Aéroport international d'Ushuaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport international d'Ushuaïa - Malvinas Argentinas
Aeropuerto Internacional de Ushuaia Malvinas Argentinas
Vue aérienne de l’aéroport d’Ushuaïa.
Vue aérienne de l’aéroport d’Ushuaïa.
Localisation
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Ville Ushuaïa
Date d'ouverture 27 novembre 1995
Coordonnées 54° 50′ 32″ S 68° 17′ 38″ O / -54.842272, -68.29393454° 50′ 32″ Sud 68° 17′ 38″ Ouest / -54.842272, -68.293934  
Superficie 200 ha
Altitude 22 m (71 ft)

Géolocalisation sur la carte : Terre de Feu

(Voir situation sur carte : Terre de Feu)
Aéroport international d'Ushuaïa - Malvinas Argentinas

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Aéroport international d'Ushuaïa - Malvinas Argentinas
Pistes
Direction Longueur Surface
07/25 2 800 m (9 186 ft) Béton
Informations aéronautiques
Code AITA USH
Code OACI SAWH
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire London Supply SA

L'aéroport international d'Ushuaïa - Malvinas Argentinas (code AITA : USH • code OACI : SAWH), communément appelé Aéroport d’Ushuaïa (espagnol : Aeropuerto Internacional de Ushuaia Malvinas Argentinas ), est un aéroport situé à Ushuaïa, dans la province de Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud en Argentine. Ses autres codes sont FAA : USU et INTL : SAWH. Inauguré le 27 novembre 1995, son exploitation est assurée par London Supply. C'est l'aéroport le plus au sud de l'Argentine. Il est notamment emprunté par les passagers qui se dirigent vers l'Antarctique en navires de croisière.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au pied de la partie méridionale de la cordillère des Andes, l’aéroport dessert la ville argentine d’Ushuaïa, sur la Grande Île de Terre de Feu, dans la province de Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud. Seule et unique construction, cet ensemble aéroportuaire est situé au sud de la ville, sur la péninsule d’Ushuaïa anciennement appelée péninsule La Misión ou MacClinton. La péninsule est baignée, au sud, par le canal Beagle, à l’ouest, par la baie Golondrina et à l’est par la baie d'Ushuaïa. On y accède par un isthme de 3,3 km appelé Paseo Roque Sánchez Galdeano. À une altitude de 31 m, l’aérogare se trouve du côté de la pointe occidentale de la péninsule. La piste a été construite dans le sens est-ouest (orientation magnétique de la piste : 07/25 soit 70° et 250°) sur la totale partie latérale de la péninsule. Du côté 07, l’altitude est de 26 m et du côté 25, l’altitude est de 22 m. La géologie de la péninsule est principalement constituée de dépôts sédimentaires marins issus de la dernière période glaciaire de la fin du Pléistocène. Le relief se compose de légères collines ondulées et érodées durant l’ère glaciaire ainsi que de tourbières. La végétation rase et pauvre y est composée de mousses, de sphaignes, mais aussi de joncs et carex. On y trouve aussi la plante à fleurs Chiliotrichum diffusum, le notro (Embothrium coccineum) et localement des jeunes lengas (Nothofagus pumilio), guindos (Nothofagus betuloides ) et nires (Nothofagus antarctica). Le long de la côte de la péninsule, vivent principalement des oiseaux marins comme l'ouette marine (Chloephaga hybrida), le cormoran impérial (Leucocarbo atriceps), le cormoran de Magellan (Phalacrocorax magellanicus), la sterne hirundinacée (Sterna hirundinacea), le goéland dominicain (Larus dominicanus), le goéland de Scoresby (Leucophaeus scoresbii), le labbe du Chili (Stercorarius chilensis), l'huîtrier de Garnot (Haematopus leucopodus), l'huîtrier noir (Haematopus ater), le brassemer cendré (Tachyeres pteneres). Parmi les mammifères, ce sont le lapin commun (Oryctolagus cuniculus) et le rat musqué (Ondatra zibethicus), deux espèces introduites par l’Homme, qui y sont les plus représentés.

Le climat de la région est un climat subpolaire océanique (dans la classification de Köppen). Le sud et l'ouest subissent des vents forts, avec un brouillard et un taux d'humidité élevé toute l'année. Les jours sans pluie, névasse, grêle ou neige sont rares. La limite pluie/neige se trouve à une altitude de 700 mètres. L’hiver (juin), la longueur du jour est de 7 heures et 11 minutes[1] tandis qu’en été (décembre), elle est de 17 heures et 20 minutes[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire de l’aéroport s’inscrit intrinsèquement dans l’exploration tardive et difficile de cette région australe ainsi que de la promiscuité des zones potentielles à la construction d’une piste aéronautique.

Premières liaisons aériennes[modifier | modifier le code]

Le 3 décembre 1928, un hydravion Heinkel HD-24, le Tsingtau — aussi nommé le Cóndor de Plata — amerrit dans la baie d’Ushuaïa. Piloté par Gunther Plüschow en compagnie de son ingénieur Ernst Dreblow, ils sont les premiers à atteindre en vol aérien cette région de Patagonie. Ils repasseront à Ushuaïa afin d’explorer cette zone australe jusqu’au cap Horn avant de mourir d’un accident de vol. Trois ans plus tard, le 28 décembre 1931, un des pionniers de la Compagnie Générale Aéropostale et de la Aeroposta Argentina, Rufino Luro Cambaceres accompagné de Francisco Ragadale font atterrir leur Waco 22 Hp sur un terrain de sport. improvisé en terrain d’atterrissage. C’est à partir de 1933, que les prisonniers du pénitencier (Cárcel de Reincidentes de Tierra del Fuego) commencèrent à construire le premier terrain d’aviation, soit 400 m2 au lieu-dit Punta Observatorio (au début de l’isthme qui attache la péninsule où se trouve l’actuel aéroport). C’est ainsi qu’y atterrit le 19 février 1933, le premier avion militaire, un Vought Corsario de l’Aéronavale, (le R-61) piloté par le capitaine Marcos Zar qui a relié pour la première fois Buenos Aires et Ushuaïa soit un parcourt de 2 709 km en 13 heures et cinq minutes sur six étapes en deux jours[3]. Ce terrain d’aviation atteint une surface de 800 par 350 mètres en 1936 et y est prévu une rampe pour hydravions. C’est le 22 janvier 1937 qu le même Marcos Zar unira en une seule étape la Capitale et la ville la plus australe d’Argentine avec un vol de 2 700 km en onze heures et demie. De 1939 à 1941, s’effectueront des vols expérimentaux afin de créer de futures lignes régulières à la fois civile et militaire sur des avions de type Curtiss Condor.

Premier aéroport et base aéronavale[modifier | modifier le code]

C’est à partir des années 1940 que se réalisèrent sérieusement les premières études et réalisations d’un aérodrome et de pistes toujours au lieu-dit Punta Observatorio qui se prêtait au mieux à l’époque. Jusqu’à la fin des années 1946, le terrain d’aviation avait une superficie 1 050 par 20 mètres. Le 24 mars 1947, la base aéronavale de Ushuaïa est officiellement inaugurée. L’édifice de la base sera terminée le 28 septembre 1948 et le 26 septembre 1949, l’aérodrome obtient le statut de station aéronavale. En 1949, il existait deux pistes : une de 1 200 m orientée 16/34 et l’autre de 700 m orientée 03/21. En 1970, la première piste fut asphaltée et augmentée de 200 m pour atteindre en 1987 1 687 m tandis que la deuxième piste fut allongée de 100 m et jamais ne fut asphaltée. Le 26 septembre 1988, le Boeing 737-287 du vol 648 de la compagnie Aerolineas Argentinas, quitte la piste à l’atterrissage et termine sa course dans la baie sans faire de victimes parmi les 62 passagers et membres d’équipage[4]. À l’ouverture du nouvel aéroport en 1995, ces infrastructures et la piste 16/34, la piste 03/21 n’existant plus, sont utilisés par l’aéroclub de Ushuaïa, par les avions militaires de la Force aérienne argentine et de la Dirección Aeronáutica aussi comme lieu d’atterrissage pour hélicoptères civils et militaires[5].

Actuel aéroport[modifier | modifier le code]

L'aéroport fut inauguré le 27 novembre 1995 afin de remplacer le précédent, qui opérait depuis 1940, devenu obsolète et inadapté (celui-ci est l'aéroclub actuel). Il a été nommé Malvinas Argentinas afin de souligner la demande de souveraineté de l’Argentine sur les îles Malouines (Islas Malvinas en espagnol) par la loi provinciale no 257 du 21 novembre 1995 ; cette même loi désigne l’homme d’État Carlos Saúl Menem comme parrain de l’aéroport[6].

