Aéroport international Toussaint Louverture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport international
Toussaint Louverture
Image illustrative de l'article Aéroport international Toussaint Louverture
Localisation
Pays Drapeau d’Haïti Haïti
Ville Port-au-Prince
Coordonnées 18° 34′ 48″ N 72° 17′ 33″ O / 18.580115, -72.292442 ()18° 34′ 48″ Nord 72° 17′ 33″ Ouest / 18.580115, -72.292442 ()  
Altitude 37 m (122 ft)

Géolocalisation sur la carte : Haïti

(Voir situation sur carte : Haïti)
Aéroport international Toussaint Louverture
Pistes
Direction Longueur Surface
10/28 3 040 m (9 974 ft) asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA PAP
Code OACI MTPP
Type d'aéroport public
Gestionnaire Office National de l'Aviation Civile & Autorité aéroportuaire nationale

L'aéroport international Toussaint Louverture (code AITA : PAP • code OACI : MTPP) est le principal aéroport d'Haïti se situant à une dizaine de kilomètres au nord-est de la capitale, Port-au-Prince, dans la commune de Tabarre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne base militaire américaine dans les années 1950 et 1960, l'aéroport actuel ouvrit en 1965, sous le nom d'aéroport international François Duvalier, en l'honneur de l'ancien président d'Haïti, jusqu'en 1986 où il fut renommé aéroport international de Port-au-Prince. En 2003, il fut encore une fois renommé, cette fois-ci en l'honneur du héros national Toussaint Louverture.

L'aéroport pendant le tremblement de terre de janvier 2010[modifier | modifier le code]

Vue générale de l'aéroport de Port-au-Prince

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre de magnitude 7,0 a frappé l'ouest d'Haïti et, notamment, la capitale.

Ce séisme, qui est suivi de plus d'une centaine de répliques, est le plus important et le plus meurtrier de l'histoire du pays. Elle a désorganisé totalement le fonctionnement de l'État, à l'image de l'effondrement de plusieurs bâtiments publics comme le palais présidentiel. La tour de contrôle de l'aéroport n'a pas été épargnée. Cependant, l'unique piste est restée intacte et permet ainsi aux avions des différents secours d'atterrir.

Le port de la capitale étant inutilisable, la piste de l'aéroport est devenue le point névralgique pour l'arrivée des secours internationaux et le départ des réfugiés rescapés.

C'était d'abord une unité avancée de la 82nd Airborne division US, parmi les premières unités arrivées sur place, qui a assuré le contrôle aérien le long de la piste d'atterrissage. Cette unité sera ensuite remplacée par le 23e escadron tactique spécial de l'armée de l'air, doté de matériel plus approprié et appuyé par une équipe de la Federal Aviation Administration (agence fédérale de l'aviation civile américaine), qui ont assuré provisoirement la gestion des installations aéroportuaires et du trafic aérien haïtien avec l'accord du gouvernement[1].

Le département d'État américain a assuré[2] que la prise de contrôle par les forces armées américaines a résulté d'un accord conclu avec le président René Préval, ne nuisant en rien au fait à la souveraineté de l'État haïtien.

Après le séisme du 12 janvier 2010, toutes les opérations commerciales des compagnies aériennes ont été suspendues.

Avant la catastrophe, l'aéroport gérait quotidiennement 13 vols au départ ou à l'arrivée d'Haïti. Le déferlement d'urgence de l'aide humanitaire sur un aéroport ne disposant que d'une piste longs-courriers et d'une piste pour avions-taxis dépasse très largement sa capacité de prise en charge, la prise de contrôle par les forces de l'opération réponse unifiée était afin d'amplifier le trafic aérien sur l'aéroport.

Reconstruction et modernisation[modifier | modifier le code]

Depuis novembre 2011, des travaux de réhabilitation et de remise aux normes ont débuté, conduits par la société haïtienne Panexus Haïti. Ces travaux consistent également en une réorganisation des espaces intérieurs et extérieurs, dotés d'équipement plus conséquents capables de supporter le doublement de sa capacité d'accueil (soit 1,2 million de passagers prévus annuellement).

De plus, le bâtiment répondent désormais aux normes parasismiques pouvant subir un séisme de niveau 8 sur l'échelle de Richter. Même si les premiers terminaux ont été mis en service le , les travaux se poursuivi jusqu'en mars 2012[3].

En , le Secrétaire d'État aux Travaux publics et Transports, Philippe Cinéas, révélait lors d'un Conseil de Gouvernement, que de nouveaux travaux d'extension et de modernisation de l’aéroport allaient être réalisés. Ainsi, 600 m2 additionnels seront ajoutés aux 2 400 m2 actuels de la salle d’arrivée. 58 postes d’embarquement seront disponibles pour les compagnies aériennes en décembre 2013, tandis qu'une vingtaine de magasins et de restaurants seront aménagé dans le « Lounge » de 4 000 m2[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :