Sept morts sur ordonnance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 7 morts sur ordonnance)
Aller à : navigation, rechercher

Sept morts sur ordonnance est un film franco-hispano-allemand réalisé par Jacques Rouffio, sorti en 1975.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une ville de province (Clermont-Ferrand), à dix ans de distance, deux chirurgiens vont connaître le même destin : ils seront tous deux victimes de manœuvres de rumeurs et de réprobations les poussant au suicide...

Les deux médecins sont pourtant aussi différents qu'il est possible de l'être, hormis par leur professionnalisme et leur refus des compromis. C'est d'ailleurs ce qui gêne le professeur Brézé et son clan (trois fils et un gendre, tous médecins) par l'impact que cela implique sur la clinique qu'il dirige.

Un psychiatre en bonnes relations avec tout le monde (Mathy, joué par Michel Auclair) est le seul à connaître tous les éléments de l'affaire, mais ceux-ci ne se dévoilent que peu à peu après plusieurs fausses pistes..

Détails de réalisation[modifier | modifier le code]

Sept morts sur ordonnance s'inspire d'un tragique fait divers : le suicide dans les années 60 d'un chirurgien présentant des similitudes avec le suicide d'un autre de ses confrères survenu dans la même ville, à Reims, 15 ans auparavant. Le personnage de l'obséquieux Dr. Brézé joué par Charles Vanel fait clairement référence à Joseph Bouvier, éminent médecin et maire de Reims durant l'Occupation allemande.

Partant de cette histoire vraie, le scénariste Georges Conchon s'est lancé dans un véritable travail d'enquête. Il s'est rendu à Reims, dans la ville même où avait eu lieu ce double suicide, et a fréquenté un bar où avaient coutume de se rencontrer les notables locaux, ceci afin de glaner un maximum d'informations qui pouvaient lui être utiles pour l'écriture du scénario[1][réf. incomplète].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné de juin à août 1975, principalement à Madrid, puis à Clermont-Ferrand comme Ma nuit chez Maud d'Éric Rohmer ou Quand j'étais chanteur de Xavier Giannoli. [1]

Gérard Depardieu escalade la façade de l'Hôtel-Dieu, le balcon de Michel Piccoli et Marina Vlady fait face à la vaste place de Jaude et la cathédrale, on reconnaît la gare SNCF. Le garage et la station-service devant lesquels se gare à la fin Michel Piccoli sont aujourd'hui démolis. La mise à bas de l'ilôt pour la réalisation d'un projet immobilier et commercial a également entraîné la démolition d'un vénérable cinéma du quartier.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses 
Nominations 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sources : ALLOCINE et le journal L'UNION de REIMS

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]