Aéroport d'Alger - Houari Boumédiène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport
d’Alger - Houari Boumédiène
Aéroport d'Alger
Aéroport d'Alger
Localisation
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Ville Alger
Date d'ouverture 1924
Coordonnées 36° 41′ 40″ N 3° 13′ 01″ E / 36.694444444444, 3.216944444444436° 41′ 40″ Nord 3° 13′ 01″ Est / 36.694444444444, 3.2169444444444  
Altitude 25 m (82 ft)

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Aéroport d’Alger - Houari Boumédiène
Pistes
Direction Longueur Surface
05/23 3 500 m (11 483 ft) Béton bitumineux
09/27 3 500 m (11 483 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA ALG
Code OACI DAAG
Nom cartographique ALGER/Boumédiène[1]
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire EGSA d'Alger

L’aéroport international d'Alger - Houari Boumédiène[2], (code AITA : ALG • code OACI : DAAG), ou, lors de sa création en 1924 aéroport d'Alger-Maison Blanche, est un aéroport algérien, situé sur la commune de Dar El Beïda à 16 km à l'est d'Alger.

Présentation[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

L'entrée de la nouvelle aérogare

L’aéroport d’Alger est un aéroport civil international desservant la capitale algérienne et sa région (wilayas d'Alger, de Tipaza, de Blida, de Ain defla, de Medea, de Boumerdès et de Tizi Ouzou). Il s'agit du plus important de tous les aéroports algériens. Sa capacité actuelle est d'environ 12 millions de passagers par an pour un flux réel de plus ou moins 4,5 millions en 2009[3]. Il est composé d'une aérogare pour les vols internationaux, inaugurée le 5 juillet 2006, d'une aérogare pour les vols intérieurs, et d'une troisième pour les vols charters. L'aéroport d'Alger a été classé meilleur aéroport africain en 2011[4]. L’aéroport est géré depuis novembre 2006 par la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires (SGSIA), filiale de l'EGSA Alger, en partenariat avec Aéroports de Paris (ADP).

Accès[modifier | modifier le code]

Plan de l'aéroport

L'accès a l'Aéroport d'Alger est diversifié:

  • Par route : L'aéroport est accessible par la Rocade Sud d'Alger qui mène de la banlieue ouest (Zéralda) à Dar El Beïda, la 2e Rocade Sud d'Alger reliant la banlieue est d'Alger (Boudouaou) à la banlieue ouest (Staoueli) et la Rocade Nord d'Alger qui mène du centre d'Alger à Dar El Beïda.
  • Par bus : La ligne 100 de l'ETUSA relie l'aéroport au centre-ville d'Alger toutes les 30 minutes.
  • En projet : la ligne 2 du métro d’Alger reliera l’aéroport d’Alger au reste du réseau à l'horizon 2020.

Principaux opérateurs[modifier | modifier le code]

Avion d'Air Algérie.
Avion de Qatar Airways à l'Aéroport d'Alger

La compagnie aérienne nationale Air Algérie est la principale opératrice à l'aéroport international d'Alger, elle l'utilise comme Plate-forme de correspondance aéroportuaire et exploite plusieurs lignes vers l'Europe, l'Afrique, le Canada, la Chine, le Moyen-Orient. Quant à la Tassili Airlines filiale de la compagnie pétrolière Sonatrach, elle desserte à partir de cet aéroport le Maroc, l’Espagne, la France, la Turquie et les Émirats arabes unis. Plusieurs compagnies aériennes étrangères assurent des vols vers Alger comme Tunisair, Royal Air Maroc, Air France, Qatar Airways, Air Italy, Aigle Azur, Lufthansa, Turkish Airlines, British Airways, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne aérogare de l'Aéroport, vue depuis les pistes

L'aéroport d'Alger s'appelait aéroport d'Alger Maison Blanche du nom français de la commune (Maison Blanche) où il était situé. Puis, aéroport d'Alger - Dar El Beïda lors du changement de nom de la commune au recouvrement de l'indépendance du pays en 1962.

L'aéroport est nommé Houari Boumédiène en 1979 en hommage à l'ancien chef de l'État algérien.

Le 26 août 1992, l'ancien terminal international a été visé par un attentat qui a coûté la vie à neuf personnes.

C'est sur le tarmac de l'aéroport d'Alger que débuta le 24 décembre 1994 la prise d'otages du Vol 8969 Air France. Suite à cette prise d'otage, la compagnie Air France décide l'arrêt de tous ses vols vers l'Algérie. Les vols de la compagnie Air France ont repris en 2003. La prise d'otage a entraîné la mise en place de mesure de sécurité spécifiques : embarquement et débarquement des passagers au large de l'aérogare, fouille des passagers et des bagages au pied de la passerelle de l'avion, présence de personnel de sécurité à bord des appareils et surveillance militaire de chaque vol. Certaines de ces mesures ont été revues depuis l'ouverture en 2006 du nouveau terminal international, du fait notamment du stationnement des avions au contact de l'aérogare et de leurs accès via des passerelles télescopiques.

Infrastructures liées[modifier | modifier le code]

Pistes[modifier | modifier le code]

Vue depuis un avion d'Air France sur la piste du nouveau terminal de l'aéroport d'Alger

L’aéroport dispose de deux pistes d'une longueur de 3 500 m chacune ; la première en béton bitumineux, la deuxième en asphalte.

Aérogares[modifier | modifier le code]

Trois terminaux accueillent les passagers de l'aéroport :

  • Le terminal 1, inauguré en 2006, dédié aux vols internationaux.
  • Le terminal 2, ancien terminal international, rénové, dédié aux vols nationaux.
  • Le terminal 3, ancien terminal national, dédié aux vols charters.

Nouvelle aérogare internationale[modifier | modifier le code]

  • Inauguré le 5 juillet 2006, le nouveau terminal (terminal 1) de l'aéroport Houari Boumédiène, d'une capacité de 6 millions de passagers a remplacé l'ancien terminal international. Construit dans les années 1950 l'ancien terminal international a été rénové en 2007, il est désormais réservé aux vols nationaux (terminal 2).
  • Sur le modèle de l'aéroport de Francfort le nouveau terminal, géré par la société Aéroports de Paris (ADP) pour une durée de quatre ans, a été construit selon les normes internationales les plus récentes, ce qui en fait l'un des plus modernes d'Afrique avec notamment 14 passerelles télescopiques (satellites) qui permettent de débarquer directement de l'avion vers le terminal et vise versa. Jusqu'alors, dans l'ancien terminal, les passagers débarquaient sur le tarmac, puis étaient transférés en autocar vers le terminal.

Nouvelle aérogare domestique[modifier | modifier le code]

Inauguré le 3 novembre 2007, le nouveau terminal 2 de l'aéroport, ancien terminal international, assure les liaisons internes. Il a une capacité de trafic de 2,5 millions de passagers par an[3].

Le terminal 2 a fait l'objet d'une rénovation qui a porté sur le réaménagement des espaces, la création de nouvelles boutiques, de bureaux et d’un nouveau grand hall d’embarquement[5].

Autres infrastructures[modifier | modifier le code]

L’aéroport dispose en outre :

  • d'une aire d'atterrissage d'hélicoptères ;
  • d’un pavillon d’honneur, permettant la réception de chefs d’État et autres responsables politiques de tous pays lors de leurs déplacements aéroportés ;
  • d’une zone de fret ;
  • d’une zone et de hangars pour la maintenance des avions ;
  • d’une zone d’activités aéroportuaires telle que des bureaux de la compagnie aérienne nationale Air Algérie

