819 lignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le 819 lignes désignait une norme de télédiffusion française en haute définition exploitée entre 1949 et 1983. En dehors d'expérimentations, cette norme ne fut exploitée que dans le cadre de la télédiffusion en noir et blanc.

Définie en accord avec l'Union européenne de radio-télévision (alors OIRT), et symbolisée par la lettre "E", cette norme propose une image composée de 737 lignes actives (les 82 lignes restantes servant au retour de trame), contre 575 lignes actives dans les normes et standards CCIR, Sécam L/K et PAL B/G/I à 625 lignes. La cadence d'images était de 25 images entrelacées par seconde.

Historique[modifier | modifier le code]

Le décret concernant l'adoption de cette définition a été signé le 20 novembre 1948 par François Mitterrand, alors Secrétaire d’État à l'Information pour le futur réseau national de télévision, à la place de la moyenne définition de 441 lignes VHF alors en usage sur la seule Tour Eiffel.

La première chaîne (devenue TF1) exploitera le 819 lignes en norme E VHF bandes I (canaux 2 et 4) et III (canaux 5 à 12) jusqu'au 19 juillet 1983, date de l'arrêt du dernier émetteur, Paris Tour Eiffel, pour préparer le lancement de Canal+ l'année suivante sur un nouveau réseau VHF ("quatrième réseau") en 625 lignes VHF (norme L', canaux L02-L03-L04 en bande I et canaux L05 à L10 en bande III).

Le 21 décembre 1961 (expérimentations à Paris), la deuxième chaîne encore en noir et blanc, adopte le 625 lignes dans les bandes UHF IV (canaux 21-37) et V (canaux 38-65). Les téléviseurs industrialisés à cette époque doivent à la fois pouvoir afficher les 819 lignes en VHF (Norme E) et les 625 lignes en UHF (Norme L, occupant moins de bande passante, ce qui sera utile pour la future TV couleurs) dont les premières expérimentations se déroulent le 16 mai 1963) depuis la tour des Buttes Chaumont.

Par la suite, un deuxième réseau 625 lignes UHF sera mis en service à partir du 31 décembre 1972 pour la diffusion de la troisième chaîne ORTF, et enfin un troisième réseau le 25 décembre 1975 pour la diffusion en couleurs de TF1 en parallèle ("duplication") avec le réseau 819 lignes VHF.

Le 4e réseau (appellation TDF), sera totalement arrêté le 6 décembre 2010 (convention CSA renouvelée, après cette date, uniquement en norme numérique DVB-T).

Ironie du sort, c'est ce même François Mitterrand, en qualité de Président de la République, qui décréta dès 1981 l'arrêt total et définitif de la diffusion en 819 lignes, au profit d'André Rousselet, son directeur de cabinet, et PDG de Canal+ 3 ans plus tard.

Performance[modifier | modifier le code]

Avec ses 737 lignes actives, la norme 819 lignes possédait une meilleure résolution d'image que son successeur, le 625 lignes ; sa définition verticale est d'ailleurs plus élevée que la récente norme numérique 720p (bien que définissant un signal entrelacé contrairement à cette dernière). À noter que le rapport d'image n'étant pas de 4/3, mais de 4,12/3, soit 1,37, on aurait donc (en supposant une image composée de pixels carrés) l'équivalent d'une image de définition 1012×737 (737×1,37 = 1012).

En réalité, ce calcul est trompeur, dans la mesure où la résolution horizontale d'une image analogique dépend avant tout de sa bande passante: selon le théorème de Shannon-Nyquist, la fréquence d'échantillonnage d'un signal doit être au minimum le double de la bande passante du signal (que vient faire Shannon en analogique) ; en d'autres termes, on obtient la résolution horizontale de l'image en multipliant la durée de la partie active de la ligne par le double de la bande passante. En prenant les valeurs maximales permises par le décret[1], on a 40,84 µs[2] × 10,4 MHz[3] × 2 = 849 points par ligne. D'autres sites[4] suggèrent des valeurs réelles plus pessimistes de 39,44 µs et 10 MHz qui aboutissent à 788 points par ligne.

Dans le cas le plus favorable, la comparaison avec une image au format 4,12/3 extraite d'une image 720p 16/9 indique que le 819 lignes offrirait alors (737×849)/(720×720×4,12/3) → 87,8 % de la définition du 720p. Par contre la valeur la plus pessimiste représente tout de même un accroissement de définition de 62 % par rapport à un signal 625 lignes (51,94 µs, 6 MHz).

Annexes[modifier | modifier le code]

Jusqu'au 22 mars 1981[5], les téléviseurs couleurs et noir et blanc, avaient l'obligation de recevoir la norme E ainsi que les normes L et L'. Ainsi, sur le clavier de sélection de programme du récepteur, une ou deux touches étaient affectées ou affectables à la norme E et au balayage 819 lignes. À la fin des années 1970 certains réémetteurs diffusaient TF1 en 819 lignes sur des canaux UHF de 8MHz. Lors de l'extension de la diffusion de TF1 en 625 lignes, ces réémetteurs ont basculé du signal 819 lignes (provenant généralement d'un émetteur "pilote" principal en VHF) au nouveau signal 625 lignes jusqu'à l'arrêt de l'analogique et à la conversion totale du site à la norme DVB-T.

Dans les années 1950, Henri de France avait expérimenté et présenté à l'ORTF un projet de diffusion SECAM en 819 lignes afin de « coloriser » la 1ère chaîne. Ce projet n'a pas eu suite car il occupait trop de bande passante mais surtout il rendait quasi impossible, avec les moyens de l'époque, l'échange d'images en couleurs avec les pays voisins utilisant une norme à 625 lignes.

La France avait créé pour le 819 lignes un réseau de télédiffusion reposant sur des canaux de 14 MHz. On peut remarquer que cela lui aurait théoriquement permis de diffuser le HD Mac (standard européen de haute définition analogique 1986-1993) par voie terrestre, car cette norme nécessitait une bande passante de 12 MHz. Elle produisait une image au format 1440x1152i/25, mais n'a cependant été spécifiée que pour le satellite et les réseaux câblés car la diffusion sur réseau terrestre aurait nécessité des modifications pour lui permettre une résistance suffisante aux échos. Un projet de standard (D2-M2) adapté à la diffusion terrestre a été proposé par le CCETT mais rapidement abandonné en raison du développement beaucoup plus rapide qu'initialement envisagé de la télévision numérique (projet DVB, 1993).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Documents sur les spécifications officielles du réseau 819 lignes", en section "liens externes"
  2. "L'intervalle de temps inutilisé pour la transmission des signaux de vision entre deux lignes successives n'est pas inférieur à 8 microsecondes": 25 i/s à 819 lignes donnent 48,84 µs par ligne, 48,84 - 8 = 40,84 µs
  3. "de 0,85 à 11,25 Mc, bande latérale inférieure sans atténuation de l'émetteur vision": 11,25 - 0,85 = 10,4 MHz
  4. http://www.pembers.freeserve.co.uk/World-TV-Standards/Line-Standards.html
  5. Arrêté du 20 mars 1981 relatif aux conditions de commercialisation des appareils récepteurs de télévision (Journal Officiel du 22/03/1981 p. 841)

Liens externes[modifier | modifier le code]