Aérodrome de Coulommiers - Voisins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coulommiers - Voisins
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Seine-et-Marne
Ville Coulommiers-Mouroux
Date d'ouverture 1937
Coordonnées 48° 50′ 15″ N 3° 00′ 52″ E / 48.8375, 3.01444448° 50′ 15″ Nord 3° 00′ 52″ Est / 48.8375, 3.014444  
Superficie 303 ha
Altitude 143 m (470 ft)

Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/Seine-et-Marne]]

[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/Seine-et-Marne|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/Seine-et-Marne]])]]
Coulommiers - Voisins

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Coulommiers - Voisins

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Coulommiers - Voisins
Pistes
Direction Longueur Surface
09C/27C 1 400 m (4 593 ft) Revêtue
09R/27L 660 m (2 165 ft) Non revêtue
Informations aéronautiques
Code OACI LFPK
Nom cartographique COULOMMIERS-VOISINS
Type d'aéroport Ouvert à la CAP
Gestionnaire Aéroports de Paris
Site web gestionnaire Consulter
Cartes SIA VAC

L’Aérodrome de Coulommiers - Voisins (code OACI : LFPK) est un aérodrome situé à proximité des communes françaises de Coulommiers (à 5 km au nord-ouest[1]) et Mouroux, en Seine-et-Marne, et se situe également à 55 km à l'est de Paris. Il fut mise en service au début des années 1930[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’aérodrome de Coulommiers est fondé en 1938 pour que l'Armée de l'Air française s'y établisse. Elle possède également un lien avec la Première Guerre mondiale[3],[4].

Durant la Seconde Guerre mondiale, le lundi 20 mai 1940 en fin d’après-midi, une unité de 25 avions du groupe de chasse GC III/6 arrivant de Chissey-sur-Loue dans le Jura, atterrissent sur l’aérodrome de Coulommiers - Voisins. Cette unité est suivie de près par deux Bloch 220 d’Air France conduisant les trente mécaniciens du groupe vers leur nouvelle base aérienne de Seine-et-Marne[5]. De retour d’une mission sur l’Aisne le 9 juin, les appareils du GC III/7 se posent sur la piste de Coulommiers vers 15 h[5]. L'aérodrome fut autrefois occupée par les Allemands qui construisirent deux pistes sécantes de respectivement 1 825 et 2 000 mètres de longueur et 80 mètres de largeur[6]. Le terrain est par la suite donné aux autorités françaises en novembre 1945, et des décisions sont prises dès janvier 1946 pour les besoins de l'aviation légère et du transport aérien[6].

En 2012, Éric Magistrello, un promoteur français, projette de racheter l'aéroport. Il explique vouloir que « ses clients puissent se poser à Coulommiers avec leur jet privé[7]. » Il désire donc transformer l'aérodrome de Coulommiers-Voisins, destiné à l'aviation légère de loisirs, en un « aérodrome d'affaires ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coulommiers - Voisins Aerodrome, Fer Publishing,‎ 13 novembre 2011, 180 p.
  2. (fr) « Les aérodromes d'aviation générale » [html], sur Entrevoisins (consulté le 26 juillet 2013).
  3. (en) « The Airfield at Coulommiers-Voisins », sur skylighters.org (consulté le 26 juillet 2013).
  4. (fr) « Aérodrome de Coulommiers - Voisins (LFPK) », sur Union des aéroports français (consulté le 26 juillet 2013).
  5. a et b (fr) Coulommiers-Voisins – LFPK – (Département de Seine et Marne), « Le GC III/6 et le GC III/7 à Coulommiers », sur anciens-aerodromes (consulté le 26 juillet 2013).
  6. a et b (fr) « Aérodrome de COULOMMIERS - VOISINS (Seine-et-Marne) », sur atlas.aviation-civile.gouv.fr (consulté le 26 juillet 2013).
  7. (fr) « Le rêve de milliardaire du promoteur ambitieux », sur Le parisien,‎ 18 avril 2012 (consulté le 26 juillet 2013).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]