Aérodrome Niort - Marais Poitevin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Niort - Marais Poitevin
Niort - Souché
Aérodrome Niort - Marais Poitevin
Aérodrome Niort - Marais Poitevin
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Deux-Sèvres
Ville Niort
Date d'ouverture 1910
Coordonnées 46° 18′ 48″ N 0° 23′ 40″ O / 46.31333, -0.394446° 18′ 48″ Nord 0° 23′ 40″ Ouest / 46.31333, -0.3944  
Superficie 145 ha
Altitude 61 m (201 ft)

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

(Voir situation sur carte : Deux-Sèvres)
Niort - Marais PoitevinNiort - Souché

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Niort - Marais PoitevinNiort - Souché
Pistes
Direction Longueur Surface
07/25 1 783 m (5 850 ft) Revêtue
07/25 680 m (2 231 ft) Non revêtue
07/25 435 m (1 427 ft) Non revêtue
Informations aéronautiques
Code AITA NIT
Code OACI LFBN
Nom cartographique NIORT
Type d'aéroport Civil, ouvert à la CAP
Gestionnaire Mairie de Niort
Site web aéroport Consulter
Cartes SIA VAC

L’Aérodrome Niort - Marais Poitevin ou Aérodrome Niort - Souché avant 2012[1] (code AITA : NIT • code OACI : LFBN) est un aérodrome civil, ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)[2], situé à 4 km à l’est-sud-est de Niort dans les Deux-Sèvres (région Poitou-Charentes, France).

Il est utilisé pour l’aviation d'affaires, le fret et le transport sanitaire et pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère, parachutisme et aéromodélisme).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1910, l'aérodrome de Niort-Souché a été créé par des personnes passionnées des "choses de l’air", comme on les appelait à l'époque. Elles décidèrent d’organiser un rassemblement aéronautique dans notre chef-lieu de département. La ville de Niort n’était pas dotée de champs d’aviation. Le terrain militaire appartenant au 3e régiment des Hussards prêté par l’armée permit d'accueillir la première semaine de l'air du 27 mars 1910 au 3 avril 1910. Une dizaine d’appareils ont volé au-dessus de Niort, l'un d'entre eux effectua le tour de la Brèche.

Après la Première Guerre mondiale, un groupement de pilotes et de mécaniciens décida de se réunir et de créer une association pour réparer et faire voler des aéronefs. Le 28 mars 1927 naquit l’Aéroclub des Deux Sèvres (toujours présent sur les lieux de nos jours) pour gérer la plate-forme. Cette jeune association faisait voler des appareils rétrocédés par l’armée, ce fut le temps de l’aviation populaire au cours de laquelle de nombreuses manifestations furent organisées, notamment le grand meeting de 1931 qui vit la disparition tragique du lieutenant Villechanoux, pilote d’essai de la célèbre société de construction aéronautique SPAD. Puis avec la Seconde Guerre mondiale, les activités aériennes niortaises (à l’exception des modèles réduits qui eux volaient avec l’autorisation de l’armée allemande) ont cessé. L’armée allemande se servit de l’aérodrome comme camp de positionnement de ses forces terrestres mais accueillit aussi quelques appareils de liaison et de chasse.

À la Libération, les Américains envisagent d’y implanter une base de planeurs lourds et construisent ainsi une dizaine de hangars. À cette époque l’aérodrome s’appelle alors champ d’aviation puisqu'il n’y a pas de pistes d’atterrissage mais seulement un champ nettoyé de tout obstacle sur lequel les avions se posent comme ils l’entendent.

Ce n’est qu’en 1957 que 2 bandes en herbes furent désignées comme pistes d’atterrissage.

Il faudra attendre 1968, année où l’Aéroclub des Deux-Sèvres, jusqu’alors gestionnaire de la plate-forme, cède la gestion de celle-ci à la Chambre de commerce et d’industrie pour envisager de construire une piste goudronnée permettant l’accueil d’appareils plus lourds nécessaires au développement et au bon fonctionnement des entreprises locales.