En janvier et en décembre 1999, un Concorde d’Air France, le F-BTSD, un vol charter, South America Tours, organisé par Abercrombie & Kent, y atterrit. Ce fut le vol le plus austral d’un Concorde et la troisième et quatrième visite de cet avion sur le sol argentin (1971 : Buenos Aires ; 1978 : Buenos Aires (coupe du monde football) ; janvier et décembre 1999 : Iguazú, Buenos Aires et Ushuaïa)[7].

En 2007, La société internationale London Supply est retenue afin d’investir 19 millions de pesos argentins pour l’agrandissement de l’aérogare pour l’année 2008. La surface initiale de 5 700 m2 ne correspondant plus à la fréquentation des 470 000 passagers en 2006, les travaux consistent à augmenter de 4 000 m2 la surface notamment le hall d’arrivée, le hall et les points enregistrement, le hall de récupération des bagages, les zones commerciales et le hall de sortie[8]. Le magazine de voyages américain Travel + Leisure nomme l’aéroport en janvier 2010 parmi l’un des quinze aéroports internationaux les meilleurs du monde, à la fois de par son architecture et de son environnement naturel[9],[10]. Après avoir désigné les dix aéroports les plus détestés au monde, l’édition internationale CNN Travel publie en novembre 2011, les dix aéroports les plus aimés au monde. Dans cette liste celui d’Ushuaïa arrive en cinquième position[11].

Infrastructures et équipements[modifier | modifier le code]

Piste[modifier | modifier le code]

L’aéroport possède une seule piste, longue de 3 064 mètres (TODA - Takeoff Distance Available) et large de 45 mètres, qui est orientée 07/25 (70° / 250°), les vents dominants dans le secteur étant du sud-ouest. Située à 28 mètres au-dessus du niveau de la mer, ses coordonnées sont 54°50'35,60" Sud et 68°17'39,12" Ouest. La bande de piste, large de 7,5 m de chaque côté est en béton. Chacune des deux zones anti-souffle ou prolongements d’arrêt (PA) mesurent 150 m[12],[13]. La piste a été conçue pour pouvoir recevoir des avions longs courriers aussi gros qu’un Boeing 747 ou un Airbus A300 et a, par ailleurs, accueilli par deux fois, un charter du Concorde en 1999. Toutefois, l’aéroport, selon la classification OACI, est classé en catégorie 4D.

Détails des longueurs disponibles :

Piste TORA ASDA TODA LDA
25
2 914 m 3 004 m 3 064 m 2 640 m
07
2 800 m 2 914 m 2 950 m 2 620 m

Légende : TORA : Takeoff Run Available ; ASDA : Accelerate-Stop Distance Available ; TODA : Takeoff Distance Available ; LDA : Landing Distance Available

Instruments de navigation aérienne[modifier | modifier le code]

Comme aide à la navigation, est installé un VOR (VHF Omnidirectional Range). Quant aux aides à l'atterrissage, l’aéroport possède un PAPI (Precision Approach Path Indicator) et un ILS (Instrument Landing System) de catégorie 1 (CAT I)[14].

Aérogare[modifier | modifier le code]

Inauguré en 1998, l’aérogare, qui est l'œuvre de l'architecte uruguayen Carlos Ott, présente une surface totale de 5 500 m2 sur deux niveaux. La structure portante de l’ouvrage a été réalisée en bois laminé de pin de Monterey[15]. On y trouve une boutique hors taxes, un distributeur de billets, un bar et un bureau de presse[16]. En 1998, l’œuvre de Ott — City of Ushuaia International Airport — fait partie des finalistes du prix de la fondation Mies van der Rohe - Architecture latino-américaine[17].

Autres infrastructures[modifier | modifier le code]

La tour de contrôle

La tour de contrôle dont la vigie se situe à 36 mètres d’altitude, est construite à une distance de 600 mètres de l’aérogare sur une petite colline. Un parking automobiles de 192 places s’y trouve à proximité immédiat.

Évolution du trafic passagers et fret[modifier | modifier le code]

Ancien aéroport[modifier | modifier le code]

Les statistiques sur les mouvements des passagers commencent à partir des années 1976 et les années 1979 pour le fret quand les vols de ligne régulière civils ont été autorisés. Ce tableau présente l’évolution des passagers entre 1976 et 1994 juste avant la création du nouvel aéroport[18].