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Compagnie aérienne Destinations Terminal/Hall
Aigle Azur Bâle-Mulhouse, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly, Toulouse 1-1
Air Algérie Abidjan, Alicante, Amman, Bamako, Barcelone, Pékin, Beyrouth, Bordeaux, Bruxelles, Cairo, Casablanca, Dakar, Dubai, Francfort, Genève, Istanbul-Atatürk, Djeddah, Lille, Lisbonne, London-Heathrow, Lyon, Madrid, Marseille, Metz/Nancy, Milan-Malpensa, Montréal-Trudeau, Moscou-Cheremetievo, Niamey, Nice, Nouakchott, Ouagadougou, Palma de Majorque, Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly, Rome, Toulouse, Tripoli, Tunis, Vienna
Seasonal: Berlin-Schönefeld, Istanbul-Sabiha Gökçen, Madina
1–2
Air Algérie Adrar, Annaba, Batna, Bechar, Bejaia, Biskra, Bordj Badji Mokhtar, Constantine, Djanet, El Bayadh, El Golea, El Oued, Ghardaia, Hassi Messaoud, Hassi R'Mel, Illizi, In Amenas, In Salah, Jijel, Laghouat, Mascara, Oran, Ouargla, Sétif, Tamanrasset, Tébessa, Tiaret, Tindouf, Tlemcen, Touggourt 2
Air France Marseille, Paris-Charles-de-Gaulle 1-1
Air Malta Luqa 1-1
Air Méditerranée Paris-Charles-de-Gaulle 1-1
Alitalia Rome 1-1
British Airways London-Gatwick 1-1
EgyptAir Cairo 1-1
Emirates Dubai 1-1
Etihad Airways Abou Dabi (Commence le 17 Juin 2015) 1-1
Germanwings Cologne/Bonn 1-1
Iberia Madrid 1-1
Jetairfly Charleroi 1-1
Libyan Airlines Tripoli 1-1
Lufthansa Francfort 1-1
Qatar Airways Doha 1-1
Royal Air Maroc Casablanca 1-1
Royal Jordanian Amman 1-1
Saudia Djeddah, Madina 1-1
Syrian Air Damascus (Suspendu) 1-1
TAP Portugal
operated by Portugália
Lisbonne 1-1
Tassili Airlines Adrar, Annaba, Bejaia, Constantine, El Oued, Ghardaia, Hassi Messaoud, Hassi R'Mel, Oran, Tamanrasset, Sétif, Tiaret 2
Tunisair Tunis 1-1
Turkish Airlines Istanbul-Atatürk 1-1
Vueling Barcelone 1-1

Statistiques[modifier | modifier le code]

Capacités[modifier | modifier le code]

Sa capacité est de 12 millions de passagers/an, ce qui en fait le quatrième terminal africain de par sa capacité derrière celui de Johannesbourg (18 millions), Casablanca (16.4 millions) et l'aéroport international du Caire (16 millions). En termes de trafic par contre il ne pointe que vers le dixième rang devancé notamment par les destinations touristiques comme Sharm El Sheikh ou Nairobi.

Trafic[modifier | modifier le code]

Évolution du Trafic Passagers
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
1
en augmentation10,38 %
1
en diminution2,33 %
1
en diminution3,13 %
1
en augmentation1,40 %
1
en augmentation21,85 %
2
en augmentation31,71 %
2
en augmentation20,62 %
3
en augmentation15,18 %
3
en augmentation1,62 %
2
en diminution3,82 %
3
en augmentation14,98 %

En 2009 l'aéroport Houari Boumédiène a enregistré un flux de 4 548 055 de passagers [6], contre 4 159 358 en 2008[7].

En 2013 l'aéroport Houari Boumédiène a enregistré un flux de 5 934 000 de passagers [8], contre 5 420 000 en 2012[9].

Projets[modifier | modifier le code]

Les études de réalisation d’une nouvelle aérogare internationale à Alger, d’une capacité de 10 millions de passagers par an, ont été lancées au mois de janvier 2012[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]