9K38 Buk-M1-2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
9M317
Image illustrative de l'article 9K38 Buk-M1-2
Présentation
Fonction missile anti-aérien avec capacités antichar et antinavire
Constructeur Almaz-Antey
Déploiement 1998
Caractéristiques
Moteur moteur-fusée
Masse au lancement 715 kg
Longueur 5 550 mm
Diamètre 400 mm
Envergure 860 mm
Vitesse mach 4
Portée
  • 42 km contre objectifs aérodynamiques
  • 20 km contre objectifs balistiques
  • 25 km contre objectifs marins (destroyer,frégate)
  • 15 km contre objectifs terrestres (avion, blindé, PC)
Altitude de croisière
  • 15 m - 25 km contre objectifs aérodynamiques
  • 2 - 16 km contre objectifs balistiques
Guidage radar
Précision 90-95 %
Plateforme de lancement véhicule terrestre 9K38

Le 9K37M1-2 "Buk-M1-2" (Russe Бук – hêtre, Code OTAN SA-17 Grizzly) est un système antiaérien polyvalent mobile russe de moyenne portée entré en service en 1998 à relativement peu d’exemplaires dans l’armée et qui est produit sous licence par la Chine. Il s'agit d'une version évoluée du 9K37 Buk-M1 (code OTAN : SA-11) entrée en service en 1980[1]. Il est destiné à la défense de forces terrestres et de points vitaux (ponts, centre de communication, centrale électrique, etc) dans un environnement d'intenses interférences électromagnétiques et nucléaire.

Constitution[modifier | modifier le code]

Le système se compose de quatre éléments:

  • Un radar d'acquisition, capable d'engager 6 objectifs simultanément
  • Un poste de commandement
  • Une plate-forme de tir, comportant 4 rampes de lancement
  • Un système de tir/chargement

Tous les éléments sont montés chacun sur un tracteur-érecteur-lanceur chenillé, leur conférant une grande mobilité. Les véhicules échangent des données sur la situation aérienne couverte en permanence, ce qui permet de constituer un système de défense unifié couvrant une vaste zone. De ce fait, si un radar d'un Buk tombe en panne, il peut utiliser le radar de son voisin en réseau.

Deux types de missiles sont utilisés, le 9М38M1 et le 9М317. Le missile s'approche de sa cible à 20m pour projeter des tiges en acier par détonation.

Versions[modifier | modifier le code]

Une variante modernisée a été produite sous la dénomination BUK-M2E qui voit sa portée augmentée. Il est ainsi capable de détruire une cible aérodynamique à 45 km et un missile balistique à 20 km. Le missile utilisé reste le 9M317. Il rentre en service en 2010.

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Utilisateurs de 9K37 Buk (SA-11), 9K37M Buk-1M (SA-11), 9K37M1 Buk-SAR (SA-11), 9K38 Buk-M2 (SA-17)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Henrotin, Philippe Langloit, « Le Buk dans la généalogie des SAM soviéto-russe », sur DSI,‎ 18 juillet 2014 (consulté le 18 juillet 2014).

Sur les autres projets Wikimedia :