Aérographe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir aérographe (homonymie).

L'aérographe est une méthode de peinture qui est basée sur le même principe que celui du pistolet à peinture utilisé par les carrossiers.

Un Aérographe Paasche F#1
principe : l'air pulsé entraine un aérosol de type liquide-air à l'éjection du tube. le recul de l'aiguille permet la formation de gouttelettes plus grosse
Matériel de retouche photo (utilisé dans les années 1940 à 1950 en Allemagne

Historique[modifier | modifier le code]

L'aérographe (airbrush en anglais) est un pistolet à peinture miniature dont la taille est celle d'un stylo (plus ou moins gros suivant les utilisations). Le principal intérêt est de pouvoir peindre ou colorer n'importe quel support à l'aide d'une infinité de médiums (peintures, pigments, encres) sans contact avec le support. Cette caractéristique est à l'origine de son invention dans les années 1880 à 1900. Charles L. Burdick un aquarelliste américain qui cherchait à appliquer des couches de peinture à l'eau les unes sur les autres sans modifier les précédentes déposa un brevet en 1893 mais un brevet américain de 1888 décrivait le même appareil.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'aérographe fonctionne grâce à deux éléments :

  • L'air comprimé : La source peut être un compresseur spécial à air filtré et régulé ou, pour l'usage occasionnel, une simple bombe d'air comprimé.
  • Le médium : Le médium est le terme utilisé pour désigner le produit pulvérisé (peinture, huile, acrylique, encre, aquarelle, pigment, etc.).

Grâce à une action effectuée par l'utilisateur, l'air comprimé vaporise le médium de manière très fine sous la forme d'un cône qui permet suivant l'éloignement de faire de minuscules détails (inférieurs à la taille d'un cheveu), ou de couvrir une surface plus importante pour peindre des fonds ou des dégradés par exemple.

La distance entre l'aérographe et le support conditionne la quantité de médium déposé permettant de couvrir plus ou moins et donc d'appliquer des nuances importantes à la peinture réalisée.

Types d'aérographes[modifier | modifier le code]

On distingue deux types d'aérographes : les aérographes simple action et les aérographes double action.

  • les aérographes à simple action, avec lesquels il est possible de moduler uniquement le débit d'air injecté ;
  • les aérographes à double action, avec lesquels on peut non seulement moduler le débit d'air, mais également le débit de peinture.

On préfèrera un simple action pour débuter ou peindre de grandes surfaces unies, par contre pour réaliser des détails, des dégradés ou des effets particuliers, l'utilisation d'un aérographe double action s'impose. Dans ce cas, en général la pression du doigt sur la gâchette augmente la pression de l'air, alors que l'avancée ou le recul augmentent et diminuent le débit d'encre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Technique de l'aérographe ou comment peindre avec l'air, Dominique Mulhem et Bernard Peigneux, Editions Bornemann, Paris 1981
  • Le Livre de l'aérographe, Seng-gye Tombs Curtis, Christopher Hunt, AMP éditeur, 1982.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque de l'aérographie : Les reflets, Judy Martin, Dessain et Tolra, 1988
  • Technique de l'aérographe ou comment peindre avec l'air, Dominique Mulhem et Bernard Peigneux, Editions Bornemann, Paris 1981
  • Aerographic 1 - technique de l'aérographe, Dominique Mulhem
  • Aerographic 2 - technique de l'aérographe pour la beauté et la mode, Dominique Mulhem et Doria Camacho