Aérogire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un aérogire est un aérodyne à voilure tournante, c'est-à-dire un aéronef plus lourd que l'air qui vole grâce à la portance générée par des ailes tournant autour d'un axe : les pales du rotor.

Cette notion regroupe les hélicoptères et les autogires, mais aussi des concepts comme le gyrodyne ou le cycloptère.

Types d'aérogire[modifier | modifier le code]

Hélicoptère[modifier | modifier le code]

Voilure tournante animée par le rotor principal.
Article détaillé : Hélicoptère.

Le plus répandu est l'hélicoptère dont la voilure tournante assure à la fois la portance et la translation.

Gyrodyne[modifier | modifier le code]

Prototype de gyrodyne Fairey[1].
Article détaillé : Gyrodyne.

Le gyrodyne dispose d'une voilure tournante assurant la seule portance, la translation étant assurée par des moteurs dédiés.

Autogire[modifier | modifier le code]

Un autogire
Article détaillé : Autogire.

L'autogire, qui a connu un développement significatif dans les années 1930, dispose d'une voilure tournante passive, entrainée par le mouvement de translation généré par une hélice.

Cycloptère[modifier | modifier le code]

Un concept de cycloptère.

Le cycloptère se distingue par une voilure disposée non pas radialement mais parallèlement à l'axe de rotation, cette fois horizontal. Le principe est inspiré des roues à aubes des bateaux à vapeur. Quelques prototypes ont été réalisés dans les années 1930 mais n'ont pas donné de résultats satisfaisants.

Le cycloptère ne doit pas être confondu avec l'avion rotor d'Anton Flettner qui utilise l'effet Magnus et n'utilise donc pas de voilure tournante à proprement parler.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Photo: J Thinesen, SFF photo archive

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :