Aéroport de Val-d'Or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport de Val-d'Or
Image illustrative de l'article Aéroport de Val-d'Or
Localisation
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Val-d'Or
Coordonnées 48° 03′ 01″ N 77° 47′ 00″ O / 48.050187, -77.783289 ()48° 03′ 01″ Nord 77° 47′ 00″ Ouest / 48.050187, -77.783289 ()  
Altitude 337 m (1 106 ft)

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Aéroport de Val-d'Or

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Aéroport de Val-d'Or
Pistes
Direction Longueur Surface
18/36 3 048 m (10 000 ft) asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA YVO
Code OACI CYVO
Type d'aéroport Civil et fret
Gestionnaire Aéroport Régional de Val-d'Or Inc.

L'aéroport de Val-d'Or est situé à 5 km (2,5 NM) du centre-ville de Val-d'Or.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction et développement (1949-1954)[modifier | modifier le code]

En 1949, la ville de Val-d'Or, alors en plein développement, reçoit une subvention de 25 000 $ du ministère des Transports pour construire un aéroport. Un an plus tard, une nouvelle piste est construite par Transports Canada et les premières envolées commerciales débutent. Le Canadian Pacific Airlines commence à assurer un service entre Montréal et Val-d’Or, avec l'avion Douglas DC-3. La même année, le ministère fédéral des Transports a accordé une subvention de 62 000 $ pour l’expansion de l’aéroport. La piste de l'aéroport a été allongée à 1 830 m (6 000 pi) en 1951.

Vocation militaire et civile (1954-1976)[modifier | modifier le code]

En 1954, la responsabilité de l'aéroport est confiée à la 'Défense Nationale'. Peu de temps après, un important camp des forces aériennes et une base militaire y sont construits. En 1956, la piste 18-36 est portée à 61 m de largeur par 2 500 m de longueur (200 pi par 8 200 pi). L'aéroport est devenu, en 1962, un poste militaire avancé, la zone aéroportuaire civile est relocalisée du côté est de la piste. La même année, les avions d'interception CF-101 Voodoo sont utilisés à Val-d'Or et, pour des besoins militaires, la piste est allongée jusqu'à 3 048 m (10 000 pi). Le ministère des Transports signe un contrat avec Air Canada relativement à la gestion de l’aérogare et de l’aire de trafic civil. En 1967, Transports Canada a érigé une nouvelle aérogare à l'aéroport de Val-d'Or. En 1972, l'aire de trafic est agrandie et un système d'atterrissage aux instruments est installé. Plus tard dans la même année, Air Canada ajoute deux vols quotidiens à son horaire, Nordair assure un nouveau service direct Montréal-Val-d’Or et Québecair débute son service entre Québec et Val-d’Or. En 1976, les forces armées se retirent de l'aéroport.

Développement (1976 à 2000)[modifier | modifier le code]

Suite au retrait des forces armées en 1976, Transports Canada reprend possession de l'aéroport et réaménage l'aérogare afin d'y offrir plus de commodités aux usagers. En 1982, Air Creebec et First Air voient le jour et Nordair instaure un service cargo régulier entre Val-d’Or et Kuujjuaq.

En août 1985, Transports Canada lance un important programme de développement de 10 M$ pour répondre aux besoins croissants du trafic aérien. Ce programme prévoit la construction d'un nouveau complexe aéroportuaire situé du côté ouest de la piste et incluant une aérogare, un autoparc, une aire de stationnement d'aéronefs et une zone de fret. Le nouveau complexe aéroportuaire est inauguré le 5 juin 1987, avec la venue de l'avion supersonique Concorde d'Air France.

En 1994, Transports Canada investit près de 4 M$ pour procéder à un recouvrement de piste. En 1997, Transports Canada signe une déclaration d'intention avec l'organisme à but non lucratif Aéroport Régional de Val-d'Or Inc. en vue de la cession du titre de propriété de l'aéroport. C'est finalement en janvier 1999 que l'organisme est devenu officiellement propriétaire de l'aéroport.

Évolution jusqu'à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Un Boeing 727-200 de Cargojet Airways chargé d'aliments périssables qui décolle pour se rendre à Iqaluit au Nunavut.
Un Boeing 737-200 de Air Inuit qui atterrit à Val-d'Or en provenance de Kattiniq/Donaldson. Il s'agit d'un vol nolisé pour la compagnie minière Canadian Royalties.
Un Boeing 767-200 de First Air, circulant sur la piste 18/36 à l'aéroport de Val-d'Or. Cet aéronef était utilisé pour l'ancien programme Aliments Postes, terminé en mars 2011.

Fret aérien[modifier | modifier le code]

Programme Aliments-Poste[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Val-d'Or a longtemps été accrédité pour expédier des denrées alimentaires périssables en vertu du programme Aliments-poste du gouvernement du Canada. Ces aliments étaient transportés par avion vers des communautés isolées du nord du Québec (Nunavik) ainsi que du Nunavut. Avec des millions de tonnes transigées et expédiées annuellement, l'aéroport de Val-d'Or était l'endroit où se transigeait, jusqu'en 2011, le plus grand volume d'aliments périssables expédiés par avion au nord du Canada. C'est la société aérienne First Air qui affrétait, sur une base régulière, un avion pour l'expédition de ces aliments vers Iqaluit et Kuujjuaq. First Air a longtemps utilisé un Boeing 727-200 pour effectuer cette liaison, avant de le changer pour un aéronef beaucoup plus performant, un Boeing 767-200.

En mars 2010, le gouvernement de Stephen Harper a annoncé dans son budget qu'il y avait une possibilité que les marchandises expédiées partent plutôt d'Ottawa ou de Montréal. Le gouvernement justifie cette possibilité notamment en raison des coûts associés au déplacement de l'avion qui doit partir d'Ottawa pour se rendre à Val-d'Or[1]. En mai 2010, le ministre des Affaires indiennes et du Nord du Canada, Chuck Strahl, a annoncé la création d'un nouveau programme nommé Nutrition Nord Canada, qui a remplacé le programme Aliments-poste en avril 2011. Les gens d'affaires de la région se sont mobilisés pour éviter que l'aéroport de Val-d'Or ne perde cet important contrat[2].

Programme Nutrition Nord Canada[modifier | modifier le code]

En avril 2011, suite à la mise en place par le gouvernement fédéral du nouveau programme Nutrition Nord Canada, Val-d'Or a perdu son titre de point d'entrée pour l'expédition des aliments vers le Nord. Les aliments périssables sont dorénavant transportés à partir de différents points d'entrée, en fonction du choix effectué par les détaillants[3].

Malgré la mise en place de ce nouveau programme, Val-d'Or a réussi à conserver une certaine partie du volume d'aliments périssables expédiés vers le Nunavut pendant deux ans. Entre avril 2011 et avril 2013, Canadian North a nolisé des Boeing 727-200 et Boeing 757-200 de Cargojet Airways pour transporter les aliments périssables vers Iqaluit.

SOPFEU[modifier | modifier le code]

La SOPFEU base également deux avions de type Canadair CL-215 à l'aéroport pendant la saison estivale, pour prévenir et éteindre les feux de forêts dans la région.

Vols internationaux[modifier | modifier le code]

Depuis la fin de l'année 2008, la compagnie aérienne Sunwing Airlines offre un vol international vers une destination soleil, une fois par semaine, de décembre à avril. La compagnie affrète un Boeing 737-800 de nouvelle génération, avec une capacité de 189 passagers, pour effectuer le trajet. Faute de douanes à l'aéroport de Val-d'Or, l'avion doit effectuer une escale à l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec. Depuis son arrivée à Val-d'Or, Sunwing Airlines a offert deux différentes destinations, soit Varadero (Cuba) et Punta Cana (République dominicaine).

Centre de Transit Minier Nordique (CTMN)[modifier | modifier le code]

Dans le but de répondre aux besoins des sociétés minières et de leurs fournisseurs, qui doivent utiliser le transport aérien comme moyen de transport en raison des énormes distances, la Corporation de développement industriel de Val-d'Or a annoncé, en 2008, la construction d'un édifice annexé aux installations aéroportuaires déjà existantes. La construction de ce complexe s'est terminée en septembre 2009. La minière Agnico-Eagle s'est installée dans ce centre pour les besoins de son projet Meadowbank au Nunavut. En mars 2011, les différents partenaires associés au projet ont annoncé l'agrandissement du CTMN afin d'en faire le plus grand complexe aéroportuaire intégré de ce genre au Canada[4]. Les travaux, qui ont été réalisés en 2012, ont également touché l'aérogare qui a été agrandi et modernisé pour répondre à l'augmentation du nombre de passagers.

Spectacles aériens[modifier | modifier le code]

Édition 2010[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des festivités du 75e anniversaire de la ville de Val-d'Or, un spectacle aérien a eu lieu les 28 et 29 août 2010. Cet évènement a été couronné de succès, avec une foule record qui est venue observer les prestations offertes. Au programme, il y a eu différentes prestations : l'acrobate Skip Stewart, Vintage Wings Canada, Carole Pilon (la femme qui marche sur les ailes d'avion en plein vol), les Snowbirds ainsi que deux CF-18 Hornet des Forces armées Canadiennes.

Édition 2012[modifier | modifier le code]

La deuxième édition a été présentée les 18 et 19 août 2012 et tout comme la première édition, cette édition a été un franc succès[5].

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Air Canada Express (opéré par Jazz Air) Montréal-Trudeau
Air Creebec Chisasibi, Great Whale, Montréal-Trudeau, Waskaganish, Chibougamau
Air Inuit (nolisé par Canadian Royalties) Kattiniq/Donaldson
Air Inuit (nolisé par Cliff Natural Resources) Chibougamau, Wabush
Nolinor (nolisé par Agnico-Eagle) Rankin Inlet, Meadowbank
Pascan Aviation Montréal St-Hubert, Rouyn-Noranda, Québec Jean-Lesage
Sunwing Airlines (saisonnier) Punta Cana

À propos de l'aéroport[modifier | modifier le code]

Une des particularités de l'aéroport de Val-d'Or est que sa piste est considérée comme l'une des plus longues au Québec, après Montréal-Mirabel et Montréal-Trudeau.

Par ailleurs, des missiles nucléaires de type Génie ont déjà été entreposés à la base militaire qui occupait l'aéroport durant les années 1970. À la même époque, l'aéroport possédait aussi un abri anti-nucléaire (Diefenbunker) en cas d'urgence pour la sécurité du premier ministre Diefenbaker.

Le Concorde d'Air France qui rendit visite à l'aéroport de Val-d'Or, immatriculé F-BVFF, est actuellement exposé à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, à Paris.

Les mouvements d'aéronef se sont chiffrés à 20,550 pour l'année 2012[6].

Incidents et Accidents[modifier | modifier le code]

  • Le 13 mars 1994, un ATR 42 immatriculé C-GIQV de la compagnie Inter-Canadien (une filiale de Canadian Airlines) à destination de Montréal a souffert d'un problème d'hélice et de dépressurisation en vol à une altitude de 5 200 m (17 000 pi). La pale numéro 2 de l'hélice droite s'est détachée du moyeu pour ensuite venir percuter le fuselage. L'ATR 42-300 ayant décollé de l'aéroport de Val-d'Or réussit à atterrir à Montréal avec un fuselage lacéré et sans qu'il n'y ait de blessés[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. s.a., « Programme Aliments-poste : La région avant Montréal ou Ottawa », Radio-Canada,‎ 9 mars 2010 (consulté le 22 mars 2010)
  2. s.a., « Programme Aliments-poste : Les modifications inquiètent », Radio-Canada,‎ 26 mai 2010 (consulté le 20 juin 2010)
  3. s.a., « Levées de boucliers contre Nutrition Nord Canada », Info Astral Media,‎ 24 février 2011 (consulté le 31 mars 2011)
  4. Marc-André Landry, « Le Centre de transit minier déjà prêt à agrandir », Abitibi Express,‎ 29 mars 2011 (consulté le 29 avril 2011)
  5. s.a., « Le Spectacle aérien à sa 2e année : une réussite », Radio-Canada Abitibi-Témiscamingue,‎ 20 août 2012 (consulté le 21 mai 2013)
  6. Aircraft Movements Statistics http://www.statcan.gc.ca/pub/51-209-x/51-209-x2013001-eng.pdf
  7. (fr) « RAPPORTS AVIATION - 1994 - A94Q0037 », sur Bureau de la sécurité des transports du Canada (consulté le 3 juin 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]