Aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa
Image illustrative de l'article Aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa
Localisation
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Ottawa (Ontario)
Coordonnées 45° 19′ 22″ N 75° 40′ 09″ O / 45.322899, -75.66915 ()45° 19′ 22″ Nord 75° 40′ 09″ Ouest / 45.322899, -75.66915 ()  
Altitude 114 m (374 ft)

Géolocalisation sur la carte : Ontario

(Voir situation sur carte : Ontario)
Aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa
Pistes
Direction Longueur Surface
04/22 1 006 m (3 301 ft) Asphalte
07/25 2 438 m (7 999 ft) Asphalte
14/32 3 048 m (10 000 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA YOW
Code OACI CYOW
Type d'aéroport civil
Gestionnaire Administration de l'aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa

L'aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa, en anglais Ottawa Macdonald-Cartier International Airport, (code AITA : YOW • code OACI : CYOW) dessert la capitale du Canada, Ottawa, dans la province de l'Ontario. Il accueille 4,3 millions de passagers par an ce qui en fait le sixième aéroport canadien pour le trafic passager et le huitième pour le nombre de mouvements d'avions. Il se situe à dix kilomètres au sud du centre-ville. C'est l'un des sept aéroports canadiens ayant une zone de prédédouanement américaine (US Border Pre-clearance facilities).

Historique[modifier | modifier le code]

[1] L'histoire de l'aéroport débute en 1911 avec le premier vol motorisé recensé, toutefois il faudra attendre les années 20 pour que le site soit pourvu d'une véritable piste d’atterrissage. Ottawa a rapidement pris une place importante dans le monde de l'aviation. En juillet 1927, le célèbre Charles Lindbergh a visité le site avec son avion Ryan N-X-211, lors des célébrations du jubilé de diamant de la Confédération canadienne. Pas moins de 60 000 spectateurs ont accueilli le héros de l'aviation. Pour l'occasion, la piste a même été rebaptisée Lindbergh Field (l'endroit se nommait Hunt Club Field auparavant). C'est l'année suivante, en 1928, le 26 juillet que la licence aéroportuaire a été accordée. L'engouement pour Lindbergh n'étant qu'un souvenir, le nom de l'aérodrome a été modifié pour Uplands Aerodrome.

Dans les années 1930, le Ministère des Transports du Canada venait tout juste d'être créé, en 1936 pour être exact. Dans son mandat, un des buts était d'établir des liaisons aériennes entre les différentes villes du pays et les villes du Commonwealth britannique. Pour réussir à atteindre cet objectif, le Ministère a fondé Trans-Canada Airlines, l'ancêtre d'Air Canada. Pour réussir cet objectif, la société aérienne était toutefois tributaire de la qualité des installations aéroportuaires. Celles d'Ottawa, opérée par l'Ottawa Flying Club n'était pas adéquate et l'opérateur de la piste n'avait pas les capacités financières pour apporter les améliorations requises.

En 1937 pour pallier ce manque, une compagnie d'aviation de brousse, la Laurentian Air s'implique en louant le site en 1937. En 1938, elle améliore le site en érigeant divers édifices, dont un hangar. L'ancien gestionnaire, l'Ottawa Flying Club n'est pas pour autant écarté, il est en 1938 un important locataire des lieux. Mais rapidement, la Laurentian Air se rend compte que la tâche est trop grande pour répondre aux normes de Trans Canada Airlines. Elle vend donc ses terrains de 300 acres au Ministère des Transports.

Un rôle militaire

Rapidement le gouvernement a mis le site aux normes, et le 20 août 1938, le Ministre des Transports, C.D. Howe inaugure le nouvel aéroport d'Uplands. Par contre, rapidement, le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a changé la donne. Le Ministère de la Défense Nationale a acquis l'endroit et y a établi ses propres installations. Le lieu est devenu un important centre entraînement pour les pilotes de l'Aviation royale du Canada. Le 1er août 1940 on inaugure le Centre d'entrainement aérien du Commonwealth britannique. Le Centre a servi à de très nombreux pilotes qui ont combattu en Europe. Même après la Guerre, le rôle militaire d'Ottawa s'est maintenu. L'aéroport est devenu une importante base en raison de l'implication canadienne dans l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Le rôle militaire était si important que Uplands est devenu l'aéroport le plus occupé en fait de mouvements d'aéronefs au Canada. En 1959 pas moins de 307 079 mouvements ont été enregistrés.