Évolution du trafic passagers
[passagers]
Évolution du trafic fret avionné
[kilos]
Année Passagers Évolution Total Évolution
1994
200 276 en augmentation - -
1993
158 092 en diminution - -
1992
159 765 - - -
1982
18 867 en augmentation 28 012 en augmentation
1981
15 190 en diminution 22 404 en diminution
1980
15 482 en augmentation 26 605 en augmentation
1979
14 722 en augmentation 25 098 -
1978
14 068 en diminution - -
1977
15 649 en augmentation - -
1976
14 916 - - -

Aéroport actuel[modifier | modifier le code]

Ce tableau représente l’évolution des passagers (total des passagers débarquants et embarquants) de la création du nouvel aéroport en 1995 jusqu’à 2009[18].

Évolution du trafic passagers
[passagers]
Année Passagers Évolution
2009
535 692 en diminution
2008
554 614 en augmentation
2007
519 575 en augmentation
2006
460 730 en augmentation
2005
446 218 en augmentation
2004
403 046 en augmentation
2003
327 080 en augmentation
2002
268 946 en augmentation
2001
243 303 en diminution
2000
261 728 en augmentation
1999
245 821 en augmentation
1998
235 900 en augmentation
1997
220 599 en augmentation
1996
201 494 en diminution
1995
205 538 -

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Les principales compagnies aériennes opérant à l’aéroport sont les deux compagnies nationales Aerolíneas Argentinas et Austral Líneas Aéreas ainsi que celle de la filiale LAN Airlines, LAN Argentina mais aussi Líneas Aéreas del Estado (LADE) et Sol Lineas Aereas[19].

Compagnie Destinations [aéroport (ville desservie)]
Aerolineas et Austral Lineas Aereas
Aeroparque Jorge Newbery (Buenos Aires), El Calafate, Ezeiza (Buenos Aires), Trelew, Río Gallegos
LADE (Líneas Aéreas del Estado)
Aeroparque Jorge Newbery (Buenos Aires), Comodoro Rivadavia, El Calafate, Gobernador Gregores, Mar del Plata, Perito Moreno, Puerto Madryn, Río Gallegos
LAN Argentina
Aeroparque Jorge Newbery (Buenos Aires), El Calafate
Sol Lineas Aereas
Río Gallegos, Comodoro Rivadavia, Neuquén, Mendoza, Córdoba

Accès à l’aéroport[modifier | modifier le code]

Situé sur la péninsule d’Ushuaïa à 5,5 km du centre-ville et accessible par son unique route à quatre voies, l'aéroport est desservi par taxi, par remís ou par mini-bus privé. Il n'existe pas de transports en commun. Il existe une voie verte qui longe cette route.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Arnoldo Canclini, Ushuaia 1884-1984 Cien años de una ciudad argentina, Municipalidad de Ushuaia,‎ 1984, 605 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Météorologie Historique pour Ushuaia, Argentina sur wunderground.com, à la date du 21 décembre 2013. Consulté le 30 juin 2014.
  2. Météorologie Historique pour Ushuaia, Argentina sur wunderground.com, à la date du 21 décembre 2013. Consulté le 30 juin 2014.
  3. (es)Pioneros sur oni.escuelas.edu.ar. Consulté le 30 juin 2014.
  4. Fiche accident sur aviation-safety.net. Consulté le 20 juin 2014.
  5. (es)[1]
  6. (es)La loi no 257 sur legistdf.gov.ar. Consulté le 28 juin 2014.
  7. (en) FTG Concorde Operations. Consulté le 24 juin 2014.
  8. (es)London Supply informó a TELAM que la ampliación del Aeropuerto de Ushuaia se concluye en 2008 sur reporteaustral.com.ar publié le 3 juillet 2007. Consulté le 28 juin 2014.
  9. (es) El aeropuerto de Ushuaia, uno de los mejores 15 del mundo, publié sur eldiariodelfindelmundo.com le 17 février 2010. Consulté le 30 juin 2014.
  10. (en)L’article sur l’aéroport publié dans le magazine Travel & Leisure en janvier 2010. Consulté le 2 juillet 2014.
  11. (en)10 of the world's most loved airports publié sur travel.cnn.com le 17 novembre 2011. Consulté le 4 juillet 2014.
  12. [2]
  13. [3]
  14. (es)Installations sur tierradelfuego.org.ar/aeropuerto. Consulté le 28 juin 2014.
  15. (es)[4]
  16. (es) Fiche aéroport sur orsna.gov.ar. Consulté le 25 juin 2014.
  17. (es)Globalización de experiencias estéticas sur vitruvius.com.br. Publié le 2 juin 2001. Consulté le 2 juillet 2014.
  18. a et b (es)[5]
  19. (es)Aerolineas que operan sur aeropuertoushuaia.com. Consulté le 30 juin 2014.