En 1974 sont construits la piste de 1 100 mètres de long (supprimant de fait les 2 précédentes) ainsi que la tour de contrôle et les moyens généraux qui sont encore présent actuellement.

En 1981 la piste est agrandie (1 760 mètres) pour pouvoir accueillir de plus gros porteurs, un balisage nocturne est également aménagé. Un moyen de radionavigation est installé à proximité de La Crèche afin de faciliter l’approche des appareils. C’est à partir de ses infrastructures que l’aérodrome a pu développer des vols commerciaux au service des entreprises locales et accueillir ainsi un certain nombre d’activités: évacuations sanitaires, entraînements, transport de passagers…

En 1981 naît l’Aéroclub de Niort et en 1983 (année de création de l’ASPAN par M Certain) l’ACDS organise un grand meeting avec la participation d’appareils américains venus d’Allemagne et de la célèbre Patrouille de France.

En 1983: la patrouille de France vole au-dessus de l'aérodrome où un accident survient durant une manœuvre, cet accident faisant un mort le Lieutenant Vuillamy [3] En 1985, les centres départementaux de météorologie sont créés. Celui des Deux-Sèvres s'installe à l’aérodrome de Niort et permet ainsi aux appareils de disposer de données aéronautiques.

En 1986 la Fédération française aéronautique organise sur la plate-forme une étape du Tour de France aérien des jeunes pilotes. Pendant de nombreuses années, le championnat régional de vol à voile se déroula sur la plate-forme et regroupa ainsi de nombreux planeurs.

En 1999 à l’initiative de l’ACDS et en partenariat avec l’ACN, l’armée de l’air, la marine nationale et de nombreuses associations aéronautiques, un meeting d’ampleur nationale accueillit près de 50000 spectateurs venus de toute la France.

En 2003, l’aérodrome reçoit l’un de ses plus importants passagers, le Dalaï Lama, alors présent pour la Foirexpo consacrée au Tibet.

En 2007, après 31 années de fonctionnement, l’aérodrome est rétrocédé par l'État à la Ville de Niort dans le cadre de la décentralisation des aérodromes lui appartenant.

Source: Site de la Mairie de Niort traitant du sujet [4]

Installations[modifier | modifier le code]

Piste(s)[modifier | modifier le code]

L’aérodrome dispose de trois pistes orientées est-ouest (07/25) :

  • une piste bitumée longue de 1 783 mètres et large de 30. Elle est dotée d’un balisage diurne et nocturne (feux basse intensité) ;
  • une piste en herbe longue de 680 mètres et large de 80 ;
  • une piste en herbe longue de 435 mètres et large de 30, réservée aux ULM.

Prestations[modifier | modifier le code]

L’aérodrome n’est pas contrôlé mais dispose d’un service d’information de vol (AFIS)[5]. Les communications s’effectuent sur la fréquence de 119,100 MHz. Il est agréé pour le vol à vue (VFR) de nuit. Et depuis de 18 septembre 2014 il est agrée pour le vol aux instrument (IFR)[6].

S’y ajoutent :

Activités[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Aéro-club des Deux-Sèvres
  • Aéro-club de Niort
  • Association de sauvegarde du patrimoine aéronautique niortais (ASPAN)
  • Ailes anciennes niortaise (AAN)
  • Association niortaise des sports aériens
  • Club ULM Niort
  • École Niort parachutisme
  • Aéro model club niortais

Statistiques[modifier | modifier le code]

Évolution du trafic sur l’aérodrome de Niort - Souché[8]
Mouvements 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Mouvements commerciaux 180 149 121 115 80 84 0 0 25 43 0
Mouvements non commerciaux 15 424 14 062 16 344 13 921 13 699 16 565 9 805 0 10 009 24 778 33 616
- Locaux 13 440 12 085 14 278 11 482 11 644 14 462 9 435 0 10 009 24 778 33 616
- Voyages 1 984 1 977 2 066 2 439 2 055 2 103 370 0 0 0 0
Total 15 604 14 211 16 465 14 036 13 779 16 649 9 805 0 10 034 24 821 33 616

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]