93e division d'infanterie (États-Unis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
93e division d'infanterie américaine
insigne d'épaule de la 93e division d'infanterie américaine
insigne d'épaule de la 93e division d'infanterie américaine

Période 1917; 19421919; 1946
Pays États-Unis
Branche United States Army
Type Division d'infanterie
Garnison Fort Huachuca
Ancienne dénomination Buffalo soldiers
Surnom Les casques bleus
The blue helmets
Couleurs noir et bleu
Guerres Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandant historique Charles P. Hall

La 93e division d'infanterie américaine de l'US Army, surnommée Les casques bleus, à cause de son insigne, un Casque Adrian, pour avoir servi avec les unités françaises lors de la Première Guerre mondiale.
La division fut réactivée le 15 mai 1942 et servit principalement sur le théâtre Pacifique pour être dissoute en 1945.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La 93e division d'infanterie américaine fut activée pour la première fois en 1917 lors de la Première Guerre mondiale. Elle était une division d'arrière et composée uniquement de noirs (Colored) et formée des :

  • 185e brigade d'infanterie qui comprenait le 369e régiment d'infanterie, les guerriers d'enfer de Harlem (The Harlem Hellfighters ) qui étaient avant le 15e régiment de Garde nationale de New York; le 370e régiment d'infanterie, les Diables noirs (The black devils) qui étaient le 8e régiment d'infanterie de la Garde nationale d'Illinois et qui fut décoré de la fourragère.
  • 186e brigade d'infanterie qui comprenait le 371e régiment d'infanterie et le 372e régiment d'infanterie.

Contexte[modifier | modifier le code]

La division fut activée en décembre 1917 pour être envoyée combattre en France mais ne le fit jamais comme division entière, malgré les remarques de son commandant Roy Hoffman elle fut répartie dans des brigades françaises. Elle était armée de l'équipement français mais conservait son uniforme américain. Son nom dérivait donc du port du casque Adrian.
L'A.E.F refusait de voir des Noirs combattre au côté des Blancs et ce alors que John Black Jack Pershing avait été officier au 10e de cavalerie qui était une partie des Buffalo soldiers, il soutenait la valeurs des unités noires mais ne put jamais imposer politiquement son point de vue.
Son incorporation en tant qu'unité combattante n'allait pas de soi pour la doctrine américaine, elle était prévue pour des travaux d'arrière et il fallut la mobilisation de personnalités comme William Du Bois et Asa Philip Randolph pour la mener en première ligne. Les accords franco-américains prévoyaient le transport à travers l'océan, l'équipement avec le 75, plus performant, la mitrailleuse Chauchat, le casque, les avions, le tout produit par la France, ce qui permettait une rationalisation de l'approvisionnement. En échange le commandement français demanda à ce que les unités s'intègrent aux unités existantes, les pertes enregistrées seraient ainsi compensées, de plus le commandement français n'avait aucune réticence à faire combattre les troupes noires.

Organisation[modifier | modifier le code]

Regiment Du 1e au 21 juillet 1918 Du 1e août au 23 octobre 1918 Du 24 octobre au 11 novembre 1918
369e régiment d'infanterie : IVe Armée 161e division d'infanterie (France) IVe Armée
370e régiment d'infanterie : IIe Armée 26e division d'infanterie (France) Xe Armée
371e régiment d'infanterie : XIII Armée 157e division d'infanterie 2e armée française
372e régiment d'infanterie : XIII Armée 157e division d'infanterie (France) IIe Armée

Au combat[modifier | modifier le code]

Les soldats furent bien accueillies par la troupe et firent preuve de nombreuses fois d'un grand courage. Une fourragère, de nombreuses citations et médailles et notamment le caporal Freddie Stowers qui fut le seul Noir décoré de la Médaille d'honneur du congrès de la Première Guerre mondiale. La division eut 3 534 pertes dont 467 morts.


La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Réactivée le 15 mai 1945 et embarquée le 24 janvier 1944 pour être envoyée à la campagne de Nouvelle-Guinée en bataille de Bougainville, débarquant pour la campagne des îles de l'Amirauté. Elle combattit alors sous les ordres de Charles Hall de mai à octobre 1942 puis de Fred Miller d'octobre à mai 1943 qui fut relevé par Raymond Lehman (mai 43 août 1944 lui-même par Harry Johnson (août 44 à septembre 1945 pour finir par être commandée par Léonard Boyd de septembre 1945 jusqu'à sa dissolution le 3 février 1946. Elle acheva la guerre en pacifiant l'île de Morotaï et l'archipel de Halmahera. Ceux-ci furent décorés de DSC: 1; DSM: 1; SS: 5; LM: 5; SM: 16; BSM: 686; AM: 27.

Organisation[modifier | modifier le code]

  • 25e régiment d'infanterie,
  • 368e régiment d'infanterie,
  • 369e régiment d'infanterie,
  • 593e bataillon d'artillerie de campagne,
  • 596e bataillon d'artillerie de campagne,
  • 318e bataillon du génie de combat,
  • 318e bataillon médical,
  • 93e troupe de reconnaissance,
  • 93e compagnie de signalisation,
  • 793e compagnie d'ordonnance,
  • 93e section de police militaire.

Opérations[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • Aux Morts des Armées de Champagne, monument français en reconnaissance de sa participation aux batailles de Champagne;
  • Monument de Blanc Monts, monument américain commémorant le sacrifice des armées américaines.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Benjamin Doizelet, « L'intégration des soldats noirs américains de la 93e division d'infanterie dans l'armée française en 1918 », Revue historique des armées, no 265,‎ 2011, p. 3-13 (lire en ligne).