Aïcha Kandicha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aïcha Kandicha est, dans la culture maghrébine, une sorte de fée ogresse comparable à la fée Carabosse des contes occidentaux[1]. Sa légende est répandue chez les peuples nomades et semi-nomades, où elle hanterait les lieux solitaires à la recherche d'hommes vagabondant[2].

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Aïcha Kandicha symbolise la possession à travers l'image de la « mère vieillissante qui n'aurait pas lâché prise »[3].
Aicha Kandicha est une femme à la beauté et au charme exceptionnels. On la rencontre de nuit, jamais le jour. Elle vit dans une rivière ou dans la mer. Son attrait est si puissant qu'aucun homme ne peut lui résister, sauf celui qui la reconnait et exhibe un couteau ou tout objet métallique. Elle ne s'intéresse qu'aux célibataires[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dubois 2001, p. 82
  2. Duvignaud 1981
  3. Institut havrais de sociologie économique et de psychologie des peuples, Cahiers de sociologie économique et culturelle, ethnopsychologie, Numéros 21 à 22, 1994
  4. monde animal, végétal et minéral dans l'imaginaire des écrivains marocains de langue française Critiques littéraires, Annie Devergnas-Dieumegard, Éditions L'Harmattan, 2003, ISBN 2747544230,ISBN 9782747544238, pages 432,433

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]