6e régiment d'hélicoptères de combat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
6e régiment d'hélicoptères de combat
Insigne régimentaire du 6e RHC
Insigne régimentaire du 6e RHC

Période 1er août 19771er juillet 2007
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'hélicoptères de combat
Rôle Hélicoptères de combat et de manœuvre
Fait partie de 4e brigade aéromobile
Garnison Margny-lès-Compiègne
Ancienne dénomination Peloton avions de la 3e division d'infanterie algérienne.
Groupe d'aviation d'observation d'artillerie n°5
Groupe d'aviation légère de l'Armée de terre n°5.

Peloton Avions
Peloton mixte avions-hélicoptères

1er et 2e peloton avion de réserve régionale
13e GHL
Devise Sur terre comme au ciel
Inscriptions
sur l’emblème
Italie 1944
Anniversaire Sainte Clotilde
Équipement - 38 Gazelle
- 8 Puma
Décorations Croix de guerre 1939-1945 une étoile vermeil

Le 6e régiment d'hélicoptères de combat (6e RHC) était une unité de l'aviation légère de l'armée de terre stationnée sur la base Général Étienne à Margny-lès-Compiègne dans l'Oise.

Créé le 1er août 1977, ce régiment ainsi que sa base sont dissous le 1er juillet 2007 après une cérémonie le 20 juin 2007. Les derniers hélicoptères et hommes ont quitté la base le 30 juin, presque un mois avant les 30 années d'implantation.

Ce régiment était alors doté de trente-huit Gazelle et huit Puma.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 6e régiment d'hélicoptères de combat (6e RHC) est l'héritier du Peloton d'avions d'observation de la 3e division d'infanterie algérienne et du groupe d'aviation légère de la 8e division.

Il est dépositaire des traditions du :

  • Peloton avions de la 3e division d'infanterie algérienne (1943-1945)
  • Groupe d'aviation d'observation d'artillerie no 5 (GAOA 5 1948-1957)
  • Groupe d'aviation légère de l'Armée de terre no 5 (GALAT 5 1957-1958)
  • Peloton Avions (1956-1960) puis du Peloton mixte avions-hélicoptères (1960-1961) de la 10e division parachutiste
  • 1er et 2e peloton avion de réserve régionale (1er et 2e PARR)
  • 13e GHL

Durant la Seconde Guerre mondiale, le peloton avions de la 3e division d'infanterie algérienne participa aux campagnes d'Italie, de France et d'Allemagne.

Étendard[modifier | modifier le code]

En 1945, ce peloton avions est cité à l'ordre du corps d'armée par le Général de Lattre de Tassigny. C'est pourquoi l'étendard du 6e RHC porte l'inscription « Italie 1944[1] » et sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile vermeil.

Drapeau du 6e RHC.

Insigne[modifier | modifier le code]

Son insigne porte le lion Valois couronné des armes de la ville de Compiègne, les ailes symbolisant son appartenance à l’aviation légère de l’armée de terre et la fleur de lys qui rappelle que l’unité a été créée au camp de Royal lieu (Compiègne)[2].

1956 à 2007[modifier | modifier le code]

Hélicoptère Sud-Aviation SE 3130 Alouette II à l'entrée du 6e régiment d'hélicoptères de combat - base ALAT de Compiègne,
Tarmac du 6e RHCM - Compiègne - 1997

Le Peloton Avions de la 10e division parachutiste participe aux opérations du canal de Suez (1956) et d'Algérie (1957-61). En 1961, il prend l'appellation de 1er peloton mixte avions-hélicoptères. En 1962, il s'installe à Margny-lès-Compiègne. Le 1er septembre, il devient groupe d'aviation légère de la 8e division, ou GALDIV 8. Le 1er août 1977, le 6e régiment d'hélicoptères de combat est créé. Le 1er juillet 1995, il prend l'appellation de 6e régiment d'hélicoptères de combat et de manœuvre (RHCM). Le 1er juillet 1997, il est intégré au sein de la 4e division aéromobile. Le 1er juillet 1999, il est intégré à la 4e brigade aéromobile et prend la dénomination de 6e régiment d'hélicoptères de combat (6e RHC). Tous les 16 mois le 6e RHC est projeté sur des théâtres d'opérations extérieures. Fin 2004, les hommes et les femmes du régiment ont ainsi pris part aux événements de Côte d'Ivoire, alors que d'autres de leurs camarades étaient au Kosovo, à Djibouti ou en Guadeloupe. Depuis plusieurs années, le régiment participe à des exercices interalliés et interarmées. En 2005, il participe à des exercices au Maroc et en Tchéquie. Le régiment a également été impliqué dans l'exercice FATEXTEL, activité de grande envergure pour l'armée de Terre avec l'engagement de 12 000 hommes et 40 hélicoptères déployés dans l'est de la France.

Implantation[modifier | modifier le code]

Le régiment était stationné à Margny-lès-Compiègne, à proximité immédiate de Compiègne, soit à moins d'une heure de train ou d'autoroute de Paris. Le 6e RHC était une unité moderne et polyvalente prête à intervenir en permanence en métropole et sur tous les théâtres d'opérations extérieures, de jour comme de nuit, pour remplir des missions de renseignement, d'appui-feu, d'attaque et de destruction d'objectifs dans la profondeur et d'hélitransport (d'hommes et de matériels). En outre, le régiment remplit des missions particulières : transport de VIP, aide au commandement, participation au plan Orsec, entraînement du GIGN, campagnes de feu de forêts…

Composition[modifier | modifier le code]

Le 6e RHC se compose de 12 escadrilles :

Insigne de béret de l'ALAT.
  • Au sol :
    • 1 escadrille de commandement et de logistique (ECL),
    • 1 escadrille de contrôle et de ravitaillement (ECR),
    • 1 escadrille d'administration et de soutien (EAS),
    • 2 escadrilles de maintenances hélicoptères (EMH),
    • 1 escadrille de défense et de protection (EDP), composée exclusivement de réservistes.
  • En vol :
    • 1 escadrille d'hélicoptères de reconnaissance (EHR) équipée de gazelles « Viviane »,
    • 2 escadrille d'hélicoptères d'appui-protection (EHAP) équipée de gazelles canon de 20 mm et de Gazelle missiles air-air sol de type Hot,
    • 1 escadrille d'hélicoptères d'attaque (EHA) équipée de gazelles missiles air-sol de type Hot,
    • 1 escadrille d'hélicoptères de manœuvre (EHM) équipée de Puma,
    • 1 'escadrille d'hélicoptères de l'armée de terre (EHADT) équipée de Gazelle lisses qui remplit des missions de liaison et d'aide au commandement au profit de l'état-major de l'armée de Terre.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'armée a laissé derrière elle toutes les infrastructures qui réhabilitées. Un complexe est en construction autour des infrastructures existantes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  2. Insignes d'unités

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]