Vers le rôle civil

En 1957 les travaux pour la construction d'un aérogare plus moderne se sont amorcés. Alors que les travaux étaient presque terminés, un avion de la US Air Force est venu faire une démonstration d'un appareil, le Starfighter F-104. Le pilote a toutefois franchi le mur du son, faisant éclater les fenêtres de l'édifice et endommageant la structure de l'édifice. L'incident a retardé d'environ un an l'ouverture de l'édifice, et a ajouté 300 000$ de l'époque au budget de construction. C'est donc avec un retard, que le 30 juin 1960 que le Premier Ministre John Diefenbaker a inauguré le nouvel aérogare. Quatre ans plus tard, en 1964, il a acquis son titre d'aéroport international. En 1975, la Commission de la Capitale Nationale du Canada (CCN) a inauguré la Promenade de l'Aviation (Aviation Parkway), encore aujourd'hui la principale voie d'accès au complexe aéroportuaire.

La région étant en forte expansion démographique voit son aérogare saturé. Deux millions de passagers par année la fréquentent en 1980, alors qu'elle avait été conçue pour environ un million de voyageurs. De sorte que l'administration fédérale conçoit en 1982 un plan de rénovations. En 1986 les travaux sont terminés et l'endroit avec ses puits de lumière, ses vastes fenêtres et ses composantes en acier blanc est considéré plus accueillant. Plus tard pour augmenter l'espace on déménage la tour de contrôle et les radars près du Chemin Limebank. Toujours vers cette époque, soit en 1993, le gouvernement a modifié le nom de l'aéroport d'Uplands pour Aéroport International MacDonald-Cartier, pour honorer un des Pères de la Confédération (John A. Macdonald et George-Étienne Cartier).

Vers la modernité

En 1994 le gouvernement fédéral a mis en place sa politique de système de Réseau national des aéroports. Ainsi, chacun des aéroports du pays allait être géré par une administration aéroportuaire. Le gouvernement délaissait ainsi son rôle d'exploitant et de propriétaire pour devenir propriétaire et locateur. Il loue donc ses locaux aux administrations aéroportuaires et s'occupe de la réglementation. Du côté d'Ottawa, c'est précisément le 1er février 1997 que l'administration a été transférée localement. Lors de la cérémonie de remise des clés, la nouvelle administration s'est engagée à améliorer les infrastructures.

Rapidement elle s'est mis au travail. La première année elle a amélioré les rampes d’accessibilité, aménagé de nouvelles toilettes, des nouvelles boutiques hors taxe et un nouvel aménagement des locaux pour le commerce de détail. Toujours en 1997, l'aéroport d'Ottawa a aménagé un service de prédédouanement américain (US Border Pre-clearance facilities) au coût de 3,4 millions de dollars. Tout cela n'était rien, l'aéroport voyait beaucoup plus grand. Au début des années 2000, elle a entrepris un grand chantier, soit celui de la construction d'un aérogare moderne et plus fonctionnel que l'ancien, saturé depuis plusieurs années. Après un investissement de 310 millions de dollars, le nouvel édifice, voisin de l'ancien, a été inauguré le 12 octobre 2003. Toutefois l'ancien et le nouveau était reliés par une passerelle, pour continuer l'utilisation des portes d'embarquement de l'ancien aérogare.

Dans les plans de l'aéroport cette situation ne devait qu'être temporaire, de sorte que 95 millions de dollars ont été investis dans l'agrandissement du nouveau terminal en 2008. Ainsi, après deux ans de travaux, douze nouvelles portes d'embarquement ont été mise à la disposition des voyageurs. Et après l'inauguration de l'agrandissement, l'ancien aérogare a été démoli. Depuis, divers travaux ont aussi été faits, tel que la réfection des pistes, de nouveaux camions de pompiers, de déneigement ou de nouveaux systèmes d'éclairage des pistes.

En 2013, l'aéroport devient le premier au Canada à disposer de rainures sur ses pistes, afin de réduire les risques d'accident en cas de pluie et se conformer aux normes de l'Organisation de l'aviation civile internationale. Une première piste en est équipée en août 2013, et la seconde piste pourrait être équipée des rainures l'an prochain[2].

Services[modifier | modifier le code]

Restauration[3]

Booster Juice (2), Byward Taps, D'Arcy McGee's, Grab & Go, Harvey's/Swiss Chalet, Rideau Bar & Grill, Sbarros, Second Cup (2), Senate Chambers Bar, Starbucks, Tim Hortons (4)

Magasinage[4]

Artizan, Bentley, Boutique hors taxes AerRianta (2), Brookstone, Bytowne Marché, Discover Ottawa (2), Gear Up, Great Canadian Book Co., Junogems, Red Canoe, Relay (4), Runway Essential, Virgin Records

Services[5]

entreposage de bagage, bureau de change (3), guichet automatique bancaire (5), objets perdus et trouvés, chapelle, salles de conférences

Location de voitures

Les services de location de voitures se trouvent dans le stationnement étagée face à l'aérogare. Il y en a cinq au total. La majorité sont des multinationales, présentes partout dans le monde : Avis, Budget, Enterprise, Hertz, National Car Rental[6].

Stationnement

Sur le site de l'aéroport, on retrouve deux stationnements, un étagé et un de surface. Celui de surface est le stationnement des véhicules de hauteur excessive et pour la longue durée (les voyageurs quittant pour plusieurs jours), et le stationnement étagée, qui est de courte durée[7]. Des stationnements pour handicapés ont été aménagés sur tous les niveaux. Tout près de l'aéroport, sur Hunt Club road, l'entreprise Park'N'Fly offre un service de stationnement économique. Elle amène et ramène ses clients en navette vers, ou de l'aéroport.

Internet WiFi

Pour les voyageurs, l'administration aéroportuaire offre gratuitement à ses usagers un service d'internet sans fil (WiFi) partout dans l'aérogare[8].

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

[3] Drapeau du Canada Canada

Air Canada Calgary, Charlottetown, Edmonton, Fredericton, Halifax, Québec, London (ON), Moncton, Montréal-Trudeau, Regina, Saskatoon, St. John's, Toronto-Pearson, Vancouver, Winnipeg
Bearskin Airlines Kitchener, Sudbury, North Bay
Canadian North Iqaluit
First Air Iqaluit
Porter Airlines Halifax, Moncton, Toronto-Billy Bishop
Westjet Calgary, Toronto-Pearson, Winnipeg, Vancouver

Drapeau des États-Unis États-Unis

Air Canada Boston, Fort Lauderdale, New York-La Guardia, Orlando, Washington-Reagan
Air Transat Orlando
American Airlines Chicago-O'Hare
Canjet Orlando
Delta Air Lines Detroit
Sunwing Orlando
United Airlines Washington-Dulles, Chicago-O'Hare, Newark
US Airways Charlotte, Philadelphie, Washington-Reagan
Westjet Fort Lauderdale, Fort Myers, Las Vegas, Orlando, Tampa

International

Air Canada Cancun, Frankfurt, Londres-Heathrow, Montego Bay, Providenciales (Turks and Caicos), Punta Cana, Santa Clara (Cuba), Varadero
Air Transat Cancun, Londres-Gatwick, Montego Bay, Puerto Plata, Punta Cana, Santa Clara, Varadero
Canjet Cancun, Montego Bay, Puerto Plata, Punta Cana, Santa Clara, Varadero
Sunwing Cancun, Cayo Coco, Holguin, Los Cabos, Montego Bay, Puerto Plata, Puerto Vallarta, Punta Cana, Santa Clara, Varadero
Westjet Cancun, Montego Bay, Punta Cana
Carte des destinations avec des services passagers directs à partir d'Ottawa, y compris des lignes émanant d'Ottawa indiquant les routes directs.
Carte des destinations servies par services passagers directs (y compris les services saisonniers) à partir de YOW (dès avril 2014)

Mouvements et Passagers[modifier | modifier le code]

Mouvements d'avion[9] Passagers[10],[9]
1996 ND 2 857 838
1997 67 867 3 046 368
1998 77 202 3 211 607
1999 81 808 4 473 894
2000 78 301 3 434 345
2001 72 630 3 391 295
2002 68 499 3 216 886
2003 69 798 3 262 345
2004 69 626 3 609 885
2005 66 146 3 735 433
2006 65 396 3 807 756
2007 72 342 4 088 528
2008 79 777 4 339 225
2009 81 120 4 232 830
2010 86 009 4 473 894
2011 90 949 4 624 626
2012 ND 4 685 956

Accès[modifier | modifier le code]

Par la route

L'aéroport est au sud du centre-ville et l'accès se fait principalement par l'avenue Bronson, qui devient le Airport Parkway. Cette route croise d'importantes artères routières de la capitale, dont Heron Road, Walkley Road et Hunt Club Road. Après Hunt Club Road, les voyageurs entrent sur les terrains de l'aéroport. Il aura le choix des différents stationnements et édifices.

Transport en commun

La société de transport urbain d'Ottawa, OC Transpo, offre un service vers le centre-ville en environ 25 minutes, et ce 24 heures sur 24. C'est le circuit 97 qui en assure la desserte[11],[12]. Pour les passagers à mobilité réduite, Para Transpo offre le transport en commun sur demande. Il y a un vague projet de prolonger le service de train léger d'Ottawa, le O Train vers l'aérogare, mais il n'y a pas en ce moment de plans ou d'échéancier[13].

Limousines et taxis

Pour une trentaine de dollars en moyenne le voyageur fera le trajet entre l'aérogare et le centre-ville. Il y a une exclusivité du service aux portes de l'aérogare. Et un service de limousine est aussi disponible pour les voyageurs qui le désirent[12].

Vue aérienne de l'aéroport.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]