AGGIR

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La grille AGGIR (acronyme de « autonomie gérontologique groupes iso-ressources ») est un outil permettant d'évaluer le degré d'autonomie ou de perte d'autonomie des personnes, principalement des personnes âgées, qu'elles résident en institution ou à domicile, utilisée en France. Elle permet une homogénéité du codage au niveau national du « groupe iso-ressources » (GIR) d'une personne dont le score est un argument pris en compte dans la mise en place d'une aide à la personne.

Utilisation[modifier | modifier le code]

La grille AGGIR est utilisée pour l'obtention de droits pour les personnes âgées de plus de 60 ans : en premier lieu l'allocation personnalisée d'autonomie (APA)

Définition du modèle[modifier | modifier le code]

Le modèle AGGIR propose dix sept points portant sur l'évaluation de la capacité d'une personne à réaliser les actes de la vie quotidienne. L'évaluation porte sur l'autonomie physique et psychique. Elle permet d'évaluer « ce que la personne » fait seule et discrimine « ce que la personne peut faire ou veut faire », les aides techniques (prothèse, déambulateur, fauteuil roulant…) étant considérées comme faisant partie de la personne.

Description de l'outil[modifier | modifier le code]

Les dix sept items sont répartis en deux catégories : les variables discriminantes et les variables illustratives. Seules les dix variables discriminantes sont utilisées pour la détermination du « groupe iso-ressources » (GIR) de l'individu. Six groupes sont définis, allant de GIR 1 (dépendance totale) à GIR 6 (autonomie totale). Chaque variable se décline en trois modalités de codage représentées par A, B et C, le calcul se faisant ensuite via un algorithme[1] qui nécessitera son informatisation.

En fait seules les huit premières variables « discriminantes » ont un rôle sur la détermination du GIR ! La simple lecture de l'algorithme montre que les variables déplacements à l'extérieur et communication à distance sont toujours affectées d'un coefficient nul.

Codage des items[modifier | modifier le code]

  • Modalité A : la personne fait seule et spontanément, habituellement, totalement et correctement ;
  • Modalité B : la personne peut faire seule, mais ne le fait pas spontanément, ou/et correctement ou/et habituellement ou/et partiellement ;
  • Modalité C : la personne ne fait pas : il faut faire à sa place ou faire faire par quelqu'un d'autre.

Les modalités B et C se réfèrent également à l'aide apportée par les professionnels de la santé.

Variables discriminantes[modifier | modifier le code]

Les dix variables discriminantes évaluent :

  • la cohérence : converser ou se comporter de façon logique et sensée ;
  • l'orientation : se repérer dans le temps, les moments de la journée et les lieux ;
  • la toilette corporelle, évaluant la toilette du haut (tête, tronc) et la toilette du bas ;
  • l'habillage, évaluant les sous-items de l'habillage du haut, l'habillage moyen, et l'habillage du bas ;
  • l'alimentation évaluant les sous-items du fait de servir et du fait de manger ;
  • l'élimination qui évalue en fait la capacité de la personne à gérer l'hygiène de l'élimination et non la continence, évaluée sur deux sous-items : l'élimination urinaire et l'élimination fécale ;
  • les transferts : se coucher, s'asseoir, se lever ;
  • les déplacements à l'intérieur : avec ou sans moyens techniques ;
  • les déplacements à l'extérieur : de la même manière que l'item précédent, mais à l'extérieur ;
  • la communication à distance : utilisation d'un téléphone, d'une télé-alarme.

Variables illustratives[modifier | modifier le code]

  • la gestion : gérer ses affaires, son budget, faire des démarches ou utiliser de l'argent ;
  • la cuisine : préparer le repas ;
  • le ménage : effectuer l'ensemble des travaux ménagers ;
  • les transports : faire l'usage des moyens de transports (ou les commander) ;
  • les achats : commander par correspondance ou faire des acquisitions directes ;
  • le suivi du traitement : observance au traitement médicamenteux ;
  • les activités du temps libre : avoir des activités culturelles, sportives, des passe-temps.

Textes de référence[modifier | modifier le code]

  • Décret n°97-427 du 28 avril 1997 portant application de certaines dispositions de la loi n° 97-60 du 24 janvier 1997 tendant, dans l'attente du vote de la loi instituant une prestation d'autonomie pour les personnes âgées dépendantes, à mieux répondre aux besoins des personnes âgées par l'institution d'une prestation spécifique dépendance[2].
  • Décret n° 2001-1084 du 20 novembre 2001 relatif aux modalités d'attribution de la prestation et au fonds de financement prévus par la loi n° 2001-647 du 20 juillet 2001 relative à la prise en charge de la perte d'autonomie des personnes âgées et à l'allocation personnalisée d'autonomie[3].
  • Article L232-2 du code de l'action sociale et des familles[4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]