Aéroport Châlons Vatry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aéroport de Châlons Vatry)
Aller à : navigation, rechercher
Châlons - Vatry
Paris Vatry
Logo
Logo
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Marne
Ville Châlons-en-Champagne, Paris
Coordonnées 48° 46′ 24″ N 4° 12′ 22″ E / 48.77333, 4.2061148° 46′ 24″ Nord 4° 12′ 22″ Est / 48.77333, 4.20611  
Altitude 179 m (586 ft)

Géolocalisation sur la carte : Marne

(Voir situation sur carte : Marne)
Châlons - VatryParis Vatry

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Châlons - VatryParis Vatry
Pistes
Direction Longueur Surface
10/28 3 860 m (12 664 ft) béton bitumineux
Informations aéronautiques
Code AITA XCR
Code OACI LFOK
Nom cartographique VATRY
Type d'aéroport Ouvert à la CAP
Gestionnaire Société d’Exploitation Vatry Europort
Cartes SIA VAC - IAC - ARR/DEP

L’aéroport de Châlons - Vatry (code AITA : XCR • code OACI : LFOK), également dénommé commercialement aéroport Paris Vatry, est un aéroport ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)[1], situé sur la commune de Vatry à 22 km au sud-ouest de Châlons-en-Champagne et à 65 km au sud-ouest de Reims dans la Marne (région Champagne-Ardenne, France). Il est desservi notamment par l'autoroute A26 qui le relie à Reims et Châlons-en-Champagne.

Il était à l'origine spécialisé dans le fret aérien et la logistique mais le trafic passagers est devenu prépondérant.

Historique[modifier | modifier le code]

Vue du ciel de l'aéroport de Vatry.

La construction de cette base aérienne de l'OTAN débute en 1953, la base étant prévue pour recevoir 50 chasseurs. Trois grands hangars sont construits. En 1956 la construction est terminée et le Det #2 du 48th Air Base Group de l'USAF, jusque-là stationné à Chaumont Sémoutiers, s'y déploie. Des avions en provenance du 21st, 49th and 388th Fighter-Bomber wings viennent s'ajouter temporairement à ceux du 48th FBW déployée, généralement par relève d'un escadron de chasse à la fois. Par la suite, les 492nd, 493rd and 494th TFSs, en provenance de Chaumont, seront déployés à leur tour sur la base.

En 1959, la base de Châlons-Vatry est mise en sommeil et tous les matériels, munitions et pièces de rechange sont expédiés vers la base soutien de Chaumont et le détachement stationné est désactivé. Le soutien est transféré au 7544th Support Group et au U.S. Army's 150th Medium Tank Company, en 1960.

En 1967 la plate-forme est rétrocédée à l'armée de l'air française et utilisée comme terrain d'entraînement pour le transport aérien.

La plate forme végète durant de longues années, en dépit de l'aménagement d'une petite aérogare par la CCI de Châlons afin de traiter des vols charters ou d'affaires. Au début des années 1990 le conseil général de la Marne accepte l'idée d'aménager la base en un grand centre logistique. Les travaux débutent à l'hiver 1997-1998, et la plate forme est livrée début 2000. Le 1er vol commercial atterrit le 21 janvier 2000. Le plan de développement prévoit d'atteindre 150 000 tonnes de fret et 6 000 passagers par an en 2010[2].

Fin 2006 Vatry a obtenu le code « PAR », le classant ainsi parmi les aéroports de l’aire métropolitaine de Paris. Afin de mieux identifier Vatry à la zone qu’il dessert, la dénomination de l’aéroport est désormais « Aéroport Paris Vatry ». Ce nouveau nom lui permet de mieux se positionner parmi les aéroports concernés par la desserte aérienne de la capitale, tant sur le plan du fret aérien que sur des développements de trafic passagers.

Au premier semestre 2010, la compagnie à bas coûts irlandaises Ryanair décide d'ouvrir 2 lignes ponctuelles (uniquement pendant les mois de juillet, août, septembre et octobre) avec Skavsta et Rygge. La compagnie présente l'aéroport comme le point d'accès le plus facile pour se rendre au parc d'attraction de Disneyland Paris.

Des négociations sont en cours avec une demi-douzaine de compagnies low-cost pour leur venue à cet aéroport mais il n'y aura pas de nouvelles lignes en 2015[3].

Compagnies et destinations[modifier | modifier le code]

Flag of Ireland.svg Ryanair Flag of Morocco.svg : Marrakech

Flag of Portugal.svg : Porto

Flag of Belgium.svg Jetairfly Flag of France.svg : Ajaccio

Flag of France.svg : Nice
Flag of Spain.svg : Malaga

"Top of Travel" Flag of Malta.svg : La Valette

Flag of Portugal.svg : Madère
Flag of Croatia.svg : Dubrovnik ou Split

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L’aéroport de Vatry dispose d’une piste de 3 860 m (l'une des plus longue d'Europe)[4] accessible à tous les appareils, y compris les plus gros porteurs, et d’équipements permettant une exploitation par tous les temps.

Il dispose d’une zone logistique de plus de 400 ha, reliée aux autoroutes A4 et A26 par un échangeur particulier ouvert le 21 octobre 2004, ainsi qu’à la voie ferrée par embranchement direct. Plusieurs sociétés de logistique s’y sont installées, notamment Geodis et TNT. La société DHL (filiale de Deutsche Post) a étudié le transfert éventuel de sa plate-forme européenne qui quitte l'aéroport de Bruxelles pour des questions de nuisances mais c'est Leipzig qui a été choisi. En cas de transfert, une deuxième piste aurait dû être construite.

Le principal atout de cet aéroport est son relatif isolement qui lui permet de recevoir des activités nocturnes et des avions plus bruyants tels que des anciens modèles de l'ex-URSS, qui deviennent plus difficiles dans les aéroports proches des grandes agglomérations. Il dispose également d’importantes réserves foncières. Il est parfois présenté comme une solution de troisième aéroport de Paris pour le fret aérien. Cependant, depuis sa mise en service, le développement du trafic est resté modeste. Le 21 octobre 2004, une nouvelle aérogare de 3 900 m2 pour les passagers a été inaugurée. Vatry a traité un trafic charter modeste de 8 000 passagers à fin août 2004.

L’exploitation de l’aéroport est assurée depuis avril 2000 par la société SEVE (Société d’exploitation Vatry Europort) dans le cadre d’une délégation de service public signée avec le Département de la Marne. Cette société est une filiale des aéroports de Montréal (Aéroports de Montréal Capital - ADMC) et du groupe canadien SNC-Lavalin (23,3 % chacun). Y participent en outre Keolis (23,9 %), Sogaris (10 %), et les chambres de commerce et d'industrie de Châlons, Reims-Épernay et Troyes (6,5 % chacune).

En 2009, la Chambre régionale des Comptes a critiqué la gestion de l'aéroport, construit sans véritable étude de marché, qui aura couté sur les dix premières années 220 millions d'euros au conseil général de la Marne[2].

En 2012, le conseil général de la Marne décide de se désengager de la gestion de l'aéroport : les subventions de 2013 (1,1M€ pour couvrir le pertes d'exploitation et 1,3M€ pour la promotion) ne seront pas renouvelées l'année suivante[5].

Activités[modifier | modifier le code]

Après une progression continue jusqu'en 2008, en majeure partie due à l’accroissement du trafic de denrées périssables (fruits, légumes et poissons) opéré par Avient, atteignant environ 40 000 tonnes de fret, le trafic a brutalement chuté en 2009 à un peu plus de 22 000 tonnes, loin de l'objectif fixé de 120 000 tonnes.

En plus du fret habituellement traité quotidiennement, un développement important sur les importations de fleurs coupées en provenance d’Afrique orientale a été constaté.

Pour répondre à la croissance de ses activités, l’Aéroport Paris-Vatry a lancé l’aménagement d’un second terminal cargo d’une surface de 8 100 m2, ce qui portera la capacité de manutention du fret à plus de 120 000 tonnes par an. L’aérogare est opérationnelle depuis le premier semestre 2007.

Côté logistique, le développement immobilier s’est soldé par deux ventes de terrains, totalisant 12,83 ha.

En 2009 la compagnie Avient, qui assurait 70 % du trafic de l'aéroport, a décidé de se redéployer à Liège. DHL a également décidé de ne plus utiliser la plateforme aéroportuaire[2].

Relations commerciales avec Ryanair[modifier | modifier le code]

Ryanair est la principale compagnie aérienne opérant à partir de l’aéroport de Vatry. Selon la presse, la compagnie aurait perçu une subvention totale de 1,55 million d'euros[6] sous forme d’aide au démarrage et de financement d’actions marketing.

La compagnie irlandaise s’est engagée sur une période de 4 mois à raison de deux rotations hebdomadaires avec Oslo-Rygge et Stockholm-Skavsta. La subvention est directement payée par Paris Vatry Project, une association qui fédère les CCI de Reims-Épernay et de Châlons-en-Champagne, le département de la Marne, la région Champagne-Ardenne et la communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne. Ryanair a décidé de prolonger sa présence jusqu’en 2011[7], c'est-à-dire 5 mois supplémentaires. Les détails de l’accord avec Paris Vatry Project n’ont pas été rendus public. Après avoir fermé une des deux lignes provisoirement par manque de fréquentation[8], la presse a rapporté un nouveau versement de subvention de 400 000 €[9] au bénéfice de Ryanair.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Passagers[modifier | modifier le code]

Nombre de passagers
2001 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
1 250 5 667 8 433 4 506 3 628 4 417 21 255 51 123 87 745 101 727[10]

Source  : Union des aéroports français http://www.aeroport.fr/les-aeroports-de-l-uaf/stats-paris-vatry.php

Fret[modifier | modifier le code]

Tonnage de fret avionné
2000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
1 017 37 632 37 659 37 222 40 455 22 442 7 928 8 372 8 850 5 636

Source  : Union des aéroports français http://www.aeroport.fr/les-aeroports-de-l-uaf/stats-paris-vatry.php

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes et articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]