F-16 ainsi qu'à d'autres chasseurs américains. Pour réduire les coûts de développement de l'IDF, AIDC a réutilisé des études aérodynamiques faites aux États-Unis et en intégrant des systèmes et une avionique provenant d'avions existants. En effet, les commandes de vol électriques proviennent du F-16, les atterrisseurs du F-5, le canon du F-18, etc.

La structure de l'appareil est principalement composée d'aluminium tandis que les parties mobiles (gouvernes, volets, aérofreins) utilisent des composites. Le train d'atterrissage se rétracte hydrauliquement et chaque jambe est dotée d'une seule roue et d'un amortisseur oléo-pneumatique. L'avion dispose de deux circuits hydrauliques indépendants pressurisés à 214 bars actionnant, les gouvernes, les dispositifs hypersustentateurs et le train d'atterrissage ; il dispose aussi d'un circuit pneumatique pressurisé à 20,7 bars servant à déployer le train d'atterrissage en cas d'urgence. Le pilote est assis sur un siège éjectable Martin Baker Mk.12 zéro-zéro incliné à 30°. Au niveau avionique, il dispose d'un système de navigation inertielle Honeywell H423, d'écrans multi-fonctions et d'un afficheur tête haute.

L'appareil est propulsé par deux turboréacteurs à double-flux dotés de postcombustion TFE 1040-70 développant 26,8 kN de poussée, placés de part et d'autre du fuselage. Ils sont alimentés par trois réservoirs internes pouvant contenir 2 517 l de carburant et aussi par deux réservoirs largables de 568 l sous les ailes et un de 1 041 l sous le fuselage.

Il est équipé d'un radar multimode à impulsion Kam-Lung GD 53 tiré du Lockheed Martin AN/APG67 d'une portée de 150 km. L'armement du Ching-Kuo est principalement constitué de air-air développé par l'institut Chung Shan, tel que les Tien-Chien I (à guidage infrarouge) et II (à guidage radar), qui sont présentés comme des copies améliorées des missiles américains AIM-9L Sidewinder et AIM-120 AMRAAM dotés d'autodirecteurs développé par Taïwan. Il peut aussi emporter des bombes à sous-munitions Wan-Chien, les missiles antinavires Hsuing-Feng et le missile américain AGM-65 Maverick. Il emporte son armement sur six points d'emport : deux sous le fuselage, un sous chaque aile et un à l'extrémité de chacune d'elle. Pour sa protection, l'appareil est équipé de contre-mesures électroniques Northrop Grumman RWR.

Engagements[modifier | modifier le code]

F-CK-1D

À l'heure actuelle, le Ching-Kuo n'a jamais été engagé au combat.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • F-CK-1A : Chasseur monoplace, 3 prototypes et 103 appareils de série.
  • F-CK-1B : Chasseur biplace d'entraînement, 1 prototype et 27 appareils de série.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Paul Eden (éditeur), Encyclopedia of modern military aircraft, London, Amber Books Ltd,‎ 1er juin 2006, 512 p. (ISBN 978-1904687849).
  • (en) Stewart Wilson, Combat Aircraft since 1945, London, Aerospace Publications, 2000 (ISBN 1-875671-50-1).
  • (en) Jon Lake, « AIDC Ching-Kuo: The Indigenous Defence Fighter », World Air Power Journal, London:Aerospace Publishing, no Volume 26,‎ Autumn/Fall 1996 (ISBN 1-8740-2381-6, ISSN 0959-7050).
  • (en) Michael Taylor, Brassey's World Aircraft & Systems Directory 1999/2000, London: Brassey's,‎ 1999 (ISBN 1-8575-3245-7).
  • Pierre Gaillard, Avions et hélicoptères militaires d'aujourd'hui, éditions Larivière, coll. « DOCAVIA »,‎ 1999, 304 p. (ISBN 2-9070-5124-5)
  • Jane's Handbook.

Développement lié

Liens externes[modifier | modifier le